PSG : Di Maria supporte mal le confinement    BLIDA : Arkab s'enquiert de la disponibilité des produits pétroliers    COMMERCE EXTERIEUR : Une baisse globale des échanges en 2019    EN PLEINE EPIDEMIE MONDIALE : La Corée du Nord tire un nouveau projectile    ETATS-UNIS : Trump renonce à placer New York en quarantaine    Bengrina annonce une aide financière de ses députés    Real : Zidane aurait pris une décision pour Aubameyang    OUARGLA : L'annexe régionale de l'institut Pasteur opérationnelle    Un petit village kabyle met en place une ‘'organisation de guerre''    Un mariage provoque 4 contaminations au Covid-19 à Bejaia    Covid19: 57 nouveaux cas confirmés et 2 nouveaux décès enregistrés en Algérie    Oran: 1er concours d'improvisation théâtrale sur Internet    Covid19-Foot: la FAF envisage des mesures de soutien et de relance    L'Agence de presse sahraouie fête son 21e anniversaire    LFP-Coronavirus: "nous réfléchissons à toutes les hypothèses"    La doctrine de la « guerre révolutionnaire », genèse, mise en œuvre et postérité    Le régime algérien profite du coronavirus pour réprimer de plus belle    Covid19-Médicaments à base d'hydroxychloroquine: près de 320.000 boites bientôt disponibles    Journée de la Terre: les Palestiniens face à la colonisation et la propagation du Covid-19    Report JP-2020: les athlètes algériens entre déception et soulagement    Coronavirus: les walis instruits de la mise en œuvre "urgente" d'un dispositif "particulier" d'assistance des citoyens    Le taux d'inflation moyen annuel a atteint 1,8% en février    Des personnalités dénoncent la dérive totalitaire du régime    Tentative de réhabiliter le vote par procuration    L'ancien DGSN Bachir Lahrache n'est plus    La guerre des prix ne profite à aucun producteur    Les feuilles de l'automne    L'infrangible lien…    Les supporters de l'ASMO attendent et espèrent    Pierre Audin solidaire avec Khaled Drareni    La presse écrite à rude épreuve    Lancement d'une plateforme numérique    Blida: Le décompte macabre continue    Prolifération des abattoirs clandestins: Saisie de près de 6 q de viande impropre à la consommation à Es-Senia    Les cygnes blancs de 2020    Une panne technique dans deux postes transformateurs à Hassi Ameur: Coupure prolongée du courant électrique à Oran et plusieurs wilayas de l'Ouest    Mascara: Nouvelles saisies de produits alimentaires    Le confinement fait polémique    L'ESPRIT ET LE CŒUR    La leçon d'humilité    30e nouveau membre de l'Otan    Les règles de conformité fixées    AFFAIRE DU PROCUREUR ADJOINT DE TIARET : Le Syndicat national des magistrats réagit    COUR D'ALGER : Le Parquet général exclut l'atteinte de Karim Tabbou d'un AVC    Palestine: attachement à la terre et lutte jusqu'à la libération de la patrie    L'ancien DGSN Bachir Lahrache n'est plus    Pandémie Covid-19: the year after!    Le FNDC dénonce des violences après le double scrutin de dimanche    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





"Aux voleurs des révolutions!"
DES SALAFISTES CHASSES PAR LES MANIFESTANTS DANS LES MARCHES
Publié dans L'Expression le 02 - 06 - 2019


Les islamistes tentent une infiltration
Le mouvement populaire s'exprime vertement contre la nébuleuse intégriste.
Le mouvement populaire fait tomber les masques de beaucoup de sensibilités et de tendances politiques, la dernière en date, c'était la nébuleuse islamiste, lors du 15ème vendredi dudit mouvement populaire pour exiger le départ du système et ses symboles. La dernière marche était plus qu'édifiante en enseignements et expériences quant aux attitudes et comportements ambivalents chers aux islamistes dans toutes leurs variantes.
Le mouvement populaire n'est pas canalisé au sens propre ni orienté de la manière qui pourrait lui permettre de se démarquer en tant qu'entité programmatique et idéologique. Cela a été remarqué depuis les premières marches hebdomadaires.
Les islamistes ont montré, Avant-hier, leur fiel au sein de la marche du 15e vendredi, allant jusqu'à faire dans l'hystérie en reproduisant les vieux clichés et stéréotypes des années 90. Les salafistes ont franchi le Rubicon, ils ont fait montre d'une propagande quant à leur modèle anachronique et relevant de l'ineptie. Mais ces instruments au service des officines et à la solde d'une feuille de route ficelée et peaufinée par des puissances d'outre-mer n'ont pas pu imposer leur furie.
Pour la première fois, la démarche islamiste et leur fanfaronnade dans les marches a été stoppée, voire pestiférée par la majorité des marcheurs au nez et à la barbe de leurs «disciples». C'est une première historique, un mouvement populaire qui s'exprime vertement contre une nébuleuse intégriste sans que cela ne soit l'apanage de manipulation ou instrumentalisation. Ce sont les franges et les catégories de femmes et des hommes émanant des profondeurs de la société algérienne qui clamaient et criaient le rejet des slogans de l'islamisme salafiste et ses succédanés.
La réponse était très frappante, toutes et tous les présents dans la marche ont clamé ensemble le slogan de «l'Algérie libre et démocratique», une manière de leur signifier que le projet rétrograde et obscurantiste est rejeté par le peuple.
Donc une sorte de réveil démocratique et une espèce de détermination née de la dynamique populaire du 22 février et ses conséquences sur la scène nationale du pays. Les islamistes qui étaient présents dans la marche du 15e vendredi ne s'attendaient pas que la majorité des marcheurs allait les huer et les décrier, c'est ce qui a suscité un choc à leur niveau en faisant semblant de ne pas coller ni piger avec l'événement auquel ils ne s'attendaient pas.
La société semble en train de dégager ses propres instruments qui se présentent comme une sorte de viatique à l'encontre de l'hydre islamiste qui a réduit le pays à feu et à sang durant tourte une décennie durant les années 90. Le mouvement populaire a insufflé la dynamique sociétale en recentrant les grands enjeux dans le sillage de la démarcation par rapport aux priorités historiques de changement démocratique et social sans que cela porte préjudice à la notion de la liberté individuelle et collective.
C'est une nouvelle situation qui commence à s'esquisser via la dynamique populaire, mais cela doit être consolidé et capitalisé pour que ce potentiel soit exploité dans les grands rendez-vous historiques comme c'est le cas pour l'urne afin de permettre au pays de se doter d'un modèle de société qui s'accommode avec ses espoirs et ses rêves pour une Algérie moderne, ouverte sur le monde et foncièrement démocratique.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.