Espaces commerciaux: les directeurs régionaux tenus de durcir le contrôle    Accidents de la circulation: 17 morts et 1 263 blessés en une semaine au niveau national    Déchets organiques: l'AND tiendra son troisième webinaire de valorisation mercredi à Alger    Pertes brut    Nouveau round des négociations entre Londres et Bruxelles    Tensions autour de résultats non proclamés    La mouvance islamiste dans l'œil du cyclone en France    La fille des Aurès    Un ancien élu du FIS dissous pour représenter l'Anie    Priorité à la stabilisation du marché    Le rapport 2019-2020 soumis au gouvernement fin novembre prochain    Grève générale à Tala Ifacène    Les corps de deux harraga repêchés    Lâcher d'une centaine de faisans à El-Esnam    L'année sans Sila...    Une fresque poétique sur une Algérie de tolérance et de diversité    Un guide pratique sur les traditions anciennes    Doublé de Bendebka face à Al-Nassr    Le Raja Casablanca s'incline devant le Zamalek    Les Canaris en stage à Palm-Beach    Le plan stratégique national dévoilé    «L'équilibre entre l'offre et la demande est nécessaire»    Les partisans du «non» se plaignent de l'interdiction de leurs activités    Talaie el-Hourriyet appelle à la participation    Un deuxième report au 9 novembre prochain    Luis Arce, le dauphin d'Evo Morales, remporte la présidentielle    Tarte aux pommes, amandes et chocolat    Début d'une réunion de la commission militaire conjointe à Genève    Guterres estime «possible» le dialogue avec certains groupes extrémistes    Réserves de change, la dégringolade    «Un crime colonial» peu présent dans le cinéma algérien    «La littérature algérienne en exil», thème d'une conférence tenue à Alger    Banksy revendique une œuvre murale à Nottingham    Culture-PLF 2021: proposition de clôture de 3 comptes spéciaux pour le secteur    La presse nationale relève une forte mobilisation des partis politiques pour expliquer la nouvelle constitution    Des subventions allouées aux deux équipes de foot à Constantine    Campagne référendaire: le vote en faveur du projet d'amendement constitutionnel permettra l'éclosion des énergies (presse régionale)    Gestion de l'après Covid-19: appel à un nouveau modèle de soutien à la Culture    Présomptions condamnables ?    USM Bel-Abbès: Reprise sur place en attendant les stages    JSM Béjaïa: Le bon sens a prévalu    Ligue des champions d'Europe: PSG - United, de la revanche dans l'air !    Un destroyer américain fait escale au port d'Alger    Marché de Aïn El Turck: Retour en force des étals de vente de viande de l'abattage clandestin    L'ex-commissaire: Kaddour Benkhira n'est plus    Vers la reconduction de l'enseignement à distance    Comparution de l'ex-wali zoukh    "La révision constitutionnelle consacre et préserve les constantes de l'identité nationale    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Ces "lièvres" de la République
LEURS DOSSIERS DE CANDIDATURE À L'ELECTION PRESIDENTIELLE ONT ETE REJETES
Publié dans L'Expression le 03 - 06 - 2019

Il fallait une sacrée dose de culot et ne pas avoir peur du ridicule pour oser affronter les urnes dans la conjoncture politique actuelle que traverse le pays.
L'Algérie est un grand pays. Il est donc tout à fait légitime qu'il ait pour ambition de s'offrir un chef d'Etat à la hauteur des aspirations de son peuple. Un homme ou une femme qui puisse ancrer la démocratie au sein de la société, des institutions, faire de la justice sociale, de la justice tout court, de la liberté d'expression des piliers de cette République en marche. Un président de stature internationale qui puisse traiter d'égal à égal avec ses homologues, ceux des grandes puissances notamment. Un dirigeant qui diversifierait une économie qui reste chevillée à son pétrole générateur d'une manne financière fabuleuse qui est pratiquement à l'origine de tous les maux et de toutes les dérives qui ont conduit le pays à la faillite. Un scénario qui s'est écrit à de nombreuses reprises sans en retenir les leçons. Voilà planté schématiquement le décor qui est à l'origine de la naissance du mouvement de contestation populaire qui est né des marches populaires du 22 février, qui puise lui-même son essence dans les marches historiques de Kherrata du 16 février contre le cinquième mandat. Un contexte qui a poussé l'ex-président de la République à la démission. L'application de l'article 102 s'est soldée par la désignation d'un chef d'Etat intérimaire, Abdelkader Bensalah, pour une durée de 90 jours. Période au cours de laquelle il devait organiser une élection présidentielle. Elle fût fixée pour le 4 juillet. Rejetée par la majorité du peuple algérien et faute de candidats, les plus sérieux se sont retirés à la veille du dernier délai de dépôt de leurs dossiers, elle se dirigeait vers une annulation inéluctable. C'était sans compter sur deux candidats inconnus au bataillon au demeurant qui ont décidé de faire durer le suspense, de donner libre cours à des scénaris improbables. Et si l'Algérie héritait d'un illustre inconnu? Cette question s'est posée sur de nombreuses lèvres. Un luxe que ne peut se payer un pays d'une telle envergure en proie de surcroît à une crise double: économique et politique porteuse d'ingrédients explosifs. Il fallait donc une sacrée dose de culot et ne pas avoir peur du ridicule pour oser affronter les urnes dans la conjoncture politique actuelle que traverse le pays. Ces «lièvres» de la République ont pris le risque d'aller à l'encontre de la volonté populaire, qui ne veut rien entendre d'une élection présidentielle qu'organiseraient les résidus d'un système qu'elle a pris pour cible pour en faire table rase. Ils auront fait durer un suspense dont le pays aurait pu se passer et tenu en haleine des millions d'Algériens, dont une des revendications majeures était le rejet du scrutin du 4 juillet. Il aura donc fallu attendre quelques jours supplémentaires pour qu'ils puissent savourer leur victoire. Le challenge était de taille pour qu'il connaisse des perturbations orchestrées par des individus mus par des desseins égocentriques pour entretenir des rêves chimériques inaccessibles. Amuser la galerie. Etre sous les feux de la rampe, exister le temps que le rideau tombe pour remettre les pieds sur terre. Du temps de perdu, de l'insouciance, de l'irresponsabilité en ces moments difficiles que traverse le pays qui a beaucoup plus besoin d'une solution de sortie de crise que de bouffonneries qui dévaloriseraient la fonction présidentielle.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.