La chute finale    Report du procès de Tahkout au 6 juillet    Sonatrach et ENI signent plusieurs accords    Le wali envisage de recourir au confinement partiel par localité    Agence CNAS : Une campagne d'information sur la plateforme numérique AraaCom    ONU: adoption d'une résolution exigeant "une cessation générale des hostilités" pour contrer le Covid19    Europe : L'Otan met en place un nouveau plan de défense    Pandémie de Covid-19 : La Tunisie impatiente de recevoir des touristes maghrébins    On vous le dit    Communiqué de l'AJSA    Du sens du patriotisme en Algérie    Hausse des contaminations à la covid-19 à chlef : Aménagement d'une nouvelle unité d'hospitalisation des malades    Aït Yahia Moussa : Stress hydrique dans les villages    Tizi Ouzou : Défaillance dans l'alimentation en électricité    Oran: décès de l'artiste Tahar Refsi    L'hommage de son ancien élève Noureddine Melikchi, expert à la NASA    Chlef: Des souscripteurs AADL en colère    La tablette et les diplômés chômeurs    La mère des batailles    Gouvernement: Les zones d'ombre et le reste    Le journalisme, ce « champ de mines et de ruines » !    Sidi Bel-Abbès : Une élue dévouée tire sa révérence    8 décès et 365 nouveaux cas en 24 heures    Les avocats dénoncent les conditions d'organisation du procès    Vers de profonds changements dans le secteur de l'énergie    La FAF s'est fixé une date butoir    Youcef Benmicia, nouveau président    Vu à Tizi Ouzou    Le coup de gueule du Pr Ryad Mahyaoui    Le pétrole progresse,    L'université pilier de l'économie du savoir ?    Répression contre l'opposition à Hong Kong    L'épreuve    L'infrangible lien...    La communauté internationale fait bloc derrière la Palestine    Poutine dénonce les nouvelles sanctions américaines    "La crise sanitaire a éveillé les consciences"    Mohamed Sari à la tête du Conseil national des arts et des lettres    "Senouci est un patriote qui a donné son cœur pour l'Algérie"    DGSN : 3000 logements location-vente pour la police    TRIBUNAL DE SIDI M'HAMED : Ali Haddad condamné à 18 ans de prison ferme    La libération de Karim Tabbou statuée aujourd'hui    Le procès de l'homme d'affaires Mahieddine Tahkout reporté à lundi prochain    Foot/Reprise des compétitions: Amar Bahloul appelle les clubs à faire preuve de "flexibilité"    ONU-Barrage du Nil: le Conseil de sécurité soutient l'UA pour régler la crise    Report de l'AGEx au 7 juillet    CAN-2021 : La compétition décalée à 2022    Zetchi : «Benzema est 100% algérien»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





"Le front du refus" et la crise
Publié dans L'Expression le 10 - 06 - 2019


L'Exclusion. Plus personne ne s'y attarde. Plus personne ne la défend. Longtemps désirée après l'indépendance et concédée en 1989, la démocratie n'aura pas eu le temps de prendre corps dans la culture politique. Aujourd'hui et trente ans plus tard, la démocratie ne semble plus être la préoccupation première dans la vie politique. Pire, l'intolérance et le terrorisme politique semblent renaître dans tous les courants et les «sensibilités» qui ont cours dans l'espace politique. La rue ne lâche pas son «dégagisme». Sans alternative. Ni souci du vide fatal. Les partis ont si peur de la rue qu'ils surveillent leur vocabulaire. La société civile dévoile ses ambitions politiques longtemps contenues. Sans succès. Pourtant tous ces intervenants doivent leur existence à la démocratie née au début des années 90. Comme si cette démocratie décrétée ne pouvait que servir à sa propre perte. D'ailleurs, rappelons-nous et dès le début, le FIS (parti islamiste dissous) avait clairement affiché ses intentions. Il acceptait les règles de la démocratie juste pour conquérir le pouvoir et ensuite instaurer la Chariaâ. C'est-à-dire qu'après, tout le monde se remettra dans les rangs et aucune contestation ne sera plus admise. Ce parti n'ayant pas réussi à atteindre ses objectifs, sa pratique a cependant fait des émules. Elle fait partie des arrière-pensées de certains acteurs politiques. D'une extrême à l'autre. De la gauche aux religieux. Aujourd'hui et trois décennies plus tard, la démocratie est toujours là. Dans les médias, dans les formations politiques, dans la société civile et bien évidemment dans les manifestations de rue. Tout le monde s'en revendique, mais très peu respectent ses codes. Y compris à l'intérieur de nos institutions il faut le dire. Ce qui a donné lieu à une justice aux ordres, à des fraudes électorales et à des détournements de deniers publics. Dans la crise qui secoue le pays depuis plusieurs semaines, une vraie démocratie, avec de vrais démocrates, aurait déjà permis de trouver une solution. Car quand des personnalités politiques proposent, comme solution, de confier la transition à «des personnalités respectées par le peuple» ou à «des figures qui jouissent de l'adhésion populaire», ils font de l'enfumage. Où sont ces «personnalités» et ces «figures»? Pourquoi ne pas les nommer? En vérité, c'est un «front du refus» qui veut donner le change. Avec des subterfuges. Pour un but connu!

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.