Ligue 1 (France) : Marseille s'impose face à Lens    Un match de Premier League interrompu à cause d'un drone    Déficiences comblées ?    Le miracle argentin en temps de Covid    La boîte de Pandore    Sahara Occidental: Guterres appelle à résoudre «une fois pour toutes» le conflit    Episodes de la scène politique tunisienne    Une nouvelle opération de rapatriement: 155 Subsahariens reconduits vers les frontières    Les avocats reçus demain au ministère des Finances: Vers le dénouement du conflit ?    Gel des activités du Parti socialiste des Travailleurs: Le FFS et le PST dénoncent    Mondial 2022 - Barrages: L'Algérie hérite du Cameroun    Nigeria -Tunisie, aujourd'hui à Garoua (20h00): Les Aigles de Carthage à l'épreuve    Burkina Faso-Gabon, aujourd'hui à Limbé (17h00) à chances égales    Explosion des cas de Covid et fermeture des écoles: Le Cnapeste reporte sa grève    Centre-ville, la Glacière et Hai Es Sabah: Sept dealers arrêtés, plus de 460 comprimés psychotropes saisis    Sonelgaz: Le pôle urbain «Ahmed Zabana» raccordé au gaz de ville    Un pays antichoc    L'Algérie déterminée à dire son mot    La menace «jihadiste» nourrit le sentiment anti-peul    Plusieurs mois sans Fati?    Depay dans le viseur    La Juve veut Vlahovic, mais...    Les combats entre Kurdes et Daesh font plus de 70 morts    L'Algérie compte 45,4 millions d'habitants    Algérie nouvelle : la mise sur orbite    «Ma rencontre avec la mort»    L'autre réalité du Covid    113 postes de formation en doctorat ouverts    Grève de trois jours des boulangers de Tizi Ouzou    «Nous partageons une Histoire complexe»    Le moudjahid Cherif Athmane n'est plus    L'urbanisme et les Algériens    Sahara occidental : l'Espagne plaide pour une solution politique, dans le cadre de l'ONU    "Jeter les bases d'une presse professionnelle"    Retour au confinement ?    11 mis en cause placés en détention provisoire    Les activités du PST gelées    Les avocats gagnent leur première bataille    Le projet de loi en débat au gouvernement    Axe d'une nouvelle gouvernance pour relancer l'économie nationale    L'Algérie perd l'un de ses plus grands maîtres luthiers    Un colonel dans la ligne de mire    Parution du roman Les frères Abid de Saâd Taklit    Actuculte    «Dhakhira» Implosée    En deux temps, trois mouvements    Tabi enfin à l'intérieur du pays    Les sénatoriales à l'épreuve des alliances    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Le gouvernement tunisien dans l'impasse
Le président Kaïs Saïed lui conteste la prestation de serment
Publié dans L'Expression le 09 - 02 - 2021

La capitale tunisienne a vécu un samedi noir, avec une manifestation a priori pacifique, dans le cadre d'une journée nationale populaire en hommage au militant syndicaliste et leader de la gauche tunisienne Chokri Belaïd, assassiné voici huit ans. Dans les rues, tout autour de l'avenue Bourguiba, militarisée, les jeunes manifestants et des avocats se sont heurtés à une forte mobilisation policière, déterminée à en découdre au motif que des slogans insultants ont été proférés par les jeunes des quartiers où se déroulent, depuis plusieurs semaines, des échauffourées nocturnes. Des avocats, des politiciens, des citoyens, des syndicalistes et des activistes de la société civile qui ont emprunté les différents axes aux alentours immédiats de l'avenue Habib Bourguiba dont tous les accès avaient été verrouillés par les forces de l'ordre pour contraindre la manifestation destinée à commémorer le 8ème anniversaire du meurtre de Chokri Belaïd dont certaines pistes mettent en cause une cellule secrète du parti islamiste Ennahdha, au sein même du ministère de l'Intérieur, à cette époque. Aujourd'hui encore, la question de savoir qui a tué Chokri Belaïd ainsi que Mohamed Brahmi demeure toujours sans réponse.
Le fait est que les violences policières, dénoncées avec force par les organisations politiques et par la puissante Union générale des travailleurs tunisiens, ont culminé, ce dernier samedi, à Tunis où le dispositif policier mis en place dans les points névralgiques de la capitale visait clairement à étouffer la manifestation. Ce climat de violence semble s'aggraver, au fil des semaines, depuis le début des manifestations nocturnes dans les quartiers périphériques de la capitale et d'autres villes à l'intérieur du pays. A en croire les réseaux sociaux mais aussi les médias et certaines ONG peu susceptibles de verser dans la propagande, la violence policière a été nettement disproportionnée. En témoignent les quelque 1500 jeunes dont des mineurs toujours en détention, une situation dénoncée par diverses ONG tunisiennes. Et en témoigne, aussi, le dérapage dont a été victime un avocat, samedi dernier, molesté par les forces de l'ordre. Manifestement, les ordres sont donnés qui visent à contenir, coûte que coûte, la contestation d'une population confrontée à une précarité de plus en plus dramatique et à la menace de la pandémie de Covid-19 persistante.
Désigné par le président Kaïs Saïed, Hichem Mechichi n'a obtenu le vote de confiance du Parlement qu'après avoir accepté les conditions de la troïka composée d'Ennahdha, la coalition al Karama et Qalb Tounes. Du coup, le chef de l'Etat tunisien a refusé la prestation de serment d'un gouvernement dans lequel siègent, affirme-t-il, un ministre soupçonné de corruption et trois autres de conflit d'intérêt. Et c'est pourquoi la Tunisie se retrouve dans une situation de blocage dont les conséquences peuvent être graves au double plan politique et socio-économique.
Ainsi, le gouvernement Mechichi se découvre tributaire de la stratégie d'Ennahdha qui mène le bal, depuis 2011 et, sous prétexte de sceller un pacte viable, a réussi à enterrer, les uns après les autres, tous ses «partenaires», dont Nidaa Tounes qui faisait figure, dans cette alliance opportune entre Rached Ghannouchi et Béji Caïd Essebsi, de locomotive à vapeur. La vapeur est restée mais la locomotive a disparu!


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.