Blida: 3 blessés lors de l'opération d'extinction des incendies de forêt à Chréa    Coronavirus: 1305 nouveaux cas, 602 guérisons et 16 décès    RSF avoue avoir placé l'Algérie par "erreur" sur la liste des utilisateurs de Pegasus    Décès du metteur en scène Hassan Assous    Soudani s'engage avec Damac FC    JO - Judo : Fethi Nourine suspendu par la fédération internationale de judo    Arrivée d'experts chinois pour inspecter les équipements de Saidal    La FAF procédera à une désignation des quatre équipes pour les coupes africaines    La crise sanitaire alimente le différend au sommet de l'état tunisien    L'ANCIEN MINISTRE DE L'INDUSTRIE MAHMOUD KHOUDRI N'EST PLUS    L'ambassade d'Algérie à Paris dépose plainte    LE SNAPO PLAIDE POUR UNE VACCINATION DANS LES OFFICINES    Plein gaz pour Medgaz    LES FOURNISSEURS FRANÇAIS S'INTERROGENT    TRÊVE SANITAIRE À TIZI OUZOU ET À BEJAIA    L'IMAM VOLONTAIRE DE LA MOSQUEE DE M'KIRA ASSASSINE    Journées portes ouvertes à l'université Yahia-Farès    ALGER RIPOSTE    Abdelhakim Meziani, l'insatiable passionné    Ahmed Yahya énonce les critères de participation    Prêtez votre téléphone sans stresser    Larbi Houari emporté par le Covid-19    Le Makhzen viole les fondements des relations algéro-marocaines !    Qui dirige le Maroc ?    La campagne de vaccination gagne en cadence    375 personnes hospitalisées au niveau de la wilaya de Béjaïa    Pâtes gratinées à la viande hachée    Les Relizanaises en conquérantes à Berkane    Stage de dix jours à Alger    Adieu Hakim, on t'aimait bien    Il avait repris hier à 73,80 dollars : Le pétrole fait du surplace après avoir recouvré ses pertes    Il a rencontré jeudi le responsable de l'ANIE : Tebboune met le cap sur les locales    61% des candidats au baccalauréat admis à l'université : Les filières littéraires à la traîne    A Kaddour M'hamsadji    Prix du Président de la langue et de la littérature amazighes : Appel à participation    L'absentéisme, tout le monde connaît, mais sinon, le présentéisme, qu'est-ce que c'est ?    Une et indivisible    L'Algérie et le nouvel ordre mondial énergétique    Catastrophe écologique au Yémen    Washington et Baghdad discutent sur la présence militaire américaine    La FAF appelle à une large vaccination    Le président entame des consultations    Fini la politique de l'autruche    Du banal au pas normal?    Les «ripoux», les magistrats et les «privilèges»!    Quelle cyberstratégie pour l'Algérie?    «Moussawiri» de l'Algérien Ahmed Tounsi    «Donner de l'espoir grâce à la musique est la meilleure chose que j'ai faite...»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Le défi que s'apprête à réussir le gouvernement
800 Millions d'euros de baisse dans la facture d'importation des médicaments
Publié dans L'Expression le 19 - 06 - 2021

Des économies et de la richesse. Le pari du président Tebboune sur l'Industrie pharmaceutique semble déjà être une réussite. En effet, le gouvernement annonce des prévisions des plus encourageantes en ce qui concerne la facture d'importation de médicaments.
800 millions d'euros devraient être économisés par rapport à 2019, où elle s'était élevée à 2 milliards de dollars.
«Le programme prévisionnel d'importation de médicaments (PPI) pour l'année 2021, établi par le ministère de l'Industrie pharmaceutique, permettra une baisse de la facture d'importation de l'ordre de 40% par rapport à 2019, ce qui représente un montant de 800 millions d'euros», a indiqué le directeur des activités pharmaceutiques et de la régulation au ministère de l'Industrie pharmaceutiques, docteur Bachir Alouache.
Des prévisions, qui si elles se confirment d'ici à la fin de l'année, seraient une grande réussite pour le gouvernement Djerad, surtout qu'on parle du double des chiffres avancés par Djamel Abderrahmane Lotfi Benbahmed, après sa prise de fonctions à la tête du ministère de l'Industrie pharmaceutiques, nouvellement créé.
Le ministre parlait à l'époque de 400 millions d'euros d'économie à la fin de 2021. Une «performance» des plus notables qui laisse, toutefois, perplexe par rapport à sa durabilité dans le temps. Les experts se demandent s'il ne s'agit pas simplement d'un «serrage de ceinture» qui risque d'éclater l'an prochain avec un retour en force des importations?
Le ministère réfute cette hypothèse, car il assure qu'un vrai travail de fond a été effectué afin d'arriver à ce résultat. «Cette économie considérable a été réalisée en réussissant à concilier entre les besoins nationaux en termes de médicaments et les stocks existants», précise le docteur Alouache. Dans ce sens, il atteste que cela reflète les objectifs de la régulation du marché du médicament en Algérie qui s'articule autour de trois axes: assurer la disponibilité des médicaments, développer l'industrie pharmaceutique locale et baisser la facture d'importation des médicaments. «Les produits pharmaceutiques ont été segmentés en deux catégories, à savoir ceux strictement importés et le segment des produits «mixtes», dont une partie est produite localement et l'autre importée», a-t-il rappelé à ce propos. «Nous avons enclenché quatre leviers d'intervention, à savoir une meilleure gestion des stocks, le développement de la production nationale, la limitation de l'importation des produits pharmaceutiques non essentiels et l'interdiction de l'importation des produits pharmaceutiques fabriqués localement», a-t-il expliqué. «L'enregistrement de nouveaux biosimilairex permettra, aussi, à la Pharmacie centrale des hôpitaux (PCH) de faire des économies importantes», a soutenu le même responsable. D'autre part, l'Agence nationale des produits pharmaceutiques (Anpp), à travers les différents comités installés à son niveau (Comité économique multisectoriel), permet de prioriser le traitement de tous les dossiers qui présentent un intérêt thérapeutique et surtout économique. «Ce qui signifie que lorsque plusieurs produits importés sont proposés sur le marché, le choix se portera sur celui qui affichera le prix le moins cher tout en garantissant une efficacité et une efficience optimales», a attesté le docteur Alouache.
Néanmoins, il a tenu à préciser que la décision de suspendre l'importation d'un médicament quelconque n'est pas prise fortuitement. «Cela ne se fait que lorsque deux ou trois fabricants locaux s'engagent à satisfaire la demande nationale sur un médicament», fait-il savoir rappelant que l'importation vient en appoint pour compléter les quantités nécessaires pour répondre aux besoins du marché local.
Le temps semble donner raison au chef de l'Etat qui tablait sur ce type d'industrie en lui dédiant tout un département ministériel. En quelques mois, cela a permis de mettre fin à certains gaspillages, tout en
«boostant» un secteur des plus prometteurs. Un grand «boom», en attendant l'exportation...


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.