L'ICÔNE AUX DEUX COMBATS    DES ENTREPRISES AU CHEVET DES HÔPITAUX    Les médecins et les infirmiers à la retraite appelés en renfort    En Algérie, le système de santé est submergé par le variant Delta    COLÈRE DES DEMANDEURS DE LOGEMENTS À EL-TAREF    Une trentaine de malades évacués vers le CHU et les EPH    Les islamistes tunisiens ne font pas l'exception !    UNE INFLUENCEUSE DE TALENT ET DE COEUR    Messaoudi (JSS) creuse l'écart en tête    Le deux poids, deux mesures de Paris    Le PT dénonce les «immixtions étrangères»    Le quotidien français Le Monde enfonce plus le Maroc    L'Afrique du Sud s'oppose à l'octroi du statut d'observateur à l'entité sioniste    «La gestion de l'oxygène est archaïque»    2 femmes retrouvées calcinées dans leur domicile à Bou Ismaïl    Deux batailles qui restent à gagner    «Ce n'est pas facile de courir deux lièvres à la fois»    Boxe : Ichrak Chaïb (75 kg), et Houmri (81 kg) éliminés    Requins et méduses : Il n'y a aucune raison d'en avoir peur    La rage de vivre    Abrous Outoudert revient à la tête du quotidien Liberté    Ligue des champions (Dames) : L'Affak Relizane hypothèque ses chances de qualification    Après son succès dans le clasico : Lavagne croit toujours au podium    Assassinat du docteur Adjrad à Tiaret : Cinq suspects arrêtés    On en a trop fait à propos de la méduse Physalie    Crise politique en Tunisie : Le président Saïed s'inscrit dans la durée    Sortir l'entreprise de sa léthargie : un défi pour le gouvernement !    Les problématiques de nos universités et facultés de médecine sont également de l'ordre des pratiques pédagogiques    La révolution du numérique modifiera le nouveau pouvoir mondial    MOURIR LENTEMENT POUR SAUVER SA VIE    La mémoire nationale: Le contentieux archivistique franco-algérien pris en otage !    IL ETAIT UNE FOIS !    Il y a eu réaménagement des horaires    Goudjil scrute les 541 jours de Tebboune    Une réconcilation entre Ouattara et Gbagbo    Les Fidjiens conservent    Bouras et Berrichi ferment la marche    Mikati entreprend de former un nouveau gouvernement    Une feuille de route pour la Tunisie    Le président d'El Bina défraye à nouveau la chronique    Le président dit : oui!    Projet de restauration d'une mosaïque romaine à Alger    Des poids lourds de la littérature sélectionnés    Nice intègre la liste du Patrimoine mondial    "LE SERMENT"    Wali/PAPW : le ménage artificiel    Le chef de l'état présente ses condoléances    Comportement d'une victime et d'un inculpé    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Un accord «urgent» avec le FMI nécessaire, selon Josep Borrell
Crise au Liban
Publié dans L'Expression le 20 - 06 - 2021

Le chef de la diplomatie de l'Union européenne, Josep Borrell, a estimé, hier, à Beyrouth que la seule solution pour le Liban, empêtré dans une crise économique inédite, était de passer un accord avec le Fonds monétaire international (FMI). M. Borrell a par ailleurs fait allusion à de possibles sanctions européennes contre des dirigeants libanais responsables de l'impasse politique qui aggrave le marasme économique et social. «Seul un accord urgent avec le Fonds monétaire international sauvera le pays de l'effondrement financier (...) et il n'y a pas de temps à perdre», a-t-il plaidé à l'issue d'une rencontre avec le président libanais Michel Aoun. L'UE est prête à soutenir le Liban «dès que le programme du FMI sera mis en place», a-t-il ajouté. Le Liban avait mené l'an dernier des négociations avec le FMI, bloquées en raison de divergences au sein de la délégation libanaise. «Nous avons les ressources et la volonté d'aider davantage, mais pour aider davantage, nous avons besoin d'un processus de réformes», a martelé le responsable européen. La communauté internationale, France en tête, ne cesse de réclamer depuis l'explosion tragique au port de Beyrouth - imputée à la négligence des autorités - un gouvernement de «mission» pour mener des réformes et ainsi débloquer une aide cruciale pour le pays, en défaut de paiement sur une dette colossale depuis mars 2020.0.
Mais plus de dix mois après la démission du gouvernement de Hassan Diab, les dirigeants continuent de faire fi de ces appels. «La crise à laquelle le Liban est confronté est une crise locale (...) pas une crise venant de l'étranger (...) faite par vous-mêmes, et ses répercussions sur la population sont très graves», a déclaré M. Borrell à l'adresse des dirigeants libanais. Plus de la moitié de la population libanaise vit sous le seuil de pauvreté, selon l'ONU. «Un gouvernement doit être formé et des réformes mises en oeuvre immédiatement», faute de quoi l'UE pourrait avoir recours à «des sanctions ciblées», a prévenu M. Borrell. En avril, la France avait déjà imposé des restrictions d'accès à son territoire à plusieurs dirigeants libanais, sans dévoiler leur nom, menaçant d'imposer des sanctions supplémentaires en cas d'impasse persistante. Le responsable européen doit rencontrer samedi plusieurs responsables, dont le Premier ministre désigné Saad Hariri et le président du Parlement Nabih Berri.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.