Le procès Hamel reporté au 17 novembre    Un scrutin miné ?    Djabelkhir dans l'attente d'un avis du Conseil constitutionnel    Rejet de 77 dossiers de candidature    Des candidats exclus font appel    Renforcement de la coopération policière entre les pays africains    L'économie dans le brouillard    Les remises plafonnées à 50% à compter de 2022    L'impérative réforme du système de protection sociale    Vers un durcissement des contrôles    Large consensus sur les élections du 24 décembre    L'Espagne ouvre la porte aux migrants mineurs    Le Conseil de sécurité de l'ONU débarque chez le colonel Goïta    27 morts dans un attentat à Damas    Prix Nobel algérien ? Tu rêves, mon frère !    Environ 290 transactions enregistrées    Slimani absent à Prague    Amara appelle les clubs à se conformer aux exigences de la CAF    Le Chabab affûte ses armes    Retour du public dès demain sous conditions    Les citoyens ne se vaccinent plus    Entre relâchement et réticences vaccinales des Algériens    2 morts et 7 blessés dans une collision entre un véhicule léger et un bus scolaire    Des maires français réclament "la reconnaissance du crime d'Etat"    Le numérique au placard ! Vive le placard !    Le cartable allégé pour demain ?    El Kerma: Plus de 1.500 nouveaux logements pour répondre à la forte demande    Tlemcen: 350 tonnes de pomme de terre déstockées    Mendicité, la loi existe, il faudrait juste l'appliquer !    Force humaine    L'écrivain Dib et le rapport à la nationalité française    Eric, tu fais honte à tes anciens camarades    «Il faut se mobiliser pour accompagner ces efforts»    Aucun effet sur les prix du poulet    Ces «experts» Algériens    La guerre des spéculateurs    Spéculation sur le livre scolaire    Double meurtre sur l'autoroute    Les dates des compositions fixées    Les colons sionistes volent la récolte d'olive au sud de Naplouse    Griezmann, du paradis à l'enfer    Steve Bruce quitte les Magpies    Mbappé juge son entente avec Messi    35e anniversaire de la mort de Samora Machel    «Barrons la route aux ennemis de la paix»    Cette obsession qui nourrit les amalgames    Une opportunité pour l'émergence de jeunes talents    Des rejets «excessifs et arbitraires»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Que cessent ces pratiques hors la loi!
Publié dans L'Expression le 18 - 09 - 2021

Cela va faire plus d'une vingtaine d'années, une bizarre et douteuse pratique était quasi présente et ennuyeuse dans les juridictions où les magistrats, fils de leur «maman» avaient envie tant elles n'avaient rien à voir avec ce qu'ils ont appris à l'Ecole nationale de la magistrature!.
Elle émanait du «labo des hauteurs d'El Biar» (Alger) et n'avait absolument rien à voir avec les lois en vigueur. Par une note interne aux cours de justice, (téléphonée, évidemment), les magistrats du siège et surtout les parquetiers, étaient sèchement informés que dorénavant, à chaque audience, le procureur présent à l'audience, établirait un rapport détaillé! Ce rapport consistait en la rédaction, par le procureur de la République du coin, d'un résumé détaillé, sur l'audience du jour! Une pratique digne de la défunte «Stasi»! De l'espionnage ou si on veut bien, du boulot de flics, en somme, en pleine audience! Etait-ce une manière de tenir en respect le juge du siège, censé être protégé par la loi, qui en a fait,malheureusement, «un magistrat in-dé-pen-dant»? Nous étions loin, très loin, de la pose, par Ahmed Ouyahia, alors puissant et froid ministre de la Justice, garde des Sceaux, fut-elle, symbolique, de la construction de la grande oeuvre de l'indépendance de la justice! C'est pourquoi, certains juges compétents arrivaient le jour de l'audience, la gorge nouée, les nerfs à fleur de peau et le sourire en «détention préventive»! C'étaient hélas, les jours sombres des magistrats intègres, qui se soumettaient au diktat de la tutelle, en ces moments noirs de la justice que tout le peuple raillait, taquinait, insultait, interrogeait et maudissait en plein jour!
En ce qui nous concernait, nous fréquentions les juridictions non soumises à ces sales et malvenues pratiques d'une autre ère, une fois informé, par des magistrats patriotes.
D'ailleurs, une fois le serment prêté au cours d'une pimpante cérémonie à l'Ecole supérieure de la magistrature, les jeunes magistrats se détournaient plus ou moins de ce qu'ils ont appris, des années durant, par la faute des «instructions» des quelques chefs de cour, qui marchaient, les yeux fermés, avec ce nocif cocktail empoisonné, d'un autre âge.
Un hommage appuyé est aujourd'hui lancé à ces inimitables chefs de cour courageux, intègres et fiers, qui sont toujours à leurs places, des places confiées par le nouveau seul Conseil supérieur de la magistrature, qui devrait passer à la vitesse supérieure, se passer de la «tutelle», car ce n'est que lui, la tutelle, et placer une bonne fois pour toutes, la justice dans la place qu'elle n'aurait jamais dû quitter.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.