Man United : Un Ronaldo énervé reçoit un ordre de Solskjaer    OUM EL BOUAGHI : Plus de 100 spécialités proposées aux stagiaires    Quand la sonorisation fait défaut dans les tribunaux    Sabotages sur les câbles téléphoniques    Inquiétudes sur la situation des finances publiques    Les USA proposent de dédommager les familles des victimes    Le HCR appelle les Etats à faciliter le regroupement familial    Des listes passées à la moulinette    Les Sétifiens décidés à revenir avec un bon score    Infantino en tournée en Amérique latine    Livraison de la totalité des infrastructures rénovées en décembre    La loi sur la lutte contre la spéculation au menu    Le petit pas de Macron    Le 17 octobre 1961, les dessous d'un crime d'Etat    La France doit "reconnaître un massacre d'Etat"    Le Chabab prend l'eau    Des sénateurs américains alertent sur la situation des droits de l'Homme    Masque capillaire au yaourt et au miel    14 affaires criminelles au programme    Les sages-femmes annoncent un mouvement de grève    Ni excuses, ni repentance : reconnaître les crimes    L'alliance Tel Aviv-Rabat menace l'UA    L'Algérie conserve la 30e place mais devient 4e en Afrique    La JS Saoura et le HBC El Biar vainqueurs    Trois nouvelles médailles pour l'Algérie    Ouzellaguen : Rentrée scolaire sans manuels    Pandémie, école privée et école publique    Produits alimentaires: Les commerçants qui ne déclarent pas leurs stocks considérés comme spéculateurs    CNL: Plus de 67.000 logements ruraux réalisés en 18 mois    El Tarf: La CASNOS facilite les paiements des cotisations    Massacre d'Algériens à Paris en 1961: Macron dénonce des «crimes inexcusables»    La transition au Soudan vit sa «pire crise»    L'UE «prête» à recevoir les Iraniens «mais le temps presse»    Les services se mettent à la page    Qu'en est-il du brut algérien ?    Un air de départ du..    L'Anie et l'imbroglio politique des locales    Une femme massacrée par son époux    3 décès et 93 nouveaux cas en 24 heures    Chanegriha salue la participation de l'Algérie    L'échauffement, à bout de souffle    L'opération tourne au ralenti    La tension reste vive    Chronologie d'un crime d'état    Un riche programme commémoratif    L'inoubliable Fatima Bedar    Afin que nul n'oublie !    Tlemcen: Un militaire tué et deux autres blessés dans l'explosion d'une bombe    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Belani recadre le Marocain
En réponse aux mensonges recyclés du Makhzen
Publié dans L'Expression le 22 - 09 - 2021

Les diplomates portant le prénom «Omar», portent-ils aussi un gène d'antialgérianité? On est presque tenté de le croire puisque après Omar Hilale, c'est au tour de Omar Zniber de verser son fiel sur l'Algérie. Sujet obéissant du roi, Zniber, représentant permanent du Maroc auprès de l'Office des Nations unies à Genève, se devait d'honorer la réputation du royaume, celle d'être un pays hostile, provocateur et belliqueux envers son voisin de l'Est.
Le «pétard» qu'a voulu lancer Zniber à la «figure» de l'Algérie en évoquant une prétendue «présence d'instructeurs du Hezbollah dans les camps de réfugiés à Tindouf», a très vite été «mouillé» par la forte diplomatie algérienne. Et c'est l'envoyé spécial chargé de la question du Sahara occidental et des pays du Maghreb, qui s'en est chargé. Il n'a pas fallu beaucoup à Amar Belani pour démolir le tas de mensonges tissés par le diplomate marocain. Belani a commencé par pointer les «mensonges» et la «manipulation grossière» contenus dans la lettre adressée, le 14 septembre dernier, par l'ambassadeur du Maroc à la 48e session du Conseil des droits de l'homme à Genève. «L'étoffe de certains diplomates marocains est un tissu de mensonges qu'ils tricotent inlassablement, notamment lorsqu'ils sont acculés par les appels pressants émanant des groupes de soutien à la cause juste du peuple du Sahara occidental», a indiqué le représentant de la diplomatie algérienne avant d'ajouter que «l'ambassadeur marocain (Omar Zniber, Ndlr), tout comme son prédécesseur, sont des stakhanovistes de la manipulation grossière. Ils sont passés maîtres dans l'art de recycler les mensonges éhontés de leur ministre qui avait inventé de toutes pièces, en mai 2018, la fable grotesque des instructeurs du Hezbollah, celle-ci avait été déconstruite et démentie dans les faits». Belani a estimé, par la suite, qu'il était nécessaire de faire un rappel: «L'on se souvient que le royaume du Maroc était à la recherche d'un prétexte, pour annoncer la rupture des relations diplomatiques avec un pays du Moyen-Orient et engranger ainsi des dividendes auprès de certains partenaires régionaux et extrarégionaux», signale-t-il.
En mai 2018, le Maroc avait rompu ses relations avec l'Iran, arguant d'un prétendu soutien du Hezbollah libanais, allié de Téhéran, au Front Polisario. «Tout ceci pour dire que la corde du mensonge est courte, que les propos de l'ambassadeur marocain sont sans intérêt et que la mobilisation à Genève va prendre de l'ampleur pour dénoncer la répression, les violations méthodiques et délibérées des droits de l'homme dans les territoires occupés du Sahara occidental», a conclu Amar Belani. Il faut rappeler que si le Maroc reprend de plus belle ses attaques, c'est parce qu'il a perdu tout espoir d'une médiation après la déclaration limpide du MAE, Ramtane Lamamra. Ce dernier avait clairement signifié que la rupture des relations diplomatiques avec le Maroc était «définitive et irréversible». C'est pourquoi, le Maroc, qui a commencé par servir de «franchise diplomatique» à Israël pour proférer des menaces à peines voilées à l'égard de l'Algérie au sujet de «son rapprochement avec l'Iran», s'affiche maintenant publiquement aux côtés de son allié sioniste en lui servant de porte-voix, pour recycler la fable grotesque des instructeurs du Hezbollah.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.