LNFA: les nouveaux statuts amendés par l'assemblée générale    Levée des réserves sur le navire Tinziren bloqué en Espagne    L'approche globale de l'Algérie    Le Front marocain de soutien à la Palestine prépare un plan d'action contre la normalisation    Sahara occidental: "L'UE ne doit plus se laisser faire chanter par le Maroc"    Armée sahraouie : de nouvelles attaques contre les positions de l'occupant marocain    Le Président Tebboune reçoit les lettres de créance de deux nouveaux ambassadeurs    La formation des journalistes des organes de presse, une "nécessité impérieuse"    Tayeb Zitouni appelle à la contribution de la construction d'une économie forte    Incendie à la raffinerie de Skikda : une enquête diligentée pour identifier les causes    Pétrole: l'OPEP+ adoptera le choix approprié qui consacrera le principe de prudence    Poursuivre l'opération d'assainissement du foncier agricole et de récupération des surfaces non exploitées    «La réforme du professionnalisme vise à élever le niveau du football algérien»    Un Pass sanitaire pour les voyageurs par bateau    Chutes des premières neiges sur les cimes de Chréa    SIDA: les efforts de l'Algérie dans la prise en charge des malades salués    Accompagnement psychologique et insertion sociale des sans-abris    La 8e édition en décembre à Mostaganem    Skikda: décès d'une victime de l'incendie de la raffinerie de pétrole    Le poids potentiel de la diaspora algérienne dans l'élection présidentielle française 2022    Chlef : Le nouveau parc industriel prêt à accueillir les investisseurs    Intempéries : Eboulements rocheux sur les routes à Mostaganem et à Ténès    Le jeu des alliances a bien commencé    Coupe Arabe : Une entrée en matière réussie pour les Verts face au Soudan    Grosses manœuvres contre l'Algérie    Les engagements du ministre de la Poste et des Télécommunications    Le FLN conserve son leadership, percée des indépendants    Le Collectif des Algériens établis en France presse l'ONU à agir    Lionel Messi couronné une 7e fois    Mahrez négocie sa prolongation    Et Kouffi envoya la JSK au paradis !    Semaine du court métrage    Quatre projets de loi en préparation    L'agence Cnas d'Alger ouverte les samedis    JSK- Royal Leopards reporté en raison de la pandémie    "Nous serons prêts pour les JM-2022 !"    Une quarantaine de périmètres agricoles raccordés au réseau d'électrification    La grève nationale cyclique maintenue    La mairie d'Oran change de couleur    La médiation internationale met la pression    Une exposition à Paris, célébrant Mohammed Dib    En rang serré    Adrar: Un écrivain autrichien au lycée Moulay Touhami Ghitaoui    Vers la révision des textes juridiques    Les indépendants exigent une enquête    Jbaliqs ouadjmatou en concert    Carte blanche à Islem Gueroui    Quand Annaba s'associe avec Oman    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



«Ecrire, pour une femme, est très valorisant»
Meriem Guemache, écrivaine, À L'Expression
Publié dans L'Expression le 06 - 10 - 2021

L'Expression: Peut-on savoir quelles sont les raisons qui vous poussent à l'écriture littéraire, qui vous motivent aussi?
Meriem Guemache: En ce qui me concerne, j'écris parce que j'ai envie de raconter des choses. De m'exprimer. J'écris parce que j'adore lire. J'espère toujours pouvoir transmettre quelque chose à mes lecteurs: leur apprendre quelque chose. Les distraire. Leur faire du bien. C'est ce que je recherche lors de mes lectures.
Peut-on savoir si votre vie a changé depuis que vous êtes devenue écrivaine?
Personnellement, ma vie n'a pas tellement changé depuis que je publie. De par mon métier à la radio depuis 32 ans je suis un personnage public. Ce qui a changé dans la vie ce sont les rencontres avec mes lecteurs. Les débats autour de mes livres. Les invitations à des rencontres littéraires. Ecrire vous donne plus de visibilité.
Quel regard portez-vous sur vos lecteurs, que représentent-ils pour vous? Que vous apportent-ils?
Le respect et l'amour des lecteurs c'est quelque chose qui vous donne des ailes. Lorsqu'un ou une lectrice vous dit que vous l'avez fait rêver, transporté, ému, vous sentez que les mois de travail que vous avez consacrés à votre ouvrage n'ont pas été vains.
Quand on est femme écrivaine dans notre société, cela suppose, dans certains cas, que l'on puisse subir une certaine pression de la part de la société, voire de la famille. Qu'en est-il de votre cas?
Je ne ressens aucune pression par rapport à la casquette d'écrivaine. Au contraire, je suis soutenue et encouragée par mon entourage. Famille et amis attendent impatiemment ce que je vais leur sortir du chapeau à ma prochaine publication. Il y a deux ans, j'ai été invitée à une rencontre littéraire dans le village d'Amalou, dans la wilaya de Béjaïa pour présenter mon livre «Un jour tu comprendras», consacré à la vie de Fadhma Ait Mansour. L'organisateur m'a informé au préalable: «Vous êtes la première femme écrivaine à accepter notre invitation, est-ce que cela ne vous dérange pas qu'il y ait seulement des hommes?». J'ai dit non... La culture n'a pas de sexe. Tout s'est bien passé lors de cette rencontre et il y eut quatre femmes dans l'assistance. C'est à nous les femmes de changer les choses et le regard de la société.
Vous êtes très sollicitée pour animer des rencontres littéraires et des séances de vente-dédicace, un peu partout, n'est-ce pas?
Être autrice est un grand honneur. Personnellement, je n'ai eu que respect et égards autour de moi. Je reçois des invitations de partout pour des rencontres littéraires et des interviews chaque fois qu'un nouvel ouvrage sort. Ecrire et être publiée pour une femme est très valorisant.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.