Le journaliste Tarek Aït Seddik n'est plus    L'information locale au centre des préoccupations    Les médicaments prescrits dans le protocole thérapeutique disponibles    Forte hausse des exportations algériennes en 2021    Une politique difficile à mettre en œuvre    Quel avenir pour la force Takuba au Mali ?    JSK - Royal Leopards de nouveau annulé    Quid des nouveaux statuts de la FAF ?    Le Maroc et le Sénégal passent en quarts de finale    Les personnels de l'éducation boudent le vaccin    Un casse-tête chinois    Quand les plans de l'AEP font défaut    Ali Ghediri de nouveau devant le juge aujourd'hui    Le procès du groupe Benamor à nouveau reporté    Le refus de remplacement des candidats rejetés suscite l'ire des partis    Les secrets du président de la FIFA...    «On reviendra plus forts... Soyez en sûrs»    Le Chabab à une longueur du titre de champion de l'aller    Des enjeux plus grands qu'un sommet    Le gouvernement renonce à la suppression des subventions des carburants    Pas de président à l'issue du deuxième tour de vote    Participation algérienne à la 53e édition    La 1ère édition à Constantine en mai prochain    50 pièces de monnaie rares saisies à el Ogla    L'Afrique ou les changements anticonstitutionnels    Tlemcen: Des habitants attendent toujours leur livret foncier    Dans la vie, rien n'est acquis une fois pour toutes    Promotion des enseignants aux grades supérieurs: Le Snapest boycotte le concours    Es-Sénia: Le service des cartes grises fermé à cause de la Covid-19    Loi de finances 2022 revue et corrigée : après les avocats, à qui le tour ?    Chlef: Un complexe sportif pas comme les autres    Jungle/Pub sur Internet ?    Les Français accepteraient-ils d'être gouvernés par un président raciste ?    Albert Cossery : l'écrivain égyptien de l'indolente paresse et de la douce allégresse (1/3)    Les APC sans majorité absolue débloquées    «Le pays est toujours ciblé»    Le temps de l'efficacité    La Sadeg améliore sa desserte    9 Tonnes de sucre stockées illicitement    Cinq éléments de soutien arrêtés    L'Algérie redessine les contours de la région    Le Tchad et la Libye veulent raffermir leurs relations bilatérales    Messi penserait à un retour au Barça    Un challenge au sommet de l'UA    Les preuves du complot    Fermeture des espaces culturels    L'illusion d'un eldorado européen    Rachid Taha au coeur de l'actualité    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Ces premières victimes du roi
Les Marocains dénoncent les accords entre Rabat et Tel-Aviv
Publié dans L'Expression le 30 - 11 - 2021

De nombreuses associations marocaines ont organisé des dizaines de manifestations de soutien au peuple palestinien et contre la normalisation avec Israël. Au moins 27 villes du pays ont vécu, hier, au rythme de marches populaires de dénonciation du fait accompli imposé par le Makhzen à la société marocaine. Il devient, en effet, de plus en plus évident que la démarche de Rabat ne passe pas dans la rue marocaine qui multiplie, depuis plusieurs jours déjà, les actions de protestation. La répression féroce déployée par les ser-vices de sécurité royale est visiblement de moins en moins intimidante pour une société qui entend marquer clairement sa désapprobation de la politique suivie par le roi Mohammed VI.
La contestation d'hier s'est déjà exprimée dimanche dernier à travers un sit-in populaire devant le siège du Parlement à Rabat. Le très actif Groupe d'action pour la Palestine en solidarité avec le peuple palestinien, a voulu donner le signal de la contestation, organisée à l'occasion de la Journée internationale de solidarité avec le peuple palestinien. Une autre association, l'Observatoire marocain contre la normalisation avec l'entité sioniste, affiche ouvertement la couleur et son président, Ahmed Ouihmane, qui a dénoncé l'empêchement du sit-in, parle de trahison et rappelle que le slogan du sit- in est «avec la résistance... contre la normalisation avec les sionistes». Les militants marocains qui font montre d'un courage remarquable disent «l'attachement du peuple marocain au soutien au peuple palestinien et la mise en échec de toutes les formes de normalisation».
Au final et au regard de l'agitation que provoque la normalisation maroco-israélienne, la première victime de la politique du Makhzen est la nation marocaine elle-même, dont le peuple ne digère pas le lâchage de la Palestine par le roi. En voulant récupérer le Sahara occidental par la malice et la défiance des lois internationales, Mohammed VI est en passe de perdre son propre peuple. Le monarque perd la confiance de ses sujets, qui ne comprendront jamais que pour asseoir la souveraineté du royaume sur un territoire, il contracte des alliances contre nature, abandonne la mère des causes arabes et crée les conditions d'une guerre fratricide avec l'Algérie voisine. C'est tout cela que les Marocains ont dénoncé, hier et les jours précédents. Ils ne parviennent pas à digérer cette triple trahison et les accents bellicistes de leur roi pour un bout de terre qui, au regard des textes de l'ONU n'est pas marocaine, au même titre que l'Ouest algérien et la Mauritanie. Ils se demandent, à juste titre, pourquoi Ceuta, Mellila et les Îles Canaries ne sont pas réclamées par le Makhzen. En réalité, ils connaissent la réponse et cela aggrave leur défiance envers un monarque qui mène son peuple à sa déchéance. Les Marocains résistent. Ils ont raison. Leur survie en tant que peuple en dépend. Mohammed VI n'aura jamais les moyens de détruire l'Algérie. Mais il est en train de démolir l'âme marocaine.
Ce sera son oeuvre sur cette terre, au grand bonheur des sionistes qui voudraient réaliser leur rêve de domination de tout le Bassin méditerranéen. Une option d'ailleurs soulignée par les ser-vices de renseignement espagnols. Ces derniers estiment dans un rapport, tout ce qu'il y a d'officiel, que le rapprochement entre le Maroc et Israël «est un véritable danger pour l'Espagne et toute la région». Ledit rapport remis au Premier ministre espagnol dit ceci: «Nous savons tous que la nation espagnole est en danger. Le lobby juif est le plus puissant et le plus influent au monde et, de ce fait, le rapprochement entre Rabat et Tel-Aviv met le Maroc en position de force et accroît substantiellement son influence dans la région». Sans commentaire.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.