Judo / Open africain 2019 de Dakar : les Algériens Rebahi et Ezzine en or    Détérioration du passage «provisoire» sur l'oued Tamendjar à El Ancer (Jijel) : Financer en urgence un pont vital    Le Plan de réhabilitation du barrage vert, d'une dimension stratégique d'importance    Présidentielle du 12 décembre : signature par les médias de la charte d'éthique des pratiques électorales    Faire du partenariat avec les start-up "un chantier ouvert" à toutes les volontés sincères    "El-Mouggar-2019", point de départ du processus d'intégration économique africaine    France 24, Le Drian et Tebboune ..!    10e Fica : une sélection documentaire à la hauteur    Marches pacifiques à Batna, Tébessa et Bordj Bou Arreridj    Tebboune lâché par son Directeur de campagne    PRESIDENTIELLE : Bengrina promet un développement global    EN - Belmadi : "Je ne suis pas surpris par le résultat du Botswana face au Zimbabwe"    mca : Sakhri «On a eu l'accord de Medouar pour jouer le CABBA à Bologhine»    PRESIDENTIELLE DU 12 DECEMBRE : Les 5 candidats signent la Charte d'éthique    LOGEMENTS AADL 2 : Ouverture du site pour le retrait des attestations de pré-affectation    SE PLAIGNANT DE LEUR SITUATION : Les imams menacent de recourir à la grève    Belkacem Sahli trompé par son notaire    Asphyxie au monoxyde de carbone: 13 personnes sauvées en 24 heures à Constantine    Le pays "ne sera plus le même" après la contestation    Les assurances du ministère de la Santé    Qui est responsable, Air France ou Czech Airlines ?    Les travaux de dragage entamés    NAHD : Saoudi : «Prêts à saisir la justice pour récupérer le bilan»    Mohamed al-Tubal, première recrue hivernale    Maya    L'AIE voit un marché calme avec une offre abondante    Appel à un sit-in devant le siège de Total à Montréal    Une élue FLN écartée de l'exécutif de l'APW    Les Chiliens appelés aux urnes pour voter une nouvelle Constitution    La directrice du FNPOS mutée à Constantine    Les manifestants durcissent leur mouvement    Un livre révèle l'infiltration des Emirats en Algérie    La sexualité dans la société arabo-musulmane : tabou, obsession, honte et honneur    "J'ai voulu raconter cette ville qui m'habite encore"    Participation de quatre artistes algériens    Une trentaine d'exposants au rendez-vous    Ouverture prochaine d'une direction régionale de l'Onda à Béchar    El Harrouch: Camion contre voiture, 3 morts et 2 blessés    Pour fraude fiscale de plus de 670 milliards de centimes: Cinq personnes arrêtées dont trois employés des impôts    Bouira: Journée de formation sur le diabète    Ligue 1 - Match retard PAC - USMBA: Encore une bourde de la LFP !    Human Rights Watch: La «vague d'arrestations vise à affaiblir toute tentative d'opposition»    Concours de la calligraphie arabe    Chikhi Kamel-Eddine, nouveau P-dg    Belkaroui et Zerdoum suspendus trois matchs    Le quitus de L'APN    La présence américaine en Syrie conduirait à une résistance armée populaire    Massacre d'une famille à Ghaza: la diplomatie palestinienne condamne l'agression israélienne    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Prière, couscous et...ivresse tranquille
NUIT DE MOUHARAM À DAR LAHLOU
Publié dans L'Expression le 21 - 01 - 2007

Un sanctuaire de l'art qui n'a de goût que pour les couleurs de l'Algérie.
Simplement, on avait envie de découvrir. Le perfectionnisme, la légende culinaire et la tradition se marient chez Dar Lahlou et accouchent d'un amour-folklore et d'un talent gastronomique inégalés. Le couscous est bel et bien le nôtre, un plat algérien par excellence. Dar Lahlou, sise dans la torpeur du Palais des expositions, a enfin réussi à imposer la tendance et les élégances de la cuisine algérienne. Son nouveau décor sent déjà la nostalgie, sa cuisine sonne le talent et la tradition, l'atmosphère respire la convivialité, et puis quoi? La fierté d'être ce que l'on est en ne cherchant plus de repères pour le prouver. Parce que Dar Lahlou du couscous, c'est le repère qu'il fallait.
Un sanctuaire de l'art qui n'a de goût que pour les couleurs de l'Algérie. Il a fallu attendre la nuit de Mouharem, Nouvel an hégirien, pour se mettre au jour. Ce beau et attendrissant coin est aussi un musée qui s'ouvre à la richesse culturelle algérienne. Une maison qui a raflé les meilleurs prix internationaux, en Italie et, ensuite, aux USA. Ce n'est plus une surprise! Le verdict du meilleur couscous méditerranéen a été prononcé en Sicile (Italie) grâce à ses composants diététiques, un bio qui tourne le dos à la chimie.
Vendredi soir, la nuit de Mouharem, la maison Lahlou du couscous s'enivre majestueusement dans une ambiance de fête. La spiritualité, la prière et les coutumes arabo-berbères dansaient à la valse des mille et une réminiscences qu'offre le décor. Les chants religieux de la troupe El Baath font sentir une odeur de prière émotionnelle et un amour inébranlable du Tout-Puissant. «On a dû s'investir pleinement dans la tradition pour donner la meilleure image de l'Algérie».
C'est ainsi que résume Sid-Ali Lahlou son oeuvre. Et, ce n'est, en fin de besogne, qu'une réelle image de l'Algérie. Une mention spéciale et originale. Un décor sympathique et ancestral, tissus typiquement berbères, banquettes et tabourets rouges aux couleurs de la fouta; à cet ensemble s'ajoute une touche mauresque et arabo-musulmane bien étudiée.
Après une première prière chantée à la mémoire du Prophète (Qsssl), l'heure de goûter à la magnificence de notre art culinaire sonnait aux ventres. Car ici, ce sont au moins une dizaine de plats exclusivement traditionnels proposés, du couscous bio roulé à la main, en passant par celui de l'orge dans sa version ancestrale. Après quoi, la séance a été inaugurée par des petits amuse-gueule délicieux. Tenez-vous bien, ce ne sont que figues sèches arrosées de gouttelettes d'huile d'olive. Un plat incroyablement immémorial et immortel. Au final, des petits gâteaux de la cuisine turque et syrienne sont proposés par la maison Loulou de Mme Boukerdous. Entre les deux rives, la bienséance et la chaleur algérienne s'allient au savoir-faire. Le service est bien de chez nous, mais puisqu'il vient de International Hôtel School, dirigée par Rouan Rabah, un Algérien formé aux USA, convaincu que notre pays a bel et bien besoin de nous. Goût, manie, air du temps, logique d'époque, nostalgie et amour. Après tout, la rupture tranquille est le meilleur plat chez Dar Lahlou! On en a vraiment besoin.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.