Arrivée du président sahraoui à Alger pour prendre part aux festivités du 60e anniversaire de l'indépendance    Jalon de la liberté à Sidi Fredj : une stèle commémorative symbolisant la levée des couleurs nationales en 1962    Réconciliation    L'Algérie veut passer à l'étape industrielle    Le défilé qui braque les regards    Les invités de marque de l'Algérie    Mise en garde contre l'escalade du Makhzen    Début de la campagne du prochain référendum constitutionnel    L'Algérie sur une courbe ascendante    Le dribble historique    Hammadi décroche deux médailles    Défilé géant en ville    Au rythme des festivités    «Un évènement majeur de l'histoire de notre pays»    Une histoire millénaire dans la résistance    Strophes de guerre    La petite histoire de l'Union des écrivains algériens    Le Président Tebboune inaugure en compagnie de son homologue tunisien la stèle commémorative "Jalon de la liberté"    JM/Handball - messieurs : l'Espagne bat la Serbie 42-38 et file en finale    Le TRO propose des visites virtuelles en 3 D et lance un service de réservation en ligne    APN: adoption du projet de loi sur la réserve militaire    Le Premier ministre préside la cérémonie de lancement du portail consacré au sommet arabe    UNE INDEPENDANCE CONFISQUEE PAR L'ARMEE DE BOUMEDIENE    JM/Haltérophilie: médaille d'or pour Walid Bidani à l'arraché    La remise des grades par le Président Tebboune, une honorable tradition qui vient orner les us de notre patrie et de l'institution militaire    Le PSG vise un nouvel attaquant transalpin    ETUSA: un programme de transport gratuit au profit des SMA au défilé militaire    JM: programme des athlètes algériens    Agriculture: convention Gvapro-Anade pour soutenir les projets de production    Transport: programme spécial pour l'Aïd el Adha    Transport: métro, tramway et téléphérique gratuits à travers le pays le 5 juillet    Man United : Ronaldo absent de la reprise de l'entrainement    Plate-forme "Glorious Algeria": vitrine du 60e anniversaire de l'indépendance par excellence    Saison estivale: 21 décès par noyade durant la période allant du 16 juin au 3 juillet    Migrants africains tués par la police marocaine : le président colombien parle d'une "barbarie"    Affichage des listes dans les communes dans les tout prochains jours: Plus de 15.000 logements prêts à la distribution    Géostratégie en gestation    Les préparatifs suivent leur cours: Un Sommet arabe fatidique    Le PDG de Sonatrach: Vers de nouveaux accords pour la révision des prix du gaz    Sonelgaz: Plus de 50.000 foyers raccordés au gaz et à l'électricité depuis 2020    Rejet des eaux non traitées dans les zones humides: Des contrôles réguliers dans les zones industrielles    Aïd El-Adha: Le ministère de la Santé met en garde    Plus de 5 millions de diplômés depuis l'indépendance: Les nouveaux challenges de l'Université    La Libye et l'espoir suspendu    La loi sur l'exercice du droit syndical retoquée    La longue marche...    1962-2022: Célébrer une libération « inachevée »?    Le DG du journal «Echaab» limogé    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Une dernière tentative pour convaincre
GEORGE W.BUSH EN AFRIQUE
Publié dans L'Expression le 02 - 12 - 2007

Le président américain devra tenter, à son tour, de faire sauter le verrou d'une sérieuse opposition à l'hébergement de l'Africom dans l'un des pays africains.
George W.Bush en Afrique subsaharienne! C'est une visite inscrite à l'agenda 2008 du président des Etats-Unis d'Amérique. Cette escale se présente sous la forme d'un signe de solidarité à l'égard des personnes atteintes du sida, annonce-t-on officiellement. Mais les déplacements du président américain au-delà du territoire US, ont souvent des visées extra-humanitaires. Il y a d'abord l'Africom, un projet qui tient à coeur à l'administration Bush, mais qui souffre d'une opposition farouche des pays placés dans la ligne de mire des Américains, à commencer par les pays maghrébins et sahéliens. George W.Bush devra tenter, à son tour, de faire sauter le verrou de cette opposition, même si le tracé de sa visite n'est pas encore exactement précisé.
C'est déjà et avant tout une escale inattendue, car le président américain n'a pas l'habitude d'assumer les échecs diplomatiques de ses proches collaborateurs, notamment ceux qui peinent à trouver un pays d'adoption pour l'Africom (commandement militaire américain pour l'Afrique). Il y a ensuite une guéguerre économique et stratégique entre les USA, les Européens et la Chine. George W.Bush préfère user d'un autre langage: «Les nouvelles relations que les Etats-Unis ont établies en Afrique, revêtent un haut niveau de priorité pour notre pays. Ainsi, j'ai le plaisir de vous annoncer que Laura et moi-même allons nous rendre en Afrique subsaharienne au début de l'année prochaine. J'ai hâte d'observer les résultats de la générosité des Etats-Unis et d'assurer nos amis qu'ils trouveront un partenaire fidèle en les Etats-Unis d'Amérique», a-t-il prononcé, vendredi, dans une église, à l'occasion de la Journée mondiale de lutte contre le sida.
C'est au cours de cette cérémonie que le président des USA a dévoilé son intention de se rendre en Afrique, au début de l'année prochaine, accompagné de son épouse. Concrètement, toutes les hypothèses sont permises, connaissant les voyages, souvent émaillés de controverses, de George W.Bush. Il est le premier à avoir, à tort ou à raison, inscrit la bande sahélo-saharienne dans le cercle des régions «à haute activité terroriste». D'où l'intérêt grandissant des USA pour la région, mise a priori sous le radar des convoitises américaines. Il est donc inévitable pour le président US de s'exprimer sur le volet militaire, économique et politique, puisqu'il sera juste au-dessous de cette bande sahélienne s'il viendrait à concrétiser «sa promesse» de se rendre en Afrique subsaharienne.
Les USA cherchent ainsi prudemment une brèche pour installer l'Africom dans l'un des pays africains prévus à cet effet, au nom tout bonnement de «la lutte antiterroriste dans le monde». The Washington file avait publié, le mois d'octobre dernier, une information selon laquelle l'Africom «adoptera une approche souple et intégrée à sa mission. (Celle-ci consiste à favoriser la stabilité et la sécurité en Afrique, conditions nécessaires à la croissance économique)». Le chantage consiste, en d'autres termes, à épauler les pays africains à réussir la croissance économique, mais en «favorisant la stabilité et la sécurité en Afrique», c'est-à-dire accepter d'héberger la force US pour l'Afrique. Le dernier slogan US est donc simple: «Le nouveau commandement militaire régional des Etats-Unis pour l'Afrique est une organisation diplomatique, économique et de défense intégrée, destinée à promouvoir les efforts que déploient les Etats-Unis en faveur de la sécurité et de la prospérité en Afrique», avaient expliqué, récemment, de hauts responsables américains, mobilisés particulièrement pour les besoins de la campagne.
Pour le moment, l'Algérie, la Libye et d'autres pays de la région se sont opposés aux velléités américaines d'installer l'Africom sur leur sol. Quant aux pays sahéliens, Niamey, Bamako et N'Djamena sont, du moins, tout à fait conscients des conséquences de ce jeu à haute voltige auquel s'adonnent les Américains. Bush est donc attendu sur cette question.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.