Ligue 1 (France) : Marseille s'impose face à Lens    Un match de Premier League interrompu à cause d'un drone    Déficiences comblées ?    Le miracle argentin en temps de Covid    La boîte de Pandore    Sahara Occidental: Guterres appelle à résoudre «une fois pour toutes» le conflit    Episodes de la scène politique tunisienne    Une nouvelle opération de rapatriement: 155 Subsahariens reconduits vers les frontières    Les avocats reçus demain au ministère des Finances: Vers le dénouement du conflit ?    Gel des activités du Parti socialiste des Travailleurs: Le FFS et le PST dénoncent    Mondial 2022 - Barrages: L'Algérie hérite du Cameroun    Nigeria -Tunisie, aujourd'hui à Garoua (20h00): Les Aigles de Carthage à l'épreuve    Burkina Faso-Gabon, aujourd'hui à Limbé (17h00) à chances égales    Explosion des cas de Covid et fermeture des écoles: Le Cnapeste reporte sa grève    Centre-ville, la Glacière et Hai Es Sabah: Sept dealers arrêtés, plus de 460 comprimés psychotropes saisis    Sonelgaz: Le pôle urbain «Ahmed Zabana» raccordé au gaz de ville    Un pays antichoc    L'Algérie déterminée à dire son mot    La menace «jihadiste» nourrit le sentiment anti-peul    Plusieurs mois sans Fati?    Depay dans le viseur    La Juve veut Vlahovic, mais...    Les combats entre Kurdes et Daesh font plus de 70 morts    L'Algérie compte 45,4 millions d'habitants    Algérie nouvelle : la mise sur orbite    «Ma rencontre avec la mort»    L'autre réalité du Covid    113 postes de formation en doctorat ouverts    Grève de trois jours des boulangers de Tizi Ouzou    «Nous partageons une Histoire complexe»    Le moudjahid Cherif Athmane n'est plus    L'urbanisme et les Algériens    Sahara occidental : l'Espagne plaide pour une solution politique, dans le cadre de l'ONU    "Jeter les bases d'une presse professionnelle"    Retour au confinement ?    11 mis en cause placés en détention provisoire    Les activités du PST gelées    Les avocats gagnent leur première bataille    Le projet de loi en débat au gouvernement    Axe d'une nouvelle gouvernance pour relancer l'économie nationale    L'Algérie perd l'un de ses plus grands maîtres luthiers    Un colonel dans la ligne de mire    Parution du roman Les frères Abid de Saâd Taklit    Actuculte    «Dhakhira» Implosée    En deux temps, trois mouvements    Tabi enfin à l'intérieur du pays    Les sénatoriales à l'épreuve des alliances    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Jusqu'au bout de la passion
IMAGINATION AU SHERATON
Publié dans L'Expression le 15 - 09 - 2002

Ce groupe anglais a réussi à créer un style musical très original. Emotion et tendresse garanties !
Le programme Layali El Bahdja tracé par l'hôtel Sheraton Club des Pins pour cette saison estivale, a pris fin, jeudi dernier, avec un show exceptionnel du groupe culte des années 80, Imagination. Créé en 81, par le grand Leee John, ce groupe anglais a su trouver un style musical sans commune mesure et qui est toujours une référence. Son répertoire très entraînant allie le rythme au verbe très sensuel et plein d'amour que ne cesse de revendiquer le chanteur dans ses innombrables chansons...Mais avant de goûter à leur suave plénitude, c'est d'abord, Salim, un autre «ambianceur», qui incitera le public vers la piste de danse, illico. Ce Franco-Algérien de 26 ans «incarne le symbole de l'amour», dit-on. Pas étonnant, vu son charme débordant et ce sourire sémillant qui illumine son visage.
Salim évolue maintenant, depuis 10 ans, dans le monde de la chanson. Sa spécialité, le raï funky. Il est auteur-compositeur et possède déjà 3 albums dont 2 composés de reprises.
C'est en reprenant quelques standards de la musique algérienne qu'il enflammera l'assistance, notamment avec Kayen Rabi, Manich Mena et Dour biha ya chibani...C'est la seconde fois qu'il chante en Algérie, après Tiaret, l'an dernier. Une prestation réussie qui sera suivie par la star incontestée de la soirée, Imagination.
C'est sur les airs de Just an illusion que le groupe s'installera sur scène, vers minuit trente. Le chanteur, lui, fidèle à son personnage et privilégiant la proximité et l'interactivité avec le public, fera une entrée remarquée au milieu des clameurs. Accompagné de ses deux choristes blacks, au coffre puissant, Leee John veste en sky noir et tee-shirt sur pantalon jaune vif entonne, Little magic'n you. Le pas facile, agile et souple, Leee, débordant d'énergie, ne cessera d'exécuter des mouvements rapides, de tourner sur lui-même. Bref de danser avec grand plaisir, le public, amassé un peu plus près de la scène, s'est amplifié à vue d'oeil. Très influencé par le son de la motown et autres styles qui l'ont «éduqué» musicalement à l'instar d'Aretha Franklin, Billy Holiday, Johny Matess...le chanteur n'hésitera pas à mêler ses plus grands succès à l'image de In and out of love, Flash-Back, Music and lights et Body talk entres autres avec d'autres tubes qui ont révolutionné véritablement les autres décennies, tous genres musicaux confondus.
Du reggae avec Get up stand up de Bob Marley en passant par le rock avec I can't get go satisfaction des Rolling Stones. Upside down des Suprems avec Diana Ross ou encore du jazz. Avec une parfaite maîtrise de la voix qui flirtait avec l'extrême aigu propre à la période disco, Leee John saura bercer l'âme de romantiques avec ses ballades et nous entraîner dans un tourbillon de délire, lorsque le rythme s'accélère et reprend le dessus. Le magicien Leee nous invitera à pénétrer au coeur de l'émotion et de faire ce voyage à grande dimension extatique, au rythme de ces «notes» très chaudes et sexy qu'il étrennait avec ferveur. Le public ravi exultait et tapait des mains en totale communion, avec l'artiste. Le séducteur fera monter sur scène trois femmes, histoire de faire connaissance et de répéter avec lui ses fameux refrains gutturaux très «chauds». Salim le rejoint sur scène pour une jam session un peu spéciale. Il est 1h 50 lorsque le chanteur annonce la fin du show car il n'a plus de voix, a-t-il voulu nous faire croire. Intox! Et c'est reparti de plus belle avec en prime, Just an illusion qu'il interprétera avec bonheur et euphorie au grand dam des amoureux de Imagination.
Mené de main de maître par son leader, le groupe sort son premier titre Body Talk en mai 1981, en hommage à John Lennon et à sa chanson Imagine. C'est le début d'une carrière marquée par les grands tubes qu'on connaît, mais aussi des concerts dans les lieux les plus mythiques. Outre la chanson, Leee John se consacre à la télévision où on lui proposa sa propre émission «Lee's place». Il présente le World disco dance championship et participe même, à la célèbre émission anglaise «Dr Who». Il est très demandé pour sa formidable présence devant les caméras et ses talents d'auteur et de producteur.
Avec le récent retour du style 80's, Imagination Feat, Leee John est, à nouveau, sur les routes de l'Europe et ailleurs, avec un nouveau single «Passion» titre qu'il nous interprétera avec...la même passion, toujours aussi renouvelée.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.