Possible jumelage des élections législatives avec les élections locales    Djerad prône une «réelle rupture»    Création d'une Fédération des énergies renouvelables et de la transition énergétique    La fonte en attendant les réformes    Le lion change de look    RC Relizane-USM Bel-Abbès à Chlef    Feu vert pour la venue d'Al-Hilal à Alger    Algérie-Zambie en amical au Maroc ?    «Des centaines de milliers de vaccins arriveront très prochainement»    Actuculte    En quête d'Alger(2)    L'ALPS poursuit ses attaques contre les forces d'occupation marocaine    Journée internationale des mathématiques : L'USTHB rend hommage au Pr Khelladi    Les promotions aux postes supérieurs tiennent en compte le principe d'égalité entre les enfants des différentes régions du pays    L'Allemagne reconnaît le droit du Sahara occidental à l'indépendance    Denis Lavagne. Entraîneur de la JS Kabylie : «Le plus dur reste à faire»    Ligue des champions d'Afrique (Groupe D) : Le Mouloudia dès aujourd'hui au Sénégal    Voici les pays qui mènent la course    Radiothérapie : de nouveaux centres prochainement à travers plusieurs wilayas    Air Algérie: suspension des vols charters entre Alger et l'aéroport chinois Chengdu    La Cour de justice européenne examine le recours du Front Polisario    Londres "suit de près" la situation au Sahara occidental    Madaure, cité savante, site ignoré    La révolte du désespoir    El-Bayadh: Des habitants d'El Bnoud vident leur sac    Ministère de l'Industrie pharmaceutique: Dernières retouches avant la fabrication du vaccin «Spoutnik V»    CR Belouizded: Les limites d'une conception figée    Indispensable neutralité    Vers l'organisation d'élections générales    Marche des étudiants à Alger    La brindille que tu méprises t'éborgnera    La défense réclame la présence des accusés    Relaxe pour le maire d'Afir    La Tunisie renforce ses moyens à la frontière algérienne    Les députés jusqu'au bout de leur... immunité    Protesta des fonctionnaires du secteur de la jeunesse    "L'Algérie n'enverra pas de soldats au Sahel"    175 personnes infectées et 4 décès en 24h    Le président sous les verrous    Un ancien chef de daïra en appelle à Tebboune    Le poulet coûtera désormais cher !    La 2A devient GIG-Algeria    Une Fédération pour les énergies renouvelables    10.000 logements à la clé    Tout est sous contrôle    Trois romans algériens sur la longlist    «J'ai commencé l'écriture à l'âge de 13 ans»    Vendue à plus de 8 millions d'euros    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les Français reviennent sur le marché algérien
MALGRE UNE LOI RESTRICTIVE
Publié dans L'Expression le 31 - 07 - 2010

La loi de finances complémentaire de 2010 n'a rien changé aux restrictions sur l'investissement étranger.
Une nouvelle société d'assurances de droit algérien a été créée par trois établissements algériens et une compagnie d'assurance française. Dénommée Prévoyance et santé compagnie d'assurance, la nouvelle entité a été créée par la Société nationale d'assurance (SAA), la Banque de développement local (BDL), la Banque de l'agriculture et du développement rural (Badr) et la compagnie d'assurance française Macif. Son capital social, d'un milliard de dinars, est détenu à hauteur de 34% par la SAA, 15% par la BDL et 10% par la Badr, soit un total de 59% pour la partie algérienne, alors que Macif en détient les 41% restants. La nouvelle société exercera toutes opérations d'assurances de personnes et de réassurance ainsi que toute autre opération de prévoyance collective et de gestion que les sociétés d'assurance-vie sont autorisées à pratiquer par la réglementation en vigueur. Elle aura également pour missions d'assurer des prestations de conseils en matière d'assurances de personnes et toute opération ayant pour objet l'acquisition d'immeubles au moyen de la constitution de rentes viagères. La réalisation de ce partenariat a été rendu possible à la faveur de la signature, en mars 2008, de la convention algéro-française dans le domaine des assurances. Cette convention permet l'entrée des compagnies françaises sur le marché algérien et la réalisation de partenariats avec des compagnies algériennes qui le souhaiteraient ainsi que le développement de diverses formes d'assurances.
La création de cette nouvelle société est aussi la preuve que la loi dite «51/49%» peut aboutir à des investissements et qu'elle n'est pas toujours perçue comme un frein par les hommes d'affaires. En juillet dernier, le gouvernement a décidé de réguler les investissements. Le président de la République a imprimé cette orientation en 2008, dans un discours devant les P/PAC. Une année plus tard, l'Algérie opte pour la loi de finances complémentaire contenant des dispositions avec des relents de patriotisme économique. Le Premier ministre, Ahmed Ouyahia, s'est aussi emparé du sujet. Le conjoncture internationale était favorable à l'intervention de l'Etat. 286 milliards de dollars sont investis sur fonds publics, ce qui est énorme comparativement aux deux milliards attendus des étrangers. Ces derniers estiment que l'Etat algérien est souverain dans ses décisions. Et il n'est pas revenu dessus comme l'indique clairement l'avant-projet de loi de finances complémentaire de 2010. Le cap est donc maintenu. Avec l'espoir que ces investisseurs soient davantage compréhensifs. Mais le climat des affaires en Algérie ne peut pas être apprécié comme il l'était il y a quelques années. L'Algérie était courtisée par les investisseurs internationaux qui s'intéressaient non seulement au secteur des hydrocarbures mais aussi aux autres secteurs d'activité économique, à l'instar du BTP, de la chimie et de la sidérurgie. Des rapports avaient établi que l'économie attirait les IDE hors énergie. En 2007, le réseau des agences d'investissement en Méditerranée a enregistré un engouement des investisseurs étrangers hors hydrocarbures à l'exemple des Singapouriens, des Allemands et des Malaisiens ainsi que des investisseurs du Golfe. Près de 60% des investissements étrangers en Algérie viennent, en effet, des pays du Golfe et concernent de nombreux secteurs économiques hors hydrocarbures comme l'industrie, les services, la construction et le tourisme. L'année 2007 a aussi été marquée par le retour en force des opérateurs français qui veulent leur part du marché algérien, en témoignent les délégations françaises de haut niveau qui défilent depuis 2006 à Alger. Le rapport révélait que comme en 2006, les pays Meda ont multiplié leurs investissements en Algérie prévoyant que de nouvelles opportunités devraient voir le jour dans le secteur du tourisme, devenu priorité nationale pour les 15 prochaines années. Mais cet espoir s'est quelque peu estompé. En 2009, seulement quatre investissements étaient enregistrés. Il y a six mois, même Sonatrach n'a pas signé d'accord avec des partenaires étrangers. Est-ce que le reste de l'année sera plus bénéfique? Et quand AXA, la compagnie d'assurances, va-t-elle enfin commencer son activité?


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.