Le FLN part en favori    FLN, acte IV(1). France, la révolution et le «complot» terroriste !    1 339 requêtes reçues en 2018    «Tôt ou tard, le tarif de l'électricité doit être revu»    L'auto-satisfecit algérien    Des formations en vue d'améliorer les systèmes agricoles locaux    Tractations autour d'un sommet    Trio malien pour JS Saoura-IR Tanger    Votre week-end sportif    Le Raja Casablanca dernier qualifié pour les quarts de finale    Une bonbonne de gaz explose dans un restaurant mobile    Gâteau aux raisins secs    Le Dimajazz est de retour    Bouchareb ne va pas durer longtemps    Tribunal correctionnel: Trois ans de prison requis contre l'ancien DG du CHU d'Oran    Démission du SG et menaces du RCK: La FAF et la LFP retombent dans leurs travers    Division nationale amateur - Ouest: Le dauphin à l'assaut du leader    Division nationale amateur - Centre: Deux gros chocs à Aïn-Ousera et Arba    Déclaration de politique générale du gouvernement: Ouyahia dément tout empêchement de la présidence    La revanche des riches    Un individu sous les verrous: Chantage sur le Net    Aïn El Turck: Cinq femmes tuées par le monoxyde de carbone    10 familles d'El Djebass relogées    Défaitisme    L'histoire à méditer    LE QUOTIDIEN D'ORAN A 24 ANS    La violence politique    Fusillade à proximité d'un marché de Noël à Strasbourg (France)    Mise en garde contre les dangers de la surexposition aux écrans    Saisie de 3, 877 kilogrammes de kif traité et 45 731 comprimés de psychotropes en un mois    2 morts et 3 blessés dans une collision    Coup d'envoi de la première rencontre culturelle «Voix de femmes»    Une ville au passé révolutionnaire    Réminiscences de mots à l'Espaco    Répression meurtrière à la suite de manifestations de l'opposition    Brexit : Theresa May à la peine dans son tour d'Europe pour obtenir des concessions    Mondial des clubs: Vers une finale River Plate-Real Madrid    Commerce : Engagement de l'Algérie dans tout projet pour le développement de l'Afrique    Chine et Etats-Unis … les "nouveaux rivaux"    Inter Partner Assistance Algérie fête ses dix ans en triplant son capital social : Le meilleur est à venir    Bonnes nouvelles pour les souscripteurs AADL    Espérant une amélioration des relations sino-américaines : Les Bourses européennes rebondissent    Energie photovoltaïque: Un potentiel national de près de 2,6 millions TWh/an    Un monument à Soljenitsyne inauguré à Moscou le jourde son centenaire    Le manque de réussite a été fatal aux Usmistes    Kia Al-Djazaïr : remises, GPL et nouveautés au menu    Exception d'inconstitutionnalité : Le principe et sa procédure d'application    Le FLN favorisé    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La cueillette des champignons fait des victimes
À Batna, Bordj Bou-Arréridj et Tébessa
Publié dans Liberté le 26 - 10 - 2008

Comme si les drames causés par les dernières intempéries ne suffisaient pas, la cueillette des champignons déterrés par les averses du long week-end dernier vient de faire deux victimes à Batna et une dizaine de malades à Bordj
Bou-Arréridj et Tébessa.
En effet, un jeune homme âgé de 26 ans a trouvé la mort noyé, jeudi dernier, dans la commune de Taxlent, daïra d'Ouled Si Slimane. La victime, qui est sortie très tôt le matin pour aller récolter des champignons dans la région de Qillis, au mont de Reffaâ, à quatre kilomètres de Taxlent, est tombée dans un bassin (réservoir) de deux mètres de profondeur. Au moment du drame, personne n'était aux alentours pour lui porter secours, surtout que la région est isolée des centres urbains.
Ce n'est que l'après-midi qu'un citoyen découvre le corps inerte dans l'eau. Il a de suite alerté les éléments de la gendarmerie de Taxlent qui, accompagnés des éléments de la Protection civile, se sont rendus sur les lieux pour repêcher le corps qui sera transféré à la morgue de N'gaous.
C'est la deuxième victime enregistrée, en deux jours, dans les mêmes circonstances. En effet, la veille, soit mercredi, un autre homme a trouvé la mort noyé dans un bassin dans la région de Merouana. À Bordj Bou-Arréridj, treize personnes étaient toujours hospitalisées, avant-hier, dans un service de soins intensifs de l'hôpital Bouzidi-Lakhdar après avoir consommé des champignons toxiques. Leur état va en s'améliorant, a-t-on appris de source hospitalière.
Selon nos sources, les faits remontent à la nuit du mercredi à jeudi dernier, quand des personnes habitant la commune de Rabta, vingt-cinq kilomètres au sud de Bordj Bou-Arréridj, ont été hospitalisées en urgence suite à une intoxication par des champignons ramassés en forêt.
À Tébessa, trois personnes d'une même famille, dont un bébé de quatorze mois, ont été évacuées avant-hier par leurs voisins vers l'hôpital Allia de la ville de Tébessa à la suite d'une intoxication due à la consommation de champignons sauvages contenant des substances toxiques, a-t-on appris de sources hospitalières. Le bébé, qui souffrait de douleurs atroces, a été évacué vers l'hôpital pédiatrique de Bekkaria, situé à douze kilomètres du chef-lieu de la wilaya, tandis que ses parents sont placés sous surveillance médicale dans le pavillon des urgences.
Leur état de santé demeure encore en danger. Selon nos sources, les parents du bébé ont ramassé plusieurs thalles de champignons après les averses qu'a connues la région ces derniers jours qui ont déterré les tubercules végétales du sol sans vérifier si les espèces cueillies sont comestibles avant de les consommer en famille.
À rappeler que chaque année, la consommation de champignons est responsable de plusieurs centaines d'intoxications, dont certaines sont mortelles. Le monde des champignons est très complexe. Parmi les milliers d'espèces présentes dans nos forêts et campagnes, seule une trentaine serait dangereuse pour l'homme. Cependant, la reconnaissance de ces espèces dangereuses est souvent peu évidente pour le profane, et la confusion entre un champignon toxique et un champignon comestible est une des premières causes d'intoxication.
Profitant de cette occasion, les médecins appellent les ramasseurs de champignons à plus prudence. “Il faut identifier scientifiquement le champignon. Il ne suffit pas de l'avoir vu sur des images, il faut avoir lu des livres”, martèle un médecin des urgences.
Lamia F./ Hafid Maalem/ Chabane BOUARISSA


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.