Jamal Khashoggi : son dernier article au Washington post avant d'être décapitée par les saoudiens    Hakim Saheb. Avocat et enseignant à la faculté de droit à Tizi Ouzou : C'est une situation alégale et un coup de force prolongé !    Afripol – AN 1 Quelques accomplis et beaucoup de résolutions    Installation de la Commission nationale chargée de l'organisation des manifestations économiques à l'étranger    Tipasa : Une opacité qui produit de l'anarchie    L'amélioration du processus électoral en Algérie est une mission nationale    Le Canada légalise le cannabis    Pour ou contre : Le niqab interdit dans les lieux de travail    El Tarf : Saisie de psychotropes au poste frontalier d'Oum Tboul    En bref…    Visite guidée à Azemour Oumeriem… élu pour sa propreté    Youcef Aouchiche. Président de l'APW : Nos efforts se poursuivront pour élargir davantage la participation    Nadir Dendoune : Un journaliste pas comme les autres    Amina Kara Mecheti. Directrice associée de International Talents Network et présidente du club DiasporAfrica : La diaspora algérienne joue un rôle fondamental, je dirai même vital dans le développement de l'Afrique    L'Agex de la Fédération algérienne de boxe contestée    J'estime faire simplement mon devoir de citoyen en relatant mon vécu    La Mostra de Valencia… El gran retorno    14 promoteurs immobiliers défaillants sur liste noire    Des proches du prince héritier Mohamed Ben Salmane parmi les suspects    Les carences logistiques à l'origine du gaspillage alimentaire    Une enveloppe supplémentaire de 300 milliards de centimes pour l'aménagement extérieur    Le feuilleton Badou Zaki connaît son épilogue    Enième report du coup d'envoi du championnat    Le GS Pétroliers à la reconquête de l'Afrique    L'après-Bouhadja à l'APN: Le compte à rebours a commencé    Macron en toute petite forme    Aéroport international d'Alger: Saisie de plus de 250.000 euros    Handball - Division Excellence: En l'absence des trois leaders    APN : ils ont touché le fond et ils continuent de creuser!    Lettre ouverte à ceux qui détiennent le pouvoir    El-Bayadh: Une série d'infrastructures inaugurées    Chlef: 260 logements attribués le 1er novembre    L'incivisme politique    Saisie de 18 kg de Kif traité    Arrestation d'un élément de soutien aux groupes terroristes à Batna    Un statut d'observateur au sein du Groupe des 77    «L'utilisation du GPL devra atteindre 500 000 véhicules d'ici 2020»    Appel à mettre fin aux situations coloniales subsistantes    Eviter le doute, après la victoire de Blida    Qualifications CAN-2019 (4e J - Gr. D)    Le fichier national du logement écarte 5.712 candidats des listes    Commémoration du 17 octobre 1961 à Paris    Non à la culture de l'oubli    Mise à niveau des activités économiques    La promesse du nouveau consul général à Oran    Coup de force contre Bouhadja    Ali Haddad en route pour un deuxième mandat    Les co-leaders en déplacement périlleux    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





"YA BHAR" DE MALYA SAADI
Le chaâbi en touche d'ève
Publié dans Liberté le 04 - 08 - 2013

Un remarquable album, constitué de neuf titres, porté par une brillante orchestration et une voix mélodieuse. L'interprète instille de la nostalgie et de la joie vivre, et ose l'inimaginable : s'attaquer à un monstre sacré du chaâbi, el-hadj M'hamed El-Anka, en reprenant, de la plus belle des manières, un de ses plus célèbres morceaux, Sobhan lah ya ltif.
Malya Saadi porte un patronyme célèbre : elle est la fille de H'ssicen Saadi, artiste peintre et interprète de chaâbi, un des disciples d'el-hadj M'hamed El-Anka. Mais ce serait injuste de résumer le talent de Malya à un nom. Elle est bien plus que cela. C'est une talentueuse interprète, dont le premier album, Ya Bhar (ô mer), vient de sortir, en Algérie, aux éditions Padidou. Un album sous le signe de l'innovation, du raffinement et de la qualité.
On y décèle un côté indépendant, ouvert sur les sonorités du monde (musique gitane, jazz, fado, reggae), mais il y a également des arrangements virtuoses, bien réfléchis autour du chaâbi et d'autres styles bien de chez nous, comme le gnaoui ou el-wahrani. Avec un intitulé comme Ya Bhar, on s'attend à ce que les frontières (entre les airs, les mélodies et les rythmes) se pulvérisent. On s'attend également à arpenter les dédales de la mémoire d'une chanteuse, à la voix enchanteresse, qui a quitté l'Algérie à l'âge de 14 ans pour s'installer en France.
Et l'on n'est pas déçu ! Avec Ya Bhar, on s'introduit dans l'univers d'une véritable artiste, qui a su choisir des textes de qualité – et en écrire quelques-uns, comme Yemma et Bienvenue dans ma vie –, et s'entourer de brillants musiciens, qui l'ont accompagnée sur les morceaux, comme le bassiste Youcef Boukella, le batteur Karim Ziad, la violoncelliste Mimi Sunnerstam, Mohamed Abdenour "Ptit Moh" (mandole, banjo, guembri, guitare), ou encore le pianiste Smaïl Benhouhou. D'ailleurs, Ptit Moh et Smaïl Benhouhou ont également arrangé Ya Bhar, lui donnant ainsi un fort ancrage dans l'univers chaâbi, un chaâbi moderne et cosmopolite, représentatif des mélanges et des rencontres qui se font aujourd'hui dans le domaine de la musique.
Malya Saadi chante donc du chaâbi, mais elle reste une femme de son temps. Elle cherche et trouve un lien, une cohérence entre son parcours, sa réalité actuelle et un monde dans lequel elle a baigné. C'est par la voix de la nostalgie et des souvenirs que chante Malya Saadi. Elle signe, dans Ya Bhar, composé de neuf titres, une très belle reprise du célèbre titre Sobhan lah ya ltif, d'el-hadj M'hamed El-Anka, écrit par Mustapha Toumi en 1970.
Le résultat est remarquable ; la chanson est remise au goût du jour par une voix féminine, qui articule très bien le texte d'une grande profondeur, et une orchestration moderne, avec une batterie et une basse, qui s'introduisent discrètement dans le morceau. Une superbe reprise, une vraie reprise, qui ne dénature en rien l'original ; elle lui donne plutôt un cachet contemporain, qui peut à la fois séduire un jeune public et de fins connaisseurs. Le voyage musical continue avec le morceau Lila, qui commence tout en douceur, mais qui se transforme plus tard pour devenir rythmé, arrangé dans les couleurs de tagnaouite (guembri, karkabou, principe de répétition).
à la mosaïque de sonorités et aux couleurs s'ajoutent de très beaux textes, notamment Ya Bhar (écrit par Mahboub Stambouli et composé par H'ssicen Saadi), la ballade la Piscine (texte de Sapho sur une musique d'Eric Satie), ou encore Ya Ourida (écrit et composé par H'ssicen Saadi).
Somme toute, Malya Saadi réussit dans Ya Bhar à donner au chaâbi un son actuel, tout en conservant son authenticité.
S K
Nom
Adresse email


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.