Le président des EAU félicite le président élu Abdelmadjid Tebboune    Le président tunisien félicite le président de la République élu M. Abdelmadjid Tebboune    Barcelone : le prix de Jean-Clair Todibo est fixé    PRESIDENTIELLE A MOSTAGANEM : Un taux de participation de 47,75 %    MOSTAGANEM : Démantèlement d'un dangereux gang de dealers    ALGERIENS MORTS A L'ETRANGER : Un fonds pour le rapatriement gratuit des dépouilles    Une nouvelle Constitution pour une "nouvelle République" (Président élu )    Bengrina démissionne de son parti !    PRESIDENTIELLE : L'ANIE se félicite la réussite de l'opération du vote    CANADA : Un Algérien tue sa femme et ses deux enfants    L'ONU réaffirme ses responsabilités envers le peuple sahraoui et son droit inaliénable à l'autodétermination    ORAN : Campagne de sensibilisation sur la préservation de l'eau    VENTE D'APPAREILS DE CHAUFFAGE CONTREFAITS SANS CERTIFICAT DE GARANTIE : Plus de 11 commerçants verbalisés à Oran    Lutte contre la contrebande : 5 individus arrêtés au sud du pays    Mers Eddadjadj à Zemmouri Marine: un site archéologique à revaloriser    Hydrocarbures: publication de trois décrets présidentiels validant des contrats d'exploitation (JO)    Bounedjah : "Terminer la saison 2019 en beauté"    Salhi vers l'Arabie Saoudite    Jürgen Klopp et Liverpool prolongent leur idylle    Plus de mille dossiers Cnac et Ansej traités en 2019    La Chine annonce un accord préliminaire avec les Etats-Unis    Houda Ferraoune n'a pas voté    L'Algérien Oukidja, remis de sa commotion cérébrale, opérationnel face à Marseille    Bureaux de vote saccagés à Bordj Bou-Arréridj    Les travaux de réfection de la pelouse avancent bien, selon la FAF    Le documentaire Nice Very Nice en compétition au Sénégal    …sortir ...sortir ...sortir ...    Le président américain dans la tourmente : Dernier cap franchi avant un probable renvoi de Trump en procès    CNR de Bordj Bou Arréridj : Les effets de la retraite proportionnelle    MCA : Betrouni «Sakhri doit assumer ses responsabilités»    Tizi Ouzou, Bouira et Bejaia: Bureaux de vote fermés, manifestations et émeutes    MC Oran: Le président du CSA sort de son silence    Tébessa: Un lot supplémentaire de 1.400 logements    Mascara: Saisie de boissons alcoolisées, deux mandats de dépôt    Jugeant disproportionnée sa part des produits fiscaux perçus: La commune d'Oran veut tirer plus de profit de la fiscalité locale    Avec 58,15% des voix: Tebboune élu président    Tebboune remercie les Algériens pour la confiance placée en sa personne    Grève contre le projet de réforme des retraites (France) :    Projet de traduction des plus importants écrits    Le combat de Zahia Ziouani    France: Après 6 jours de grève, la réforme des retraites va être enfin dévoilée    Maroc : Pourquoi la compagnie TUI fly supprime-t-elle des vols vers le Maroc ?    Niger : Une deuxième attaque en deux jours contre l'armée    Sommet de Paris : Poutine salue un " pas important " vers une désescalade en Ukraine    Djelfa : Culture du safran à Djelfa, une expérience concluante pour le jeune Abderrahmane Khelili    Tissemsilet : Manifestations du 11 décembre 1960 : réinhumation des restes du chahid Bennai Omar à Theniet El Had    Histoire : Le parcours de Abdelhafid Boussouf, marqué de sacrifices et bravoure    Yennar dans les Aurès, une tradition millénaire toujours intacte    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'emballement totalitaire
Publié dans Liberté le 25 - 11 - 2013

Des étudiants de Chlef ont été transportés par bus pour entonner des slogans favorables au quatrième mandat, lors du passage du Premier ministre dans leur ville. Après le départ de la délégation gouvernementale, ils se sont rapprochés des journalistes pour dénoncer la gestion des œuvres universitaires dans leur campus.
Or, ce mécontentement ne se lisait point dans leurs slogans et ne se voyait surtout pas dans leur enthousiasme conservateur. Si nos universitaires ne voient pas de lien entre leur condition sociale d'étudiants et la gestion du pays par le régime, l'on comprend d'autant mieux qu'ils ne puissent pas se rappeler que Bouteflika avait, dans son discours de campagne du 31 mars 2009, déclaré, toujours à Chlef, que "la région a connu de graves problèmes avec la Révolution dont les ombres se sont prolongées après l'Indépendance".
Cette attitude paradoxale, qui n'est propre ni à une catégorie de population ni à une zone géographique, fait que le soutien au régime n'a pas besoin de justification politique. Elle constitue, pour le régime, sa plus sûre garantie de pérennité. Les Algériens en sont peut-être là : ils n'arrivent plus à concevoir mentalement le changement. C'est "un pays malheureux", comme formulé dans un message de l'ambassade des Etats-Unis à Alger repris par WikiLeaks, mais qui ne veut pas changer sa condition. Il est comme victime du syndrome de Stockholm, version sociologique.
Le pouvoir l'a compris. Avec un bilan catastrophique, et sans l'ombre d'une perspective, il fait campagne, juste en racontant des blagues.
La classe politique parasite, elle aussi, l'a compris. Sans légitimité, sans troupes, sans projet, mais seulement parés d'un sigle et du seing de l'administration, des "partis" se font entendre dans un concert de surenchère significative de la futilité de ce qui, dans notre pays, tient lieu de vie politique.
L'autre jour, à Oran, le chef d'un certain parti, El-Karama, décrétait que "ceux qui s'opposent à la candidature de M. Abdelaziz Bouteflika à la prochaine élection présidentielle exercent la politique d'exclusion". Puis, se demandait avec une naïveté feinte : "De quel droit et dans quels cadre ou loi, ils appellent à la non-candidature de telle ou telle personne ?" Le viol du principe d'alternance, la fraude, l'usage clanique et autoritaire des institutions et des moyens de l'Etat, cela ne vous dit rien, Monsieur ? Et qui exclut qui, comme dirait l'autre ?
Bientôt, le simple appel au quatrième mandat ne sera plus qu'un engagement à minima. Sellal, Saâdani, Bensalah, Ghoul, Benyounès... devront faire un effort d'imagination pour trouver des formules visant à rattacher plus durablement et plus efficacement le destin du pays à celui de Bouteflika.
La Coordination nationale des enfants de chouhada vient de relancer les enchères, avant-hier, en exhortant le Président à se porter candidat pour un quatrième mandat ou... pour un mandat à vie. Maintenant que l'ordre règne et qu'il n'y a plus de contestation du quatrième mandat, un autre problème se pose : les limites de cette fuite éperdue vers le pire.
Le système autocratique commence à s'emballer dans une surenchère en cercle vicieux. Le danger est que, faute de remparts, c'est au pouvoir seul de se fixer les limites de l'escalade despotique. Mais, ivre de sa toute-puissance, il ne semble pas voir le pays partir en vrille.
M. H.
[email protected]
Nom
Adresse email


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.