Référendum : l'Algérie est en phase de franchir une "étape décisive"    Référendum sur l'amendement de la Constitution: début du scrutin dans les zones éloignées de la wilaya de Nâama    Tebboune reçoit un traitement en Allemagne, son état de santé "pas préoccupant"    Le Président Tebboune reçoit des messages de vœux de prompt rétablissement    L'ouverture de "consulats" dans les territoires sahraouis occupés, une violation de toutes les lois    Covid-19: 306 nouveaux cas, 184 guérisons et 8 décès    La valorisation de l'œuvre de Mohamed, le Sceau des messagers, au centre d'une conférence    Bendouda : un plan précis en voie d'élaboration pour dynamiser les établissements culturels    Mawlid Ennabawi: extinction de 7 incendies domestiques et feux de forêts dans 3 wilayas    Covid-19 : neuf nouvelles wilayas concernées par les mesures de confinement    L'ouverture du scrutin peut être avancée dans les zones éloignées et à l'étranger    L'Opep+ a réussi à stabiliser les cours    Des ateliers sur la cybercriminalité en Algérie et en Tunisie    "Cette Constitution doit passer"    Triciti tueur de chroniques!    Référendum, les jeunes, le FLN, Seif al-Hadjadj...    Annulation de toutes les réunions physiques à l'ONU    Qui a dit que deux parallèles ne se rencontrent jamais ?    Plus d'un demi-million de cas de malnutrition aiguë    L'UA inquiète de l'afflux des terroristes étrangers en Afrique    L'Azerbaïdjan accuse l'Arménie d'avoir tué 19 civils    L'ONU appelle les Libyens à tenir leurs engagements    Soumana prêté une saison au NC Magra    «Considérer les joueurs de l'Unaf comme des étrangers»    Victoire en amical devant le NAHD    Le stage de Zéralda a pris fin sur une bonne note    "Je suis un athlète propre !"    Sonelgaz sponsorise l'équipe de handball IR Boufarik    Zeghmati "corrige" Sidi-Ali Khaldi ?    La défense pointe du doigt de nombreuses irrégularités    Blocage    Perpétuer la tradition malgré le Covid-19    Des classes de huit élèves divisées en groupes    Transportés à 7h du matin pour des cours donnés à 13h    Abdelmadjid Tebboune transféré, hier, en Allemagne    Pôles d'excellence    «Réduire la facture des importations est une de nos priorités»    Qui est Malek Bennabi ?    Le monde du cinéma proteste contre une nouvelle fermeture des salles    La collection d'un éphémère musée new-yorkais du KGB bientôt aux enchères    IL Y A 31 ANS, DISPARAISSAIT KATEB YACINE    L'engagement d'un poète    Le Conseil d'Etat français sous pression    L'Algérie procèdera à la réalisation "progressive" de centrales électriques    Les hôpitaux mobilisés à Chlef : Ouverture de nouveaux centres anti-Covid 19    GICA: début d'exportation de 40.000 tonnes de clinker vers l'Etat Dominicain    LDC : Sans Ronaldo, la Juventus chute à domicile face au Barça    LDC : Man United balaye le RB Leipzig. Triplé pour Rashford    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'emballement totalitaire
Publié dans Liberté le 25 - 11 - 2013

Des étudiants de Chlef ont été transportés par bus pour entonner des slogans favorables au quatrième mandat, lors du passage du Premier ministre dans leur ville. Après le départ de la délégation gouvernementale, ils se sont rapprochés des journalistes pour dénoncer la gestion des œuvres universitaires dans leur campus.
Or, ce mécontentement ne se lisait point dans leurs slogans et ne se voyait surtout pas dans leur enthousiasme conservateur. Si nos universitaires ne voient pas de lien entre leur condition sociale d'étudiants et la gestion du pays par le régime, l'on comprend d'autant mieux qu'ils ne puissent pas se rappeler que Bouteflika avait, dans son discours de campagne du 31 mars 2009, déclaré, toujours à Chlef, que "la région a connu de graves problèmes avec la Révolution dont les ombres se sont prolongées après l'Indépendance".
Cette attitude paradoxale, qui n'est propre ni à une catégorie de population ni à une zone géographique, fait que le soutien au régime n'a pas besoin de justification politique. Elle constitue, pour le régime, sa plus sûre garantie de pérennité. Les Algériens en sont peut-être là : ils n'arrivent plus à concevoir mentalement le changement. C'est "un pays malheureux", comme formulé dans un message de l'ambassade des Etats-Unis à Alger repris par WikiLeaks, mais qui ne veut pas changer sa condition. Il est comme victime du syndrome de Stockholm, version sociologique.
Le pouvoir l'a compris. Avec un bilan catastrophique, et sans l'ombre d'une perspective, il fait campagne, juste en racontant des blagues.
La classe politique parasite, elle aussi, l'a compris. Sans légitimité, sans troupes, sans projet, mais seulement parés d'un sigle et du seing de l'administration, des "partis" se font entendre dans un concert de surenchère significative de la futilité de ce qui, dans notre pays, tient lieu de vie politique.
L'autre jour, à Oran, le chef d'un certain parti, El-Karama, décrétait que "ceux qui s'opposent à la candidature de M. Abdelaziz Bouteflika à la prochaine élection présidentielle exercent la politique d'exclusion". Puis, se demandait avec une naïveté feinte : "De quel droit et dans quels cadre ou loi, ils appellent à la non-candidature de telle ou telle personne ?" Le viol du principe d'alternance, la fraude, l'usage clanique et autoritaire des institutions et des moyens de l'Etat, cela ne vous dit rien, Monsieur ? Et qui exclut qui, comme dirait l'autre ?
Bientôt, le simple appel au quatrième mandat ne sera plus qu'un engagement à minima. Sellal, Saâdani, Bensalah, Ghoul, Benyounès... devront faire un effort d'imagination pour trouver des formules visant à rattacher plus durablement et plus efficacement le destin du pays à celui de Bouteflika.
La Coordination nationale des enfants de chouhada vient de relancer les enchères, avant-hier, en exhortant le Président à se porter candidat pour un quatrième mandat ou... pour un mandat à vie. Maintenant que l'ordre règne et qu'il n'y a plus de contestation du quatrième mandat, un autre problème se pose : les limites de cette fuite éperdue vers le pire.
Le système autocratique commence à s'emballer dans une surenchère en cercle vicieux. Le danger est que, faute de remparts, c'est au pouvoir seul de se fixer les limites de l'escalade despotique. Mais, ivre de sa toute-puissance, il ne semble pas voir le pays partir en vrille.
M. H.
[email protected]
Nom
Adresse email


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.