Real Madrid : Les conditions sont fixées pour ce flop de Zidane !    La Cnas de Béjaïa lance une campagne d'information    Trois morts et une blessée dans un accident    «Un départ en fanfare» : le dernier caprice de Donald Trump    Placé sur liste noire par les Etats-Unis, le Chinois Xiaomi répond    Institut français d'Alger Médiath'ART: La nuit porte…concept    La Lamborghini des bourdes !    Relance des travaux    La Juventus et l'Inter, deux visions du mercato    La Lazio se relance en corrigeant la Roma dans le derby    L'AG ordinaire de la FAC le 23 janvier à Alger    Le lait en sachet, une denrée rare    Les infusions et les jus pour soigner la douleur sciatique    Saviez-vous que ... ?    Chronique du grand éclat de la diplomatie algérienne    Chachnaq 1er, Ouyahia et la «boîte noire»    Les super-héros Marvel de retour sur petit écran en noir et blanc    Record pour un dessin de Tintin : 3,175 millions d'euros    Les avocats plaident l'innocence    Réunion extraordinaire du BF pour trancher la question    Les adversaires de Mellal n'ont pas mobilisé    La Tunisie et la Libye à pied d'œuvre à Alger    Le schiste américain remonte la pente    Museveni réélu avec 58,6% des voix pour un 6e mandat    Jan Kubis, nouvel émissaire de l'ONU pour la Libye    300 millions de centimes dérobés    La rue fait monter la pression au Soudan    L'Algérie classée derrière la France et la RDC    Situation politique et questions régionales au menu    Le SNM s'en prend à la Cour suprême et au Conseil d'Etat    Hommage à la mère et à la Kabylie    Le moudjahid Moussa Cherchali inhumé au cimetière de Sidi Yahia    LE DROIT SELECTIF DU CRIME CONTRE L'HUMANITE    Oran : Tremblement de terre de magnitude 3,5    Relizane : Des demandeurs de logement manifestent    Métro d'Alger : La décision de reprise tarde à venir    Lentement ou sans précipitation ?    LOURDE CHARGE    Régularisation des détenteurs de contrats pré-emploi: 30.000 postes budgétaires pour l'Education    Hausse inédite des prix: Mise en garde contre la dégradation du pouvoir d'achat    Football - Ligue 1: Le MCA refroidit l'ESS, le WAT de mal en pis    Tribune - De Gaulle peut-il être un personnage passerelle entre la France et l'Algérie ?    230 nouveaux cas et 4 décès en 24 heures    Le RCD fustige le gouvernement    «C'est Bouteflika qu'il fallait juger»    Guterres propose Jan Kubis pour le poste d'envoyé spécial    Tébessa: Cinq morts et trois blessés dans l'explosion d'une bombe artisanale    Nettoyer le pays de qui et de quoi ?    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Me Aït Larbi : "Le procès doit être public"
Affaire du général Hassan
Publié dans Liberté le 22 - 11 - 2015

Le procès du général Hassan, après moult "zigzags" liés sans doute à la spécificité, à la procédure, est finalement programmé pour jeudi prochain, 26 novembre, au tribunal militaire d'Oran. Mais déjà se pose une grande question : sera-t-il public ou non ? Sera-t-il ouvert à la presse, aux citoyens qui ne manqueraient pas de se bousculer à l'audience pour une raison évidente.
Mokrane Aït Larbi, avocat de la défense, quant à lui, est formel : les débats sont publics. C'est ce qu'il soutient dans une déclaration, tout en s'interrogeant sur les mobiles de ceux qui cherchent à décréter, d'ores et déjà, le huis clos. "Après l'enrôlement de l'affaire du général Hassan pour l'audience du 26 novembre, des informations erronées indiquent que l'audience du tribunal militaire est toujours à huis clos. Le but des auteurs de ces rumeurs est d'induire en erreur les personnes qui veulent assister à l'audience, notamment les journalistes", écrit l'avocat.
Ce dernier se réfère à l'article 133 du Code de justice militaire, lequel renvoie à l'article 285 du Code de procédure pénale, qui stipule bien que "les débats sont publics à moins que la publicité ne soit dangereuse pour l'ordre public et les mœurs. Dans ce cas, le tribunal le déclare par jugement rendu en audience publique..." Ces dispositions s'appliquent tant aux juridictions de droit commun et aux tribunaux militaires, insiste l'avocat dans sa déclaration à la presse, jugeant, de son point de vue, que "rien ne pourra justifier le huis clos, mais la décision revient, bien entendu, au tribunal". Néanmoins, admet-il, "l'honnêteté m'oblige à dire que l'article 135 du Code de justice militaire prévoit" le cas de figure du huis clos. Cet article dit, en effet, que "le tribunal peut interdire, en tout ou partie, le compte-rendu des débats de l'affaire..." et cette interdiction s'impose dès lors à toutes les personnes présentes à l'audience, selon Me Aït Larbi. Les appréhensions exprimées par l'avocat de la défense, aisément compréhensibles, sont inhérentes à la nature même du procès. Ce n'est pas n'importe quel officier qui sera au banc des accusés le 26 novembre, mais bien l'ex-numéro un du contre-espionnage algérien. Et, probablement, son supérieur hiérarchique, au moment des faits, le général Mohamed Mediene dit Toufik, dont le témoignage était requis par Me Aït Larbi. "Pour la manifestation de la vérité et le triomphe de la justice, nous estimons nécessaire de citer le général-major Mohamed Lamine Mediene, dit Toufik, comme témoin dans l'affaire du général Hassan, conformément aux articles 131 et 192 du Code de justice militaire", avait-il insisté dans une précédente déclaration. Entre le caractère hyper-sensible des audiences, au regard des échanges entre l'accusation et la défense et le la quête de vérité, le tribunal doit trancher au mieux.
O.O.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.