Louisa Hanoune évoque son emprisonnement    COUPURES DE L'ALIMENTATION EN EAU POTABLE : Le DG de l'ADE s'explique    Djerad accuse des parties qui chercheraient à provoquer la « Fitna »    AID EL ADHA : Plus de 10 000 commerçants non mobilisés ont assuré la permanence    TRAITEMENT CONTRE LA COVID-19 : Le ministre de la santé Benbouzid apporte des précisions    Covid-19: 507 nouveaux cas, 482 guérisons et 8 décès    Boumerdès: fin de confinement pour 236 algériens rapatriés de Russie    M'hamed Benredouane enterré au cimetière de Bouzaréah à Alger    Raids israéliens sur Ghaza: le Hamas dénonce une "escalade et une agression"    FEUX DE FORETS : 8800 Hectares ravagés en 2 mois    MOSTAGANEM : Les citoyens appelés au respect des horaires de dépôt des ordures ménagères    La chaîne "El Maarifa" désormais diffusée sur Nilesat    L'opposition prépare une deuxième motion de défiance contre Ghannouchi    Trump provoque un tollé politique en évoquant un possible report de la présidentielle    6 personnes tuées dans l'explosion d'un engin artisanal    Louisa    Aubameyang offre la Cup et l'Europe à Arsenal    Alger surprise par la liste de l'UE    L'hommage unanime du métier    À fleur de peau de Meriem Mesraoua au Festival du film de Venise    Trois candidats en compétition    La fille des Aurès    Fin de cavale pour le secrétaire particulier de Gaïd Salah    Le combat douteux du syndicat    18 civils tués dans une attaque de Boko Haram    Le Soudan affirme agir pour que Washington le retire de la "liste noire"    Ankara a acheminé plus de 17 000 mercenaires syriens en Libye    Talaie El-Houriat réclame des réformes structurelles profondes    Plus de 200 migrants illégaux secourus    L'épreuve de l'été    Décès de l'ancien président de la FAF, Saïd Amara    "Le 4e art est le produit de luttes engagées"    Une palette azurée pour effacer le gris du confinement    Moustakbel Oued Sly accède en ligue 2 : Le club engagé dans la voie du professionnalisme    Abbès Morsli, Président du CSA/USMBA : «La saison 2020-2021 s'annonce difficile»    MO Béjaïa : Les dirigeants face à un avenir difficile    Festival international du film de Moscou : Hamid Benamra s'affiche avec Time life    Décès de l'écrivain Daho Tabti : C'était un clairvoyant    Centenaire de l'écrivain Mohammed Dib : Le dictionnaire amoureux de la Finlande    Le Président de la République présente ses condoléances à la famille de Saïd Amara    Sidi Bel Abbès: Le nouveau chef de sûreté de wilaya installé    Crise financière: Une question d'argent !    CHEQUES ET LIQUIDITES    Nucléarisation rampante    Tlemcen: 25 individus devant la justice, après une tentative d'agression    El Tarf: Les bureaux de poste toujours sans liquidités    Mesurer les distances à l'œil nu    Cinq terroristes éliminés et un autre arrêté en juillet    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Ramadhan : les prix restent inabordables !
En dépit d'une fragile stabilité des tarifs des produits alimentaires
Publié dans Liberté le 14 - 06 - 2016

Encore une fois, cette année, les autorités ont montré leur incapacité à instaurer une certaine régulation sur les différents espaces commerciaux autorisés ou informels.
Une grande confusion caractérise le marché national des produits alimentaires depuis le premier jour du mois de Ramadhan. Preuve tangible de cette anarchie est cette mercuriale différemment appréciée par les observateurs durant les dix premiers jours. Au moment où certains parlent de baisse des prix des fruits et légumes et des denrées alimentaires, d'autres évoquent au contraire une flambée qui touche même quelques produits de première nécessité subventionnés.
Hausse ou baisse des tarifs, une chose est sûre, la majorité des produits n'est pas accessible aux petites bourses. Autrement dit, l'offre suffisante dont s'enorgueillissent les pouvoirs publics pour le mois sacré n'a pas assuré la stabilité tant escomptée.
En dépit des quantités considérables mises sur le marché, favorisée par leur saisonnalité, les fruits et légumes ne sont pas à la portée de toutes les familles algériennes. "Si l'on se réfère aux recommandations de l'Organisation mondiale de la santé qui préconise la consommation de 5 légumes et de 5 fruits quotidiennement, l'inaccessibilité de ces aliments aux consommateurs risque de provoquer un véritable problème de santé publique en Algérie...", constate non sans un brin d'ironie Mustapha Zebdi, président de l'Apoce (Association de protection et d'orientation du consommateur). Impuissante, la ménagère ne peut qu'admirer la forme de plusieurs fruits et imaginer uniquement leur goût, en ce mois de jeûne, puisque leurs prix demeurent inabordables. C'est le cas de la pastèque affichée à 150 DA/kg alors que les tarifs des cerises ou des pêches ont carrément pris leur envol. "L'Etat doit mettre de l'ordre notamment dans la chaîne de distribution", indique M. Zebdi qui plaide pour une limitation des marges bénéficiaires des commerçants. Entre l'agriculteur et le consommateur, une grande marge est imposée par les intermédiaires engendrant ainsi une forte spéculation. "On ne sait pas qui perçoit en fait toutes ces marges", relève-t-il.
Par conséquent, le président de l'Apoce, suggère que le paysan fixe son prix sur un bon de vente et le reste du cheminement que suivra le produit à travers la chaîne de distribution s'effectue avec des factures. "Nous enregistrons tous les jours le mécontentement des gens qui déplorent cette augmentation intolérable des prix des denrées alimentaires. À ces concitoyens, nous conseillons tout simplement de recourir au boycott individuel de ces produits", affirme Mustapha Zebdi. Pour lui, la mise en place de marchés de proximité ne constitue pas la solution idoine.
Car, précise-t-il, lorsqu'un marchand loue un local à environ 30 000 DA/mois, il doit répercuter cette charge sur le prix de vente de sa marchandise afin qu'il puisse réaliser quelques bénéfices. L'autre problème soulevé par M. Zebdi a trait à la fermeture de magasins à la veille du mois sacré pour des infractions qui, selon lui, ne portent pas atteinte à la santé des citoyens. "Cela a créé un déséquilibre sur le marché", souligne-t-il. "Il n'y a pas urgence de les fermer. Le moment d'exécuter une telle mesure ne s'y prêtait pas. Retarder une telle décision aurait été plus judicieux afin d'éviter toutes ces perturbations sur le marché", argue-t-il.
Pour sa part, le président de l'Association nationale des commerçants et artisans (Anca), Hadj Tahar Boulenouar, pense qu'une fragile stabilité des prix des fruits et légumes commence à se faire sentir sur quelques wilayas. "Une baisse moyenne de 15 DA par rapport au premier jour du mois sacré est observée", indique-t-il. Il estime que la tendance baissière se poursuivra jusqu'à septembre prochain avec l'arrivée sur le marché à partir du début du mois de juillet des productions de la Mitidja, de Mascara, de Mostaganem... Interrogé sur cette excessive hausse des fruits, M. Boulenouar explique : "Il s'agit de la production d'avant saison estivale des wilayas du Sud comme Ouargla, Biskra, El-Ménéa qui ont mis sur le marché de grandes quantités de fruits. Ces marchandises ont été aussitôt liquidées."
Pour pouvoir réduire un tant soit peu le phénomène de la spéculation à l'origine de la flambée des prix, le président de l'Anca demande aux responsables du commerce d'exiger des gérants des chambres froides de faire transiter impérativement leurs productions par les marchés de gros considérés comme la bourse qui assure une régulation.
Badreddine K.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.