Pré-emploi et terrain sinistré    Sans diagnostic point de remède !    L'UGTA pour un retour à la retraite proportionnelle    Football - Ligue 1: Choc alléchant à Oran, «clasico» indécis à Alger    Ligue 2 - Groupe Ouest: Le CR Témouchent sur sa lancée    Annexe régionale d'Oran de l'Office national des statistiques: Les travailleurs en grève illimitée    62èmes Olympiades de mathématiques prévues en Russie: 15 élèves d'Oran aux éliminatoires régionales    Plus de 108 kg de kif saisis et un réseau de crime organisé démantelé    Tiaret: Sur les traces de l'homme préhistorique de Columnata    Mandat d'arrêt international contre le principal responsable    Le pouvoir d'achat en cote d'alerte    Goudjil confirmé dans son poste    182 nouveaux cas et 3 décès en 24 heures    Benbouzid annonce la réception de nouveaux lots    Plusieurs opérations menées en une semaine    Le nouveau découpage assurera la "fixité des populations"    Création du syndicat maghrébin des journalistes : L'exclusion des professionnels sahraouis dénoncée    Borussia M'gladbach-Man City : Bensebaini titulaire. Mahrez sur le banc    CAN-2021 (U17): l'Algérie dans le groupe B avec le Nigeria    Une club de Serie A négocie avec Maurizio Sarri    Lancement prochain d'une opération d'insertion intensifiée    "Le pays ne peut supporter d'autres échecs"    Boukadoum souligne les positions de l'Algérie    Le Chabab sans attaquants face à Mamelodi Sundowns    Benamar Mellal, l'atout des Hamraoua    Peugeot Landtrek, l'héritier des 404 et 504 pick-up, est né    Le Plan d'action du gouvernement adopté par le CNT    Evolution stylistique et technologique    De l'essence synthétique selon Porsche    Le groupe Toyota en tête du classement    Terrain du Hirak    " DEUX MILLIONS DE DOSES LIVREES D'ICI À JUIN"    Saisie de quelque 2 kg de kif traité    La prison se charge des convictions !    EN QUÊTE D'ALGER    L'impossible quadrature du losange qui tourne en rond sans même les images de Perseverance !    Meriem Akroun, ou quand la volonté transcende le handicap    La "French touch" en deuil    Des associations appellent à la réouverture des espaces culturels    Le manga algérien au cœur du débat    SKAF : L'affaire des U21 fait polémique    SOUVENIRS, SOUVENIRS, C'ETAIT IL Y A CINQUANTE ANS ...    La Casbah : La citadelle dévoile ses secrets et son passé rayonnant aux visiteurs    Au lendemain du deuxième anniversaire du Hirak: La marche des étudiants empêchée    Assassinat de Ali Tounsi: Le procès reporté au 4 mars    Sahara occidental: Washington continue de soutenir le processus onusien    Les mises en garde de Belhimer    Vers plus de députés à l'APN    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Bob Dylan envoûte Montréal
Après cinq ans d'absence
Publié dans Liberté le 03 - 07 - 2017

Salle comble et décor sombre : c'est à l'image de l'artiste qui a envoûté Montréal l'espace d'un concert unique, ce vendredi soir au centre Bell. Veste blanche, pantalon noir, Bob Dylan est arrivé sur scène droit dans ses sabots, lui qui n'aime pas les flonflons flamboyants. Sans tarder, le légendaire poète entre dans son sujet, sans fioritures ni commentaires. "Ni bonjour ni bonsoir", remarque un fan du chanteur américain. Au piano ou debout devant le micro, il aligne ses œuvres dans un ordre sans doute voulu. L'essentiel de son répertoire y passe.
Durant une heure et quarante-cinq minutes, le Prix Nobel de littérature a donné le meilleur de lui-même pour satisfaire une foule de fans enthousiastes qui le salue par des standing-ovations chaque fois que les instruments de musique se sont tus. Les textes de Dylan, notamment Blowin in the wind qui a été adapté par Aït Menguellet dans son album Tawriqt tacebhant, n'ont pris aucune ride, malgré l'usure du temps et l'accélération des événements.
"Combien d'années une montagne peut-elle exister, Avant d'être engloutie par la mer ? Oui, et combien d'années doivent exister certains peuples, Avant qu'il leur soit permis d'être libres ? Oui, et combien de fois un homme peut-il tourner la tête, En prétendant qu'il ne voit rien ?
La réponse, mon ami, est soufflée dans le vent", chante Bob Dylan.
Sur scène, l'auteur-compositeur-interprète américain a le don de captiver son auditoire, grâce à sa puissante voix et des mélodies bien agencées. Avec des morceaux d'anthologie comme Things have changed, Tangled up in blue ou encore la reprise de Sinatra Why try to change me now, le public ne pouvait être mieux servi, transporté merveilleusement dans l'univers de la mémoire de la musique américaine. Bob Dylan et ses talentueux musiciens ont quitté la scène vers 21h30. Mais sous l'insistance du public, ils reviennent pour une chanson ou deux. Une dernière pour la route, comme on dit, avant de saluer le public, lui qui, ce vendredi soir, n'a pas vu le temps passer. "Un régal, ce spectacle de Dylan, la légende vivante", commente-t-on à la sortie.
Natif en 1941, Bob Dylan, de son vrai nom Robert Allen Zimmerman, est considéré comme une figure majeure de la musique populaire américaine. Chanteur flamboyant, il a bouleversé le paysage artistique américain des sixties. Après des succès artistiques, sa carrière sera couronnée par l'obtention en octobre dernier du Prix Nobel de littérature "pour avoir créé de nouvelles expressions poétiques dans la grande tradition de la chanson américaine".
De Montréal : Yahia Arkat


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.