Man City évoque la rumeur qui envoie Guardiola à la Juventus    Kwiret esselk, du goût et des forces    Réédition des actes du colloque sur Massinissa    Vaste programme de classification et de restauration de sites et monuments archéologiques    USMA - Mansouri: «On se battra jusqu'à la dernière seconde»    Irlande: les pro-UE en tête des élections européennes    Hakim Chekini. Directeur de l'auberge de jeunes d'Azazga : «Nous fonctionnons grâce à notre bonne volonté»    24 heures    Projet hydraulique à Bouzeguène : Les oppositions levées    Le peuple à la croisée de son destin    De la démocratie et des femmes : Pour Louisa Hanoune    USM Bel-Abbès: Une situation créancière ambiguë    WA Tlemcen: Nasreddine Souleymane pressenti à la SSPA    Un ouvrier tué après la chute d'un monte-charge    Mascara: 650 logements AADL attribués début juillet    Gaïd Salah revient sur l'évolution de l'armée    Sahara Occidental: Démission de l'émissaire de l'ONU    Préparatifs de la saison estivale: Aménagement du quai d'accostage et nettoiement de la plage de Cap Falcon    Tlemcen - Bac et BEM : les assurances du directeur de l'Education    Ahnif: Un mort et un blessé dans une collision    Tribune - L'Afrique que nous voulons tous : une terre d'opportunités    Vendredi de la mobilisation    De grandes manifestations pour le 14ème Vendredi: La mobilisation malgré les interpellations et les blocages    Violence dans les stades: La FAF sur la même longueur d'onde que le MJS    L'école des gourous    Hazard sort du silence    La candidature de Berraf acceptée    Qu'en pensez-vous M. le ministre de l'Education nationale?    Facebook supprime trois milliards de comptes    Huawei prépare son propre système d'exploitation    Création d'un comité de surveillance    Les Etats-Unis vont envoyer des troupes dans le Golfe    Le gouvernement suspend les pourparlers avec la mission onusienne    La violence contre les femmes très présente dans les dramas arabes    La revanche posthume de Ferhat Abbas    Divertissement garanti!    Ali Ghediri n'est pas candidat    La voie constitutionnelle à mi-parcours    Le 14e acte avec la présence de Tabbou    Un Iftar en l'honneur des médias    Fin du délai aujourd'hui    Le Hirak inébranlable    Le tour de vis du gouvernement    Plus de 4.000 commerçants mobilisés à Alger    Haro sur les infractions de change    Bensalah exprime l'inquiétude de l'Algérie    Khalifa Haftar loue les services d'une firme de lobbying américaine    Edition du 24/05/2019    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les manifestants soudanais maintiennent la pression
Alors que l'armée exige la levée des barrages
Publié dans Liberté le 23 - 04 - 2019

Pressée par la communauté internationale, l'armée soudanaise dispose de peu de cartes pour mettre fin à plus de quatre mois de manifestations, qui ont provoqué la chute de l'ancien président Omar al-Bachir.
Le Conseil militaire de transition a haussé hier le ton, en avertissant les manifestants contre tout blocage des axes routiers, après leur avoir demandé vainement d'évacuer le quartier général de l'armée il y a quelques jours. "Les routes doivent être rouvertes immédiatement pour faciliter la circulation des trains et des autres moyens de transport dans la capitale et les autres Etats", a déclaré le Conseil militaire dans un communiqué.
Mais les manifestants soudanais semblent déterminés à aller jusqu'au bout de leur révolution, en maintenant leurs rassemblements, au lendemain de l'échec d'une nouvelle tentative de dialogue pour une sortie de crise devant permettre l'instauration d'un pouvoir civil au Soudan. Les manifestants ont affirmé en effet leur intention d'"intensifier le mouvement", en signe de défi au chef du Conseil militaire, le général Abdel Fattah al-Burhane, qui déjà condamné dimanche soir "le blocage de routes et la fouille de personnes sans en avoir l'autorité". Ses menaces sur un risque d'une dégradation de la situation sécuritaire n'ont pas eu d'effet. "Cela ne peut plus continuer, parce que la sécurité est de la responsabilité de l'Etat", avait-il ajouté, ont rapporté les médias locaux.
Dès leur prise de pouvoir le 11 avril dernier, suite à la démission forcée d'Omar al-Bachir, les militaire soudanais ont formé un conseil militaire de transition, vite contesté aussi par les Soudanais qui le qualifie de "prolongement" d'un même régime qui a régné durant trente ans. Les promesses de remettre le pouvoir aux civils dans un délai ne dépassant pas les deux ans, ainsi que l'arrestation de certaines figures du régimes et de proches du président destitué, n'ont pas réussi à calmer la rue, menée par le Syndicat des Professionnels sans le moindre dérapage, malgré une répression meurtrière du pouvoir au début du mouvement de contestation le 19 décembre dernier. "Le Conseil militaire a montré sa face sombre", a déclaré une figure de protestation, Wagdi Saleh. Selon lui, un responsable militaire a déclaré à une délégation du mouvement que ses revendications seraient examinées "parmi une centaine d'autres émanant d'autres partis politiques". Le parti al-Oumma, première formation de l'opposition, a accusé hier "certains membres du Conseil militaire" de vouloir "recycler le régime renversé".
Dans un communiqué il réclame que le pouvoir soit confié à l'Alliance pour la liberté et le changement (ALC), qui regroupe les principales formations contestataires. L'ALC, qui avait prévu d'annoncer dimanche la formation d'une instance civile censée pour remplacer le collège d'officiers supérieurs à la tête du pays, a finalement fait savoir qu'elle le ferait "dans quelques jours". Par ailleurs, l'équivalent de plus de 113 millions de dollars ont été saisis en liquide dans la résidence de Omar el-Béchir à Khartoum, a indiqué dimanche soir le chef du Conseil militaire de transition. Des membres de la police, de l'armée et des agents de sécurité ont trouvé sept millions d'euros, 350 000 dollars et cinq milliards de livres soudanaises (93 millions d'euros) lors d'une fouille de la résidence de l'ex-chef de l'Etat emprisonné, a déclaré le général Abdel Fattah al-Burhane. Le nouveau procureur général, le général al-Walid Sayyed Ahmed, a de son côté demandé aux autorités de répertorier toutes les propriétés appartenant à des officiels de l'ancien régime, a rapporté l'agence officielle Suna.

Lyès Menacer


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.