Groupe F : Le Cameroun sans sourciller face à la Guinée-Bissau    SELON SALIM LABATCHA, LE NOUVEAU SG : L'UGTA adhérera au Hirak    Défiant l'armada policière, les étudiants donnent une leçon de nationalisme    Bouira : Etudiants, élus et citoyens marchent pour la libération des dix-sept détenus    Plusieurs actions de protestation à Béjaïa    Protestation des journalistes hier à Tizi Ouzou    Samy Agli, nouveau président du FCE    L'union de la wilaya de Tizi Ouzou dénonce "un simulacre"    Poutine prolonge l'embargo alimentaire contre les Occidentaux    Ankara discute avec Moscou sur la date de livraison des missiles S-400    L'ordre des avocats dénonce une atteinte aux libertés    Le Mozambicain Anibal Manave élu président de FIBA Afrique    Dix à quinze jours d'indisponibilité pour Salif Sané    Allik sur les traces de Benkhelifa…    L'ONA actionne son dispositif d'intervention et d'alerte    Le plan canicule activé à Constantine    L'Algérien Toufik Hamoum à la tête du Conseil technique de l'Unesco    ACTUCULT    Le plasticien Ahmed Stambouli dévoile une nouvelle exposition    Deux stèles à l'effigie de Matoub Lounès et d'Imache Ammar    17,56 millions de dollars pour un film jamais tourné    Rétrospective sur le virtuose du cinéma algérien    Nouvelles de l'Ouest    Le secteur de la santé à Chlef : Beaucoup d'argent consommé sans impact sur la population    Retards dans la réalisation de projets sportifs : Des mises en demeure adressées aux entreprises et bureaux d'études    Saison estivale 2019 : Aménagement de 62 plages autorisées à la baignade    Equipe nationale: Pouvait mieux faire !    El Khroub: 8 compteurs électriques détruits par un incendie     Rocher de la vieille: Chute mortelle d'un homme du haut de la falaise    Tri et recyclage des déchets: Près de 1.024 tonnes de plastique valorisées par des entreprises en 6 mois    Chambre de commerce et de l'industrie de l'Oranie - CCIO: La commission ad-hoc des JM 2021 installée    MC Oran: Une feuille de route à appliquer en urgence    Le PDG de Sonelgaz à Oran: Deux nouveaux directeurs de distribution installés à Oran et Es-Senia    Conseil de la nation: La demande de levée de l'immunité parlementaire de Amar Ghoul à l'étude    Ali Benflis au « Le Quotidien d'Oran »: «Impérieuse nécessité d'un grand compromis national»    Alger : Rassemblement pour la libération de manifestants détenus    L'ARBRE DESSECHE    Pour "réduire leur dépendance envers Moscou" : Les USA veulent accorder des prêts aux pays de l'Otan    Dédollarisation : Les alliés des Etats-Unis se débarrassent eux aussi du dollar    Energies renouvelables : L'Algérie s'est dotée d'une stratégie "ambitieuse" pour son développement    Avec Uptis : Michelin lance le pneu increvable    Libye: Le président du Conseil social des tribus Touareg salue les efforts de l'Algérie    Analyse : Paix et sécurité en Afrique pour les nuls…et les plus avertis    Les études se poursuivent pour la reconversion de la prison de Serkadji en musée public    L'Etat à la rescousse    L'opposant Abdourahman Guelleh a pu quitter le pays    Mustang Shelby GT 500, un V8 de…770 chevaux !    Speedy Algérie : Promo vacances sur les pneus, freins et cli    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Des milliers de familles fuient Tripoli
Combats urbains dans la capitale libyenne
Publié dans Liberté le 02 - 05 - 2019

Le dernier bilan de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) fait état de 345 personnes tuées et de 1 652 blessées, en trois semaines de violences à Tripoli.
La situation humanitaire se détériore de jour en jour à Tripoli, où des milliers de familles sont otages des combats urbains entre les forces du maréchal Haftar et celles du Gouvernement d'union nationale (GNA), dirigé par Fayez As-Sarraj. Dans des déclarations au média Iwane Libya, Khaled Messaoud, membre de la cellule de crise du ministère des Affaires sociales du GNA, a déclaré qu'un total de 11 700 familles a fui les combats à Tripoli. La même source a rapporté que Riadh Tahar Bira, le responsable de la municipalité de Souk Djemaa, dans la périphérie de la capitale libyenne, a annoncé que 1200 familles ont été accueillies dans cette commune depuis le début de l'offensive de l'armée du maréchal Khalifa Haftar sur Tripoli. Il a également indiqué que trois centres d'accueil ont été mis à la disposition de ces familles. Devant cette situation, la Haut-Commissaire des Nations unies aux droits de l'homme, Michelle Bachelet, juge "urgent de créer des couloirs humanitaires sûrs pour permettre aux civils pris au piège de quitter la capitale libyenne", et se dit préoccupée par le fait que des milliers de civils restent bloqués dans les zones touchées par le conflit à Tripoli. Dans la foulée, elle joint sa voix aux appels à un cessez-le-feu immédiat et à la reprise des pourparlers. "L'escalade des attaques dans les zones résidentielles, y compris l'utilisation d'artillerie, de roquettes et de frappes aériennes, est profondément préoccupante. Des milliers d'enfants, de femmes et d'hommes sont en danger", a affirmé la cheffe du Haut-Commissariat des Nations unies aux droits de l'homme (HCDH). "Je rappelle à toutes les parties au conflit que l'emploi d'armes explosives ayant des effets indiscriminés, dans des zones densément peuplées, constitue une violation du droit international humanitaire et des droits de l'homme", a ajouté Mme Bachellet. De son côté, Charlie Yaxley, porte-parole du HCR, a expliqué lors d'un point de presse à Genève que "les bombardements aveugles et les tirs nourris sont la cause de destructions et de déplacements. Et le nombre de personnes touchées augmente". Les différentes agences de l'ONU estiment que des milliers de personnes sont piégées dans la banlieue sud de Tripoli, y compris Aziziya, Swani et Aïn Zara. Par ailleurs, la Haut-Commissaire aux droits de l'homme s'est également déclarée gravement préoccupée par la sécurité d'environ 3350 migrants et réfugiés, toujours détenus dans des centres de détention près des zones de conflit. Les migrants se voient refuser l'accès aux abris pour les personnes déplacées et seraient contraints de travailler pour les milices qui contrôlent leurs centres de détention. Elle a appelé l'UE et ses Etats membres à mettre en œuvre rapidement et collectivement une réponse cohérente, fondée sur les droits de l'homme, aux migrations maritimes en provenance de Libye.
Merzak Tigrine


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.