La mobilisation populaire demeure intacte    "La corruption est une atteinte aux droits de l'Homme"    Le marché de voitures toujours fermé    L'AEP des communes de la daïra de Sidi Naâmane renforcée    Les employés de l'EPMC investissent la rue    Pénurie de véhicules    Une production record de tomate industrielle    «La Caisse pourrait revoir le seuil des remboursements actuels des soins médicaux»    L'ONU craint une escalade    Le Premier ministre tunisien délègue ses pouvoirs    Reprise des violences autour de Tripoli    Guenina et Meftahi de la partie face au WAT    Kadri : "Nous visons une victoire au Khroub"    L'ombre du passé    Un accord européen pour répartir les 356 migrants    Alger rit, Algérie pleure    Qui en est responsable ?    "La création doit s'inspirer de la question identitaire"    Deux grands rendez-vous à Aïn Témouchnent    Monarchie de juillet / 1re République (1830-1842)    L'acteur espagnol Javier Bardem appelle à protéger les océans    Compétitions africaines des clubs : Mission difficile pour les Canaris    MC Oran : Les Hamraoua à l'assaut de l'Aigle sétifien    Coupe arabe : La JSS contrainte de gagner face au CA Bizerte    Al Merreikh - JSK (aujourd'hui à 18h30) : Velud : «J'ai déjà battu Al Merreikh mais les matchs ne se ressemblent pas»    Oued R'hiou (Relizane) : Saisie d'armes à feu et d'un drone    Réhabilitation des hôtels publics à Tizi Ouzou : Trois structures livrées en novembre    «Book Exchange» au jardin botanique du Hamma, à Alger : Echangez vos livres contre d'autres    Dialogue: Sofiane Djilali pose ses conditions    5 morts et 32 blessés à Alger: Un concert vire au drame    Douanes: Plusieurs marchandises soumises à l'autorisation de circuler    Chlef: Installation du président et du procureur général de la Cour    Bouira: 19 têtes bovines et 30 moutons volés    Relizane, Naâma, Tlemcen: Des armes et plus de 280 kg de kif saisis    Tiaret: L'affichage des listes des logements sociaux reporté    Plus de 1 300 réfugiés rapatriés en l'espace de 24 heures    Martin Griffiths met en garde contre la fragmentation du pays    Découverte du cadavre d'un jeune homme à El Matmar    Medane n'est plus manager général de la sélection    Les manoeuvres marocaines à Guerguerat menacent la sécurité de toute la région    La maison traditionnelle Kabyle célébrée à Tazerouts    "Possibilité de ne pas recourir à l'importation du blé"    Hanni débute fort    Le Hirak, acte 27    Bensalah nomme de nouveaux ambassadeurs    La police veut démanteler le Mouvement islamique    Tayeb Louh en prison    CLASSEMENT MONDIAL DES ARMEES : L'ANP parmi les 30 puissances mondiales    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Dialogue : les raisons de l'impasse
Alors que la crise politique perdure
Publié dans Liberté le 23 - 07 - 2019

Impasse et horizons bouchés. Malgré une multiplication de propositions pour un "dialogue" susceptible de mener le pays à une sortie de crise, aucune avancée n'a été enregistrée. Chacun attend le signal de l'autre partie.
Depuis quelques mois, le pouvoir navigue à vue. Traversé par des courants différents et parfois contradictoires, il n'arrive pas à prendre de décision. Il sait qu'il faut négocier. Mais ne sait pas comment faire pour parvenir à cet objectif. Et cela bloque. De l'aveu même des médias officiels, le pays est "dans l'impasse". Même la télévision gouvernementale, qui a pour habitude de "positiver" tout ce que fait le pouvoir, a fini par admettre que la situation est "bloquée". Un reportage en ce sens, diffusé par "l'Unique" ce dimanche soir, ne désigne pas le "coupable". Mais il est clair que la première responsabilité revient au pouvoir.
Cela fait, en effet, plusieurs semaines que les autorités ne parviennent pas à convaincre l'opposition de sa bonne intention d'aller vers un vrai dialogue. Cette difficulté se matérialise par le déni de la situation des détenus d'opinion. Malgré une demande insistante de leur libération de l'opposition et des manifestants, le pouvoir reste sourd et ne veut même pas reconnaître cette réalité. Pourtant, toutes les parties qui appellent au dialogue font de la libération des "détenus d'opinion" une condition sine qua non avant d'entamer un dialogue avec le pouvoir. Plus que cela, la classe politique réclame des "mesures d'apaisement" susceptibles de "créer des conditions d'une élection présidentielle".
Seule réponse du pouvoir ; depuis au moins deux vendredis, la pression est quelque peu retombée sur les manifestations. Depuis les arrestations hasardeuses des manifestants qui portaient l'emblème amazigh, les brutalités sont devenues rares. Ce qui n'empêche pas le pouvoir d'imposer un véritable blocus sur la capitale et les grandes villes du pays. Les manifestants venus des wilayas environnantes sont systématiquement refoulés aux portes d'Alger.
Il n'y a cependant pas que le pouvoir qui bloque le processus de dialogue. Au sein de la classe politique sont apparus au moins deux blocs politiques, pour l'instant inconciliables. Les forces du changement, constituées essentiellement des partis "nationalistes" et "conservateurs", qui ont signé le pacte d'Aïn Benian.
Leur préoccupation principale est l'organisation d'une élection présidentielle dans les plus brefs délais. Mais "pas à n'importe quel prix", avertissent-ils. Face à eux, les formations de "l'alternative démocratique" veulent une période de transition et ne font pas de la présidentielle une "fin en soi". Ils comptent organiser, le 31 août, une conférence nationale. Mais la participation des autres tendances politiques à la rencontre semble déjà compromise.
Selon des indiscrétions, des partis politiques, comme le MSP et Talaie El-Houriat, ne voient pas d'un bon œil la tenue d'une réunion de l'opposition sans qu'ils soient directement associés à l'initiative. Ils considèrent l'initiative de "l'alternative démocratique" comme "une convocation". Or, selon un homme politique, "une réunion pareille doit être préparée de concert avec tout le monde. On ne peut pas fixer une date et appeler les autres à se joindre à toi".
Des frictions de cette nature ont toujours compromis les rapprochements entre les partis de l'opposition. Cela ne fait que perdurer la crise et élargir le fossé qui existe entre les différents acteurs présents sur la scène politique. "Les Algériens n'ont jamais appris à se parler", a avoué l'ancien ministre Abdelaziz Rahabi. "J'ai l'impression que personne ne veut parler à personne", s'est également angoissé l'ancien président de l'APN Karim Younès, qui tente actuellement une nouvelle médiation politique. Mais, pour l'heure, tout reste au stade des intentions.

Ali Boukhlef


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.