Belaid: toute manipulation des voix des citoyens est une manipulation du devenir du pays    Hadj: les inscriptions pour le tirage au sort débuteront mercredi 11 décembre    Mostaganem: marche populaire de soutien à l'élection présidentielle et à l'ANP    APN: examen des amendements proposés au projet de loi relatif au Conseil national de la Recherche scientifique    Vote de la communauté nationale à l'étranger: taux de participation "acceptable"    OGC Nice : grosse blessure et opération pour Youcef Atal    OPEP: l'application des baisses supplémentaires sans incidence sur les ressources de l'Algérie    AFFAIRE BAIRI : 10 ans de prison requis contre l'ancien wali, Nouria Zerhouni    Poursuite du procès d'anciens responsables et hommes d'affaires impliqués dans des affaires de corruption    Ligue des champions (Groupe D). ES Tunis 1 – JS Kabylie 0 : Victoire difficile pour le tenant du titre    A BATNA : Mihoubi plaide pour la préservation de l'Algérie    EN VISITE AU COMMANDEMENT DES FORCES TERRESTRES : Gaid Salah valorise la relation entre peuple et son Armée    3EME CONFERENCE INTERNATIONALE DE BIOSCIENCES : Les raisons du cancer en débat à Oran    EN RAISON DES TRAVAUX LANCES DANS LA STATION D'EPURATION : Mostaganem sans eau potable depuis des jours    SIDI BEL ABBES : Louable stratégie adoptée aux handicapés par la CNAS    Le Polisario proteste contre "France2" pour un "documentaire de propagande" sur l'occupation du Sahara occidental    Barça : Messi dépasse Ronaldo    Archaïsme et mauvaise gouvernance    Les opérateurs affichent leur inquiétude    Nouvelle domiciliation au stade de Ras El-Oued    La rue divisée à Constantine    Le Congrès américain désavoue Trump    30 000 enfants migrants disparus en Europe    Human Rights Watch dénonce    «Aux entreprises de s'adapter !»    Gâteau au yaourt, sirop au citron    Crème au concombre    Un nouvel essai en ligne d'Ahmed Cheniki    Le prix Mohia d'Or lancé à Tizi Ouzou    ...sortir ...sortir ...sortir ...    Le Grand Prix Assia-Djebar, une opportunité de promouvoir le roman algérien à l'international    Mise en exploitation de la bibliothèque de lecture publique dans la commune d'El Mahmal    L'hagiographie dans la poésie melhoun, une ethnographie des grands saints de l'islam    Zerouati : "l'Algérie déterminée à adopter un modèle économique durable"    Serie A : La Juventus perd des points face à la Lazio    Sérieux test pour les Pacistes    Groupe C. Pétro Atlético 1- USM Alger 1 : Les Algérois n'arrivent pas à gagner    Financement du 5ème mandat: Ali Haddad enfonce Saïd Bouteflika    Skikda: 19 harraga secourus    Débat télévisé: Dans les coulisses du «face-à-face»    Football - Ligue 1: Le CRB creuse l'écart, des bleus pour le NAHD    Syrie : Erdogan annonce un nouveau sommet Turquie-France-Allemagne-Grande-Bretagne en février    En réplique à la taxation des GAFA : "L'attaque de Trump est en dessous de la ceinture"    Chine : l'achat d'un téléphone conditionné au scan du visage    LPA: Les communes d'Alger procéderont à la convocation des souscripteurs fin décembre    France : Plus de 800 000 manifestants contre la réforme des retraites selon l'Intérieur    Cinéma : Trois films algériens primés au festival d'Al Qods    Théâtre : La pièce "Ez'Zaouèche" présentée à Alger    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La planche du naufrage !
En décodé…
Publié dans Liberté le 17 - 11 - 2019

Octobre 2017. Pour justifier le recours à la planche à billets, Ahmed Ouyahia, ex-Premier ministre, criait dans l'hémicycle que "l'Etat n'avait pas de quoi payer les salaires des fonctionnaires". Un aveu d'échec d'une politique dépensière reposant essentiellement sur la rente et sa redistribution.
Peu avant cette phrase légendaire de celui qui aura été l'homme des sales besognes du clan Bouteflika, Ahmed Ouyahia poussait le zèle et la médiocrité à l'extrême en assimilant la politique de la planche à billets à un coup de génie de Abdelaziz Bouteflika qui, dans un sursaut de nationalisme, optait pour la création monétaire afin d'épargner au pays l'engrenage de l'endettement extérieur.
Cependant, lui qui sait se servir de la littérature économique, sait que le recours à la planche à billets est l'expression d'un échec économique tonitruant. Les comptes de la nation virent au rouge vermeil en cet automne 2017, trois ans après le choc pétrolier de la mi-2014 qui s'est soldé par la disparition du Fonds de régulation des recettes pétrolières dès février 2017 alors qu'il cumulait près de 5000 milliards de dinars à la mi-2014.
Après avoir débité le FRR, l'Etat n'avait plus aucun pare-choc financier en février 2017. Durant l'été de la même année, la planche à billets était discutée en plein Conseil des ministres ; une mesure symptomatique d'un régime politique aux abois, plutôt que d'un gouvernement en mal de solutions. Octobre 2017. La banque centrale s'était d'ores et déjà mise à imprimer de l'argent frais au profit du Trésor public, avant même que l'option de la planche à billets ne soit validée par le Parlement.
Quinze mois plus tard, les tirages au moyen de la planche à billets se sont chiffrés à 6550 milliards de dinars, soit le double du montant conseillé par les économistes mis à la disposition du gouvernement Sellal en 2017. Deux années plus tard, le gouvernement Bedoui annonce avec tambour et trompette la fin de la planche à billets. Le populisme et l'amateurisme, c'est aussi ça.
Après avoir habitué nombre d'institutions financières et non financières à la générosité de la planche à billets, le gouvernement se retire sur l'Aventin et ne souffle mot de ses solutions alternatives à ce mode de financement aussi simpliste que ravageur. Noureddine Bedoui est venu prêcher la bonne nouvelle telle un messie sans en être convaincu. Il sait cependant que l'Etat est à fond de cale. Et que l'impasse politique dans laquelle son gouvernement et ses compagnons d'infortune ont engagé le pays risque de se révéler onéreuse. Le retour à la planche à billets sera alors inévitable, voire à hauts risques.

Par Ali TITOUCHE


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.