Producteurs de boissons: Appel à des mesures urgentes pour éviter des pénuries    Ils lancent un appel de détresse: 12 Algériens, dont 5 femmes, bloqués aux Maldives    IS Tighennif - Ismaïl Abdelhamid (Président) : «Notre objectif est atteint»    Blida: Course après les aliments et non-respect du confinement    Cours à distance en période de confinement: Un plus selon les syndicats mais...    Une instruction du Premier ministère: D'autres catégories de commerces autorisées à activer    RENAISSANCE HUMAINE    Le gouvernement fixe les types de commerce autorisés à ouvrir    Quand le besoin vital de masques vire à l'anarchie entre états    Report de la réunion de l'Opep+ au 8 ou 9 avril    L'infrangible lien…    Jijel : fausse pénurie d'huile et de sucre    Rapatriement de 740 ressortissants algériens bloqués en Turquie    Plusieurs saisies effectuées à Tizi Ouzou    Le marché d'El-Graba à Relizane démantelé    Du carburant gratuit pour les ambulances à Médéa    Les feuilles de l'automne    Karim Tabbou pas concerné par la grâce présidentielle    Le président Tebboune interdit les cadeaux entre responsables de l'Etat    SIDI BEL ABBES : 2 bureaux de Poste mobiles pour le versement des salaires de la police    Coronavirus : la Cnep-Banque prend de nouvelles mesures    Le commissaire à la paix de l'UA rend un vibrant hommage au défunt Khadad    Real Madrid: l'agent d'Hakimi dément un accord    La chute de la maison Bouteflika    Pétrole : les pays de l'Opep+ décidés à agir pour stabiliser les cours de l'or noir    Trois journalistes placés sous contrôle judiciaire    Hirak : la machine judiciaire toujours fonctionnelle    Le chef de file de l'opposition malienne toujours introuvable    Convention reportée, candidats confinés et vote à distance : L'inédite course à la Maison-Blanche    Le MJS, la FAF et la LFP ne veulent pas d'un championnat à blanc    USM Alger : Le groupe Serport engagé contre le Covid-19    JSM Béjaïa : Hammouche plaide pour une meilleure reprise    Un million de signatures pour un cessez-le-feu mondial    "Nous avons encore une vision très normative de la création théâtrale"    Le geste fort d'Aït Menguellet en faveur des détenus d'opinion    Cela s'est passé le 29 mars 1956 à Constantine : L'assassinat du commissaire principal Jean Sammarcelli    Théâtre régional Azzeddine Medjoubi d'Annaba : Riche programme virtuel pour le public confiné    Hommage à la «princesse rouge» : Son Altesse populaire    Une nouvelle carte du monde serait-elle possible ?    LFP: La Ligue fait un don d'un milliard de centimes    La lutte contre le Covid-19 va-t-elle autoriser de nouvelles dérives éthiques ?    L'ex-directeur de l'éducation: Tahar Brahmi n'est plus    DEFENSE NATIONALE : Un terroriste et trois éléments de soutien éliminés en mars    Mines antipersonnel: l'Algérie marque le journée internationale de sensibilisation au problème    Décès de Kheddad: l'Organisation américaine des juristes rend hommage à un défenseur incontestable et un négociateur assidu    Hamel écope de 15 ans de prison ferme    Appel à la libération des détenus d'opinion    Sahara occidental : Décès du diplomate M'hamed Kheddad    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La planche du naufrage !
En décodé…
Publié dans Liberté le 17 - 11 - 2019

Octobre 2017. Pour justifier le recours à la planche à billets, Ahmed Ouyahia, ex-Premier ministre, criait dans l'hémicycle que "l'Etat n'avait pas de quoi payer les salaires des fonctionnaires". Un aveu d'échec d'une politique dépensière reposant essentiellement sur la rente et sa redistribution.
Peu avant cette phrase légendaire de celui qui aura été l'homme des sales besognes du clan Bouteflika, Ahmed Ouyahia poussait le zèle et la médiocrité à l'extrême en assimilant la politique de la planche à billets à un coup de génie de Abdelaziz Bouteflika qui, dans un sursaut de nationalisme, optait pour la création monétaire afin d'épargner au pays l'engrenage de l'endettement extérieur.
Cependant, lui qui sait se servir de la littérature économique, sait que le recours à la planche à billets est l'expression d'un échec économique tonitruant. Les comptes de la nation virent au rouge vermeil en cet automne 2017, trois ans après le choc pétrolier de la mi-2014 qui s'est soldé par la disparition du Fonds de régulation des recettes pétrolières dès février 2017 alors qu'il cumulait près de 5000 milliards de dinars à la mi-2014.
Après avoir débité le FRR, l'Etat n'avait plus aucun pare-choc financier en février 2017. Durant l'été de la même année, la planche à billets était discutée en plein Conseil des ministres ; une mesure symptomatique d'un régime politique aux abois, plutôt que d'un gouvernement en mal de solutions. Octobre 2017. La banque centrale s'était d'ores et déjà mise à imprimer de l'argent frais au profit du Trésor public, avant même que l'option de la planche à billets ne soit validée par le Parlement.
Quinze mois plus tard, les tirages au moyen de la planche à billets se sont chiffrés à 6550 milliards de dinars, soit le double du montant conseillé par les économistes mis à la disposition du gouvernement Sellal en 2017. Deux années plus tard, le gouvernement Bedoui annonce avec tambour et trompette la fin de la planche à billets. Le populisme et l'amateurisme, c'est aussi ça.
Après avoir habitué nombre d'institutions financières et non financières à la générosité de la planche à billets, le gouvernement se retire sur l'Aventin et ne souffle mot de ses solutions alternatives à ce mode de financement aussi simpliste que ravageur. Noureddine Bedoui est venu prêcher la bonne nouvelle telle un messie sans en être convaincu. Il sait cependant que l'Etat est à fond de cale. Et que l'impasse politique dans laquelle son gouvernement et ses compagnons d'infortune ont engagé le pays risque de se révéler onéreuse. Le retour à la planche à billets sera alors inévitable, voire à hauts risques.

Par Ali TITOUCHE


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.