LUTTE CONTRE LE DISCOURS DE HAINE : Zeghmati présente l'avant-projet de loi    Mohamed Bedjaoui impliqué lui aussi    MOSTAGANEM : Les distributeurs de lait ne décolèrent pas    PROMOTION DU DIALOGUE SOCIAL : Une nouvelle approche pour le règlement des contentieux    DANS UNE ENTREVUE ACCORDEE A UNE CHAINE DE TELEVISION RUSSE : Tebboune nie toute exploitation du gaz de schiste    FRANCE : Quatre frères et sœurs algériens arrêtés à Bordeaux    REMONTEE DES EAUX A ES-SENIA : Vers la réalisation de canaux de drainage vers la Sebkha    Real Madrid: Guardiola réagit à l'intérêt de Zidane pour Sterling    Football/Professionnalisme: "Les pouvoirs publics s'engagent à prendre en charge les doléances des clubs"    Ligue 2: Le programme des rencontres de la 20ème journée    "Depuis le 22 février 2019, le peuple algérien s'est autonomisé"    L'Afrique du Sud continuera à exhorter le Maroc à respecter les résolutions de l'ONU sur le Sahara occidental    Haftar menace de s'opposer militairement à la Turquie    Vers le déploiement d'une mission de l'UA    Revoilà l'ingérence russe !    Résonances autour d'une année de contestations    Fausses adresses    «Le Hirak a sauvé l'Etat national de l'effondrement»    Serport annonce ses grands projets    Choc des extrêmes à Biskra    Le Targui    Marche des robes noires aujourd'hui à Béjaïa    Montréal aux couleurs algériennes    15 732 personnes prises en charge par l'Onaea    Constantine : les habitants du quartier Rahmani-Achour protestent    L'espace attenant au siège de la daïra d'El-Milia squatté    ACTUCULT    L'œuvre visionnaire d'un écrivain engagé    "Mon art est un langage de liberté et de solidarité"    Mort du DJ et producteur britannique Andrew Weatherall    Avec la série Hunters, la chasse aux nazis prend des accents «comics»    En bref…    Fin en vue du blocage politique en Tunisie    Arrêt de l'importation des kits CKD/SKD : Abdelmadjid Tebboune met fin au «montage» automobile    Transport ferroviaire : Un secteur à la traîne    Mouloudia d'Alger : Neghiz sera sur le banc face à l'USMA    Le pianiste Simon Ghraichy anime un récital    70e Berlinale : Projection de Nardjes A…, un documentaire sur le hirak    La statue de Constantin dans un état lamentable    80 employés du PNC et 7 syndicalistes licenciés: Reprise des vols d'Air Algérie    Publicité, presse électronique, professionnalisation...: Les promesses de Belhimer    Abdelmadjid Tebboune: Rien à reprocher au Hirak    Hassi bounif: 160 kilos de viandes rouge et blanche et 105 kilos d'abats saisis    4morts et 32 blessés en 24 heures    La CHine lancerait les premiers tests sur l'homme fin avril    Les défis de l'Algérie 2020-2025, selon Mebtoul    Le PNC suspend sa grève    Ronaldo adoube Mbappé !    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le retour de la reine
Publié dans Liberté le 28 - 08 - 2005

Dihya n'est jamais partie et ne s'est jamais absentée. Nous apostrophons le romancier, Messaoud Nedjahi, aussi complice que le mari de la chanteuse. Dihya a pris du recul, la meilleur manière de ne pas prendre part, et surtout ne pas cautionner le ridicule, la contrefaçon, l'ersatz et le faux. Je reformule : “Dihya nous revient” et avec elle un espace immaculé, préservé jalousement pour que la flamme reste vivace. Nous parlons de l'une des figures emblématiques de la chanson chaouie : rythme, texte, tempo, paroles s'entend.
Ça n'a rien à voir avec la chanson polaroïd très prisée par notre unique chaîne de télévision qui a ses propres chanteurs et art-tristes… Née à Taghit (Aurès), de son vrai nom Zohra Aïssaoui, elle est partie en France à l'âge de 8 ans. Après des reprises entre Faïrouz, Dalida, E. Macias, elle collabore aussi avec la chanteuse française Sheila et décroche son premier contrat avec la grande maison Polydor.
Elle connaît aussi sa première désillusion en perdant ses droits d'auteur. Qu'à cela ne tienne, Dihya ne baisse pas les bras, encore moins la voix et lance un cri en face du prohibé, de l'occulté et l'interdit. Yuguerten (ou Jugurtha), son premier album, n'était pas destiné aux soirées mondaines, ni aux hit-parades, encore moins à la danse du ventre, mais aux esprits et aux mémoires. Ça n'a pas empêché de prétendus éditeurs (hachakoum) de copier, enregistrer et vendre, sans droits d'auteur, en toute impunité. Une autre déception, mais cette fois en terre natale.
R. H.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.