Le ministre de la Justice à Oran: Loi contre l'enlèvement, casier judiciaire et prison    A la demande du ministère de la Justice: Procédure de levée d'immunité du président du RCD    Affaire SOVAC: 15 ans de prison requis contre Ouyahia, 10 contre Yousfi et 15 contre Oulmi    Le logement social réorienté ?    Marchandise à caractère commercial: Plus de 900 smartphones saisis à l'intérieur d'un car-ferry    Tiaret: 20 jeunes chômeurs en formation en entrepreneuriat    Importation: Pas de retour aux licences    Mascara: Le stade de l'Unité Africaine fait peau neuve    Un mort et six blessés dans deux accidents de la route    LES FAUSSES INTIMITES DANS UN MONDE NU    Oran: Deux ex-magistrats condamnés à deux ans de prison pour corruption    M6, La petite chaîne qui «mente» !    L'offre d'Arsenal pour Houssem Aouar    Le président et le vice-président de transition du Mali ont prêté serment    Zimbabwe appelle l'ONU à redoubler d'efforts pour mettre fin à l'occupation du Sahara occidental    Foot/ Algérie : le second représentant an Coupe de la Confédération connu le 4 octobre    Fédération algérienne de handball : adoption à l'unanimité des bilans moral et financier    La France a ordonné l'assassinat de Français "pro-FLN" durant la Guerre de libération    Affaire SOVAC : poursuite du procès en appel par les plaidoiries de la défense    Attar: l'augmentation de la production énergétique, une orientation stratégique pour le secteur    Massacres du 17 octobre 1961: Une association française demande la reconnaissance du crime    Le document d'amendement de la Constitution insiste sur la protection de la famille    DIRECTION DES SERVICES AGRICOLES DE TIARET : Installation de la cellule d'écoute et d'orientation    MASCARA : Les travailleurs de l'entreprise ‘'Dahra'' sans salaire depuis 8 mois    DISTRIBUTION DE 800 LOGEMENTS AADL A TISSEMSILT : Les souscripteurs de la cité Sanawbar enfin soulagés    ACCUSE DE DETERIORATION DE BIENS PUBLICS A MASCARA : Le professeur Yahiaoui Ahmed acquitté    SIDI BEL ABBES : Le corps sans vie d'un adolescent repêché d'une retenue d'eau    BECHAR : Arrestation d'un charlatan en possession d'une arme à feu    MANIPULATION DE L'IMAGE PAR M6 : L'ARAV exprime sa "totale réprobation"    OUARGLA : Un terroriste se rend aux autorités militaires    Real Madrid: Bale n'a aucun regret    Manchester United: une offre de 98 M€ pour Sancho?    MOSTAGANEM : Le conseiller du président Tebboune réunit les zaouias    Les problèmes de développement en suspens de nombreuses zones d'ombre réglés    Situation de l'environnement marin :Benharrats tire la sonnette d'alarme    Participation de l'ANP au maintien de la paix : une évolution dictée par le contexte géopolitique    La wilaya d'Alger réagit    Belhimer: le débat sur la Constitution dénote la conscience du peuple qui suit de près le sujet    Trafic de drogue: ce n'est pas en pointant une Kalashnikov devant ces jeunes……..    L'ennemi extérieur est uniquement dans la tête des dirigeants.    Le contrat de Tiboutine résilié    Belkaroui arrive, Masmoudi prolonge son contrat    Ce soir-là...    Actucult    Des progrès dans les discussions Grèce-Turquie au sein de l'Otan    Alger prend acte    Investiture en catimini du président Loukachenko    Deux productions algériennes à l'honneur    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





"Et si je les tuais tous, Madame", le monologue des silences bavards
Festival international du théâtre de Béjaïa
Publié dans Liberté le 20 - 02 - 2020

Et si je les tuais tous, Madame est une création théâtrale sénégalo-burkinabé, présentée mardi soir au théâtre Abdelmalek-Bouguermouh, au quatrième jour du Festival international du théâtre de Béjaïa. Elle traite à la fois de l'exil et du mal du pays, en mettant en lumière les souffrances sourdes endurées, selon que l'on est dans un cas ou dans l'autre.
Ecrite et mise en scène par le dramaturge burkinabé Aristide Tamagda, la pièce est présentée sous forme d'un monologue pour le moins singulier, qui fait la place belle à une flopée de personnages qui n'apparaissent jamais, mais qui occupent furieusement son esprit débridé et rythment son existence et sa condition de migrant.
Tels des fantômes, son père, sa mère, sa femme, son enfant, ses amis, laissés au pays, occupent et hantent, en permanence, ses pensées, exacerbant à chaque apparition son mal-être et son désespoir. Par un banal hasard, Lamine se retrouve à un carrefour où le feu tricolore est au rouge.
En attendant son passage au vert, il interpelle une femme au volant de sa voiture et tente d'engager la conversation, en vain. Elle ne remarque pas sa présence. Et comme l'attente lui paraît longue, il s'embarque dans une rêverie, un voyage imaginaire dans lequel il déroule sa vie inaccomplie, depuis son enfance, jusqu'à l'étape de son émigration en Europe.
Il s'arrête sur ses échecs, ses désillusions, ses rêves, et se surprend à en sortir un flot de paroles et de discours qui le submergent comme un "orage du mois d'août" avec une violence qui n'a d'égal que la violence de sa vie.
Partir ou rester ? Tel est le dilemme qu'il n'arrive pas à trancher, balançant entre deux mondes a priori peu conciliables, et qui complique son choix pour l'un ou l'autre. Seule échappatoire, un voyage vers une autre destinée mais dont il n'arrive pas encore à en dessiner les contours.
Et si seulement la petite dame au volant de sa voiture daignait lui rendre le salut et la politesse. Assurément, elle mettrait fin à sa folle réflexion et à son attente désespérée et désespérante. C'est la panacée et le remède pour tuer ses fantômes, voire ceux de son interlocutrice, à savoir. La chronique reste aussi silencieuse que bavarde et met en avant les rapports franco-africains, se côtoyant tous les jours depuis un siècle mais se parlant peu.

APS


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.