PSG : Di Maria supporte mal le confinement    BLIDA : Arkab s'enquiert de la disponibilité des produits pétroliers    COMMERCE EXTERIEUR : Une baisse globale des échanges en 2019    EN PLEINE EPIDEMIE MONDIALE : La Corée du Nord tire un nouveau projectile    ETATS-UNIS : Trump renonce à placer New York en quarantaine    Bengrina annonce une aide financière de ses députés    Real : Zidane aurait pris une décision pour Aubameyang    OUARGLA : L'annexe régionale de l'institut Pasteur opérationnelle    Un petit village kabyle met en place une ‘'organisation de guerre''    Un mariage provoque 4 contaminations au Covid-19 à Bejaia    Covid19: 57 nouveaux cas confirmés et 2 nouveaux décès enregistrés en Algérie    Oran: 1er concours d'improvisation théâtrale sur Internet    Covid19-Foot: la FAF envisage des mesures de soutien et de relance    L'Agence de presse sahraouie fête son 21e anniversaire    LFP-Coronavirus: "nous réfléchissons à toutes les hypothèses"    La doctrine de la « guerre révolutionnaire », genèse, mise en œuvre et postérité    Le régime algérien profite du coronavirus pour réprimer de plus belle    Covid19-Médicaments à base d'hydroxychloroquine: près de 320.000 boites bientôt disponibles    Journée de la Terre: les Palestiniens face à la colonisation et la propagation du Covid-19    Report JP-2020: les athlètes algériens entre déception et soulagement    Coronavirus: les walis instruits de la mise en œuvre "urgente" d'un dispositif "particulier" d'assistance des citoyens    Le taux d'inflation moyen annuel a atteint 1,8% en février    Des personnalités dénoncent la dérive totalitaire du régime    Tentative de réhabiliter le vote par procuration    L'ancien DGSN Bachir Lahrache n'est plus    La guerre des prix ne profite à aucun producteur    Les feuilles de l'automne    L'infrangible lien…    Les supporters de l'ASMO attendent et espèrent    Pierre Audin solidaire avec Khaled Drareni    La presse écrite à rude épreuve    Lancement d'une plateforme numérique    Blida: Le décompte macabre continue    Prolifération des abattoirs clandestins: Saisie de près de 6 q de viande impropre à la consommation à Es-Senia    Les cygnes blancs de 2020    Une panne technique dans deux postes transformateurs à Hassi Ameur: Coupure prolongée du courant électrique à Oran et plusieurs wilayas de l'Ouest    Mascara: Nouvelles saisies de produits alimentaires    Le confinement fait polémique    L'ESPRIT ET LE CŒUR    La leçon d'humilité    30e nouveau membre de l'Otan    Les règles de conformité fixées    AFFAIRE DU PROCUREUR ADJOINT DE TIARET : Le Syndicat national des magistrats réagit    COUR D'ALGER : Le Parquet général exclut l'atteinte de Karim Tabbou d'un AVC    Palestine: attachement à la terre et lutte jusqu'à la libération de la patrie    L'ancien DGSN Bachir Lahrache n'est plus    Pandémie Covid-19: the year after!    Le FNDC dénonce des violences après le double scrutin de dimanche    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





"Et si je les tuais tous, Madame", le monologue des silences bavards
Festival international du théâtre de Béjaïa
Publié dans Liberté le 20 - 02 - 2020

Et si je les tuais tous, Madame est une création théâtrale sénégalo-burkinabé, présentée mardi soir au théâtre Abdelmalek-Bouguermouh, au quatrième jour du Festival international du théâtre de Béjaïa. Elle traite à la fois de l'exil et du mal du pays, en mettant en lumière les souffrances sourdes endurées, selon que l'on est dans un cas ou dans l'autre.
Ecrite et mise en scène par le dramaturge burkinabé Aristide Tamagda, la pièce est présentée sous forme d'un monologue pour le moins singulier, qui fait la place belle à une flopée de personnages qui n'apparaissent jamais, mais qui occupent furieusement son esprit débridé et rythment son existence et sa condition de migrant.
Tels des fantômes, son père, sa mère, sa femme, son enfant, ses amis, laissés au pays, occupent et hantent, en permanence, ses pensées, exacerbant à chaque apparition son mal-être et son désespoir. Par un banal hasard, Lamine se retrouve à un carrefour où le feu tricolore est au rouge.
En attendant son passage au vert, il interpelle une femme au volant de sa voiture et tente d'engager la conversation, en vain. Elle ne remarque pas sa présence. Et comme l'attente lui paraît longue, il s'embarque dans une rêverie, un voyage imaginaire dans lequel il déroule sa vie inaccomplie, depuis son enfance, jusqu'à l'étape de son émigration en Europe.
Il s'arrête sur ses échecs, ses désillusions, ses rêves, et se surprend à en sortir un flot de paroles et de discours qui le submergent comme un "orage du mois d'août" avec une violence qui n'a d'égal que la violence de sa vie.
Partir ou rester ? Tel est le dilemme qu'il n'arrive pas à trancher, balançant entre deux mondes a priori peu conciliables, et qui complique son choix pour l'un ou l'autre. Seule échappatoire, un voyage vers une autre destinée mais dont il n'arrive pas encore à en dessiner les contours.
Et si seulement la petite dame au volant de sa voiture daignait lui rendre le salut et la politesse. Assurément, elle mettrait fin à sa folle réflexion et à son attente désespérée et désespérante. C'est la panacée et le remède pour tuer ses fantômes, voire ceux de son interlocutrice, à savoir. La chronique reste aussi silencieuse que bavarde et met en avant les rapports franco-africains, se côtoyant tous les jours depuis un siècle mais se parlant peu.

APS


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.