La revanche de Tayeb Zitouni    La Cour de Tipasa dément    Pourquoi l'Arabie saoudite profitera le plus du chaos    Des instructions pour accélérer la cadence des travaux    L'APN convoque une réunion "importante" en présence du MAE    La FAF sort de son mutisme et dénonce une "campagne de médisance    Maintien du confinement partiel jusqu'au 13 juin    L'UGCAA et l'Anca appellent à la reprise des activités économiques et la réouverture des commerces    Djerad plaide pour l'allègement de la dette    L'Algérie rappelle son ambassadeur en France    Les commerçants réclament la reprise de leurs activités    Décès d'El-Youssoufi: le Président Tebboune rend hommage à un "homme d'Etat chevronné"    ORGANISATION D'UNE SOIREE A ORAN : L'affaire devant le juge d'instruction    Plus de 20.000 civils tués ou blessés en 2019 dans seulement 10 conflits    DERNIER MEMBRE EN VIE DU GROUPE DES 22 : Le président Tebboune reçoit Othmane Belouizdad    TOSYALI ORAN : Troisième exportation de 10.000 tonnes de rond à béton vers les Etats-Unis    LA SAISON BAS SON PLEIN A ORAN : Le thon cédé entre 1000 et 1300 DA le kg    TAXES SUR L'IMPORTATION DES VEHICULES NEUFS : Les précisions de Ferhat Ait Ali    L'OPPOSANT KARIM TABBOU PRIVE D'UN APPEL TELEPHONIQUE : La Cour de Tipasa dément    PROTECTION CIVILE A MOSTAGANEM : 1339 interventions durant le mois de Ramadhan    Le MJS et le COA décidés à travailler dans un "climat de sérénité"    Diplomate yéménite: "le Maroc n'a aucune souveraineté sur le Sahara occidental"    Décès de Abderhamane El Youssoufi: une étoile du Grand Maghreb s'éteint    137 nouveaux cas confirmés et 8 décès enregistrés en Algérie    Le massacre des Ouffia à El-Harrach (Alger): un crime qui révèle la barbarie de la France coloniale    Affaire d'enregistrement sonore: les présidents de l'USB et du CABBA convoqués    Covid19-Championnat d'Algérie: Medouar sceptique sur une éventuelle reprise    Essais nucléaires: une illustration des crimes français contre l'homme et la nature    La prison rouge de Ferdjioua (Mila), témoin de la barbarie de la France coloniale    Covid19: Djerad plaide pour l'allègement de la dette des pays en développement    Décès de Guy Bedos: Un artiste épris de justice s'en va    4 médecins et 6 paramédicaux testés positifs au Coronavirus    Tayeb Zitouni nouveau SG du RND    PLFC 2020: la Commission des finances et du budget de l'APN examine les amendements proposés    Le porte-parole du Quai d'Orsay s'exprime    Saâdaoui, l'homme par qui le scandale est arrivé    Biskra, la Mitidja du Sud    PLFC 2020: traiter les effets de la crise tout en soutenant le pouvoir d'achat    RC Relizane: Un parcours en deçà des prévisions    Non, demain ne ressemblera pas à hier    En hommage aux victimes du Covid-19: Une minute de silence, hier, à l'Institut «Cervantès» d'Oran    Un important dispositif policier dissuade les manifestants    Les feuilles de l'automne    L'infrangible lien…    La Grèce renforce le contrôle à sa frontière avec la Turquie    Les lecteurs du versant sud de Tizi Ouzou privés de journaux    Je veux partir seul au paradis !    Les victimes algériennes du Covid-19 en attente de rapatriement    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





"Et si je les tuais tous Madame", le monologue des silences bavards
Publié dans Algérie Presse Service le 19 - 02 - 2020

«Et si je les tuais tous Madame», est une création théâtrale Sénégalo-Burkinabé, présentée, mardi soir au théâtre"Abdelmalek Bouguermouh", au quatrième jour du festival international du théâtre de Bejaia. Elle traite à la fois de l'exil et du mal pays, en mettant en lumière les souffrances sourdes endurées, selon que l'on est dans un cas ou dans l'autre.
Ecrite et mise en scène par le dramaturge du Burkinabé, Aristide Tamagda, la pièce est présentée, sous forme d'un monologue pour le moins singulier, qui fait la place belle à une flopée de personnages qui n'apparaissent jamais, mais qui occupent furieusement son esprit débridé et rythment son existence et sa condition de migrant. Tels des fantômes, son père, sa mère, sa femme, son enfant, ses amis, laissés au pays occupent et hantent, en permanence, ses pensées, exacerbant a chaque apparition son mal être et son désespoir.
Par un banal hasard, Lamine, se retrouve à un carrefour ou le feu tricolore est au rouge. En attendant son passage au vert, il interpelle une femme au volant de sa voiture et tente d'engage la conversation mais en vain. Elle ne remarque pas sa présence.
Et comme l'attente lui parait longue, il s'émbarque dans un rêverie, un voyage imaginaire dans lequel, il déroule sa vie inaccomplie, depuis son enfance, jusqu'à l'étape de son émigration en Europe. Il s'arrête sur ses échecs, ses désillusions, ses rêves et il se surprend a en sortir un flot de paroles et de discours qui le submerge comme un « orage du mois d'Aout » avec une violence qui n'a d'égal que la violence de sa vie.
Partir ou rester ? tel est le dilemme qu'il n'arrive pas à trancher, balançant entre deux mondes a priori peu conciliable et qui complique son choix pour l'un ou l'autre. Seule échappatoire, un voyage vers une autre destinée mais dont il n'arrive pas encore à en dessiner les contours.
Et si seulement la petite dame au volant de sa voiture daignait lui rendre le salut et la politesse .Assurément, elle mettrait fin a sa folle réflexion, et son attente désespérée et désespérante C'est la panacée et le remède pour tuer ses fantômes, voire même, ceux de son interlocutrice à savoir.
La chronique reste aussi silencieuse que bavarde et met en avant les rapports Franco-africains, se côtoyant tous les jours depuis un siècle se parlant peu.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.