Le conseil de Darren Bent à Benrahma pour réussir à West Ham    Touba se rattrape bien avec Waalwijk    Rudi Grcia évoque le recrutement de Slimani !    Accusé d'avoir participé à l'assaut du Capitole, Chuck Norris affirme qu'il s'agissait d'un sosie    Kamel Boughaba inhumé à El Tarf    Décès de cinq citoyens dans l'explosion d'une bombe artisanale à Tébessa    Reconduction du confinement à domicile dans 29 wilayas du pays    Mon voyage en Chine(5)    «Revoir les pratiques, pas le système»    M. Chanegriha préside une réunion de travail avec les cadres du MDN    Le Mali au menu du Conseil de sécurité aujourd'hui    Slimani, «bon pour le service», signe pour dix-huit mois à Lyon    La Fifa saisie dans le dossier Boutmen (Club Africain)    Le HCR appelle l'UE à mieux protéger les réfugiés en Europe    Des syndicalistes critiquent la gestion des APC    Gâteau aux raisins secs    L'Algérie opte pour un deuxième vaccin chinois    Hommage à un grand intellectuel, le regretté Pr. Abdelkader Khelladi    Tu veux acheter un lingot ?    La préservation et la réhabilitation du patrimoine culturel sont l'affaire de tous    ESS-MCA, le choc !    Casoni plie bagage    Les transporteurs sanitaires menacent de faire grève    Peine capitale contre les assassins du boxeur Kerrad Mhenna    Le match à ne pas rater pour les Verts    Un an de prison ferme requis contre 7 activistes    Le rabatteur    Des universitaires appellent à sa généralisation dans tout le pays    Trains de banlieue : Environ 80 000 voyageurs par jour    INPED Boumerdès : Une refonte pédagogique salvatrice    Blida : l'ENPI et sa (mauvaise) gestion des cités    Yennayer 2971 : Exposition dédiée à l'artisanat traditionnel    A l'Ouest rien de nouveau !    Une situation épidémiologique stable a l'EHU: Vers une reprise normale des activités médicochirurgicales    Mandat de dépôt pour plusieurs agressions    Le déluge    Yennayer à Batna : la racine des arts    Vol et trafic de pièces archéologiques: Deux individus arrêtés et plus de trois milliards de cts d'objets d'art récupérés    Tiaret: Il y a 59 ans, Hamdani Adda était brûlé vif par l'OAS    Erosion continue du pouvoir d'achat    Bientôt finalisé    Le seuil maximum des retraits porté à 200.000 DA    Les donateurs veulent une révision de la législation fiscale    70 porteurs de projet poursuivis en justice    L'ADE de Sétif passe à l'acte    340 millions de chrétiens persécutés dans le monde    Lancement d'exercices navals en mer d'Oman    L'accusation fait appel du jugement du TSL    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Une ode aux victimes de la décennie noire
"Les maquis du désespoir" d'Arab Ahmim
Publié dans Liberté le 31 - 03 - 2020

Le roman Les Maquis du désespoir d'Arab Ahmim (éd. La Pensée, 2019) est une halte mémorielle au relais même de l'histoire qui reste à écrire "dans cette surenchère de l'horreur". Audacieux dans le choix de ses mots, l'auteur y fait la révérence à celles et à ceux qui ont été fauchés à la force du "hebheb ou de la vieille pétoire datant d'El-Mokrani".
Scindé en six chapitres dont "La colère d'un juste", l'auteur narre à l'histoire "la colère d'un juste", en l'occurrence celle de Cheikh Moh, qu'il élève sur le socle d'un "sage". Et bien que tout ne soit que fiction, l'œuvre d'Arab Ahmim est ce mémento où est schématisée l'horreur de la décennie noire. Cela part d'une course dite clandestine à bord d'une 4L, qui n'est plus du tout jeune, mais qui roule sur les sentiers au piémont de Chréa et des monts de Larbâa.
Au volant, il y a Cheikh Moh qui connaît sa vieille guimbarde dans ses moindres boulons au motif qu'il est retraité des chemins de fers algériens. Alors, et pour qu'il ne voie pas passer le temps qu'il lui reste à vivre, il s'adonne au "taxi clandestin", non pour y arrondir sa chétive pension de retraite, mais pour avoir de la compagnie et causer ainsi avec autrui. Faut dire qu'il y a quelque chose de mort en lui, "un air détaché comme s'il s'était écarté du monde des vivants".
Seulement, et aussi impénétrable qu'il est, Cheikh Moh ne laisse rien paraître. Mieux, ce vieux "patriote" se veut plus rassurant que ne l'est son tacot toussotant. Cheikh Moh a à son bord un jeune "bidasse" venu en permission se remettre des horreurs d'une bataille livrée "au mal et aux flammes de la haine qui brûle tout ce que le pays a de sain et d'intelligent".
Auparavant, le soldat était un étudiant en psychiatrie, d'où la pieuse pensée de l'auteur au psychiatre Mahfoud Boucebsi (1937-1993). Et, chemin faisant, le récit se déroule à mesure que se rétrécit la distance du village où habite le soldat à proximité du "cimetière des âmes perdues". Un village situé dans l'Algérie où "la nuit a peur du soleil" eu égard au film d'Arezki Berkouk dit Mustapha Badie (1927-2001).
Passionné, Cheikh Moh buvait les paroles de ce jeune qui est sorti indemne de "l'école du gourou qui n'a pour pédagogie que la peur ! La phobie de la différence et de la modernité". Du reste, et au bout du récit digne des Contes de la Crypte de William Gaines (1922-1992), les pensées de Cheikh Moh s'axent autour du "sang de la haine et de la vengeance" qu'il rêve d'assouvir "à la dette du sang", mais aussi au "souvenir de fer et de feu" contre la horde des cavaliers de l'apocalypse.
Au demeurant, l'auteur a brodé de l'humanisme autour de l'atrocité que le citoyen lambda a vécue dans sa chair et qu'il offre à la postérité pour que nul n'oublie la lycéenne martyre Katia Bengana (1977-1994), le poète-écrivain Youcef Sebti (1943-1993)...



Louhal Nourreddine
Les Maquis du désespoir, d'Arab Ahmim, éd. La Pensée (2019),
240 pages.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.