Après une interruption de près d'une année: Retour des marches du vendredi    Le bon grain et l'ivraie    Télécommunications: Les débits minimums vont passer à 4 Mbps    Raffinerie de Skikda: Démarrage de la récupération des gaz torchés    Football - Ligue 1: La JS Saoura s'installe sur le fauteuil    Ligue 2 - Groupe Ouest: Regroupement en tête    Groupe Est: Retrouvailles nostalgiques à Batna et Khroub    Bouira: Un mort et 9 blessés dans 3 accidents de la route    Infortunée sardine    Covid-19: Deux cas du variant britannique découverts en Algérie    Un gâchis irrécupérable ?    Alger-Centre : Coupures d'eau dans plusieurs quartiers    Milan : Pioli est désolé, mais...    Nice : Boudaoui titulaire face à Rennes. Atal encore absent    Real : Un accord de principe trouvé avec Sergio Ramos ?    Encore un corps repêché à El Tarf    [Vidéo] Des milliers de manifestants dans Les rues d'Alger    Institut Cervantès à Alger : Communication « Alger dans la fiction théâtrale Lopesque »    L'avocat de Blida libéré hier    Place aux jeunes ! Quand ils seront vieux !    Hirak, quels débouchés politiques ?    Á 90 ans, Goudjil confirmé à la tête du Sénat    «La pensée libre» à la barre    Ould Kaddour dans le collimateur    Le Mouloudia encore loin du compte    Trois chocs à l'affiche    Un Algérien nommé Aït Ali Brahim    Mohamed Bazoum, élu président du Niger    Le Maroc veut construire un deuxième mur de défense    La Tunisie retient son souffle    Panique en Israël    L'Algérie ou le déclin par les mathématiques    Un important lot de vaccin reçu hier    Le CICR appelé à protéger les Sahraouis dans les territoires occupés    Libération sous caution de Nabil Karoui    Les cinémas autorisés à rouvrir à New York    Le rêve brisé d'un amoureux du cinéma    Plus de 50 œuvres littéraires abordant la valeur de la cohésion nationale publiées    Sardine, vin, prière et pêcheurs !    Djamaâ El Djazaïr : Le périmètre de protection et les règles de sécurité fixés    Lutte contre la criminalité : Saisie de 650 comprimés psychotropes    Journée nationale de la Casbah : 80% du patrimoine bâti de La Casbah classés «rouge»    Pré-emploi et terrain sinistré    Tiaret: Sur les traces de l'homme préhistorique de Columnata    Le nouveau découpage assurera la "fixité des populations"    Le pouvoir d'achat en cote d'alerte    Sahara occidental: Washington continue de soutenir le processus onusien    Les nouveaux dirigeants libyens bientôt en Algérie    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Scènes d'anarchie et d'incivisme dans les plages
Le littoral pris d'assaut après le déconfinement
Publié dans Liberté le 23 - 08 - 2020

La réouverture des plages à la baignade, après plusieurs mois de confinement sanitaire, a drainé, naturellement, la grande foule vers le littoral algérien. En autorisant ce retour progressif à la normale, le président Abdelmadjid Tebboune avait instruit le Premier ministre ainsi que les responsables des différents services de sécurité, lors de la réunion du Haut conseil de sécurité, le 3 aout dernier, de « veiller au strict respect des mesures sanitaires requises », avec une application « sévère » de la loi.
Quelques jours plus tard, soit le samedi 8 aout, le Premier ministre a arrêté le dispositif d'ouverture graduelle et contrôlée des plages, stipulant, entre autres, « le respect de la distanciation physique d'au moins un mètre et demi, l'affichage des mesures barrières et de prévention aux différents points d'accès des lieux, l'organisation de lieux adéquats pour le stationnement des véhicules, et la mise à disposition de bacs dédiés à recueillir les masques, gants ou mouchoirs usagés ».
Les walis concernés ont tenu, par la suite, des réunions à leur niveau, pour organiser la réouverture des plages autorisées à la baignade. Des réunions qui ont été suivies par de larges campagnes médiatiques sur les préparatifs et les efforts consacrés par les pouvoirs publics pour accueillir les estivants à partir du 15 aout. Mais voilà qu'un peu plus d'une semaine après, les images qui parviennent des différentes plages du littoral algérien sont, pour le moins, choquantes. Il n'est plus, effet, question de parler de distanciation sociale, puisque les scènes d'anarchie et d'incivisme observées dans les plages, et largement répercutées sur les réseaux sociaux, dépassent l'entendement... et ne devraient pas même être permises en temps normal.
A titre d'exemple, des jeunes estivants qui stationnent leur véhicule carrément dans la plage, à côté de leur parasol et à proximité des baigneurs, d'autres jeunes qui défilent avec un mouton de « combat » au milieu des familles, des chevaux en furie montés par de jeunes gens imprudents et qui ont failli écraser des enfants, des jet ski et embarcations qui se rapprochent dangereusement du bord de mer... en l'absence des services de sécurité, censés veillés à la sécurisation des plages.
A ces scènes incroyables s'ajoute aussi l'absence des bacs à ordures, et donc l'amoncellement des déchets par ci et par là, à tel point que des internautes ont songé au lancement d'une pétition pour attirer l'attention des pouvoirs publics sur la saleté des plages. Le manque de sécurité n'est pas du reste aussi, puisque plusieurs témoignages de jeunes femmes font état d'actes d'agression et d'intimidation par des baigneurs qui s'érigent en police des mœurs, les obligeant à mettre un pull et un pantalon au-dessus de leurs maillots ou à quitter les lieux.
La liste des dépassements est encore longue, et l'application « sévère » de loi demeure, visiblement, lettre morte sur le terrain.
Mehdi Mehenni


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.