Koléa : la CNAS dévoile son espace El Hanna    Erdogan se fait inoculer le vaccin chinois CoronaVac    Google soutient le plan d'immigration de Biden    Les Etats-Unis sanctionnent le concepteur du vaccin iranien contre la Covid-19    OL - Rudi Garcia : "Slimani sera avec nous dimanche"    Souk El Had (Boumerdès) : 100 locaux à l'abandon    Mascara : Les accouchements dans le privé sont remboursables    Tébessa: Cinq morts et trois blessés dans l'explosion d'une bombe artisanale    Chlef: Le versement des pensions de retraite étalé sur 10 jours    Les faits têtus de la réalité    Football - Ligue 1: La palme à l'OM et l'USMBA    ASM Oran: Baghor Merouane succède à lui-même    LRF Saïda: Benhamza Yacine plébiscité    Importation de véhicules: Les agréments provisoires délivrés dès demain    Nettoyer le pays de qui et de quoi ?    Distribution prochaine de 1.500 unités dans la daïra d'Aïn El Turck: Plus de 15.000 mal-logés en attente d'un relogement    Bouira: Deux morts et deux blessés dans une explosion de gaz    Le confinement partiel reconduit    Retour au point de départ    Tébessa: Si la place de la Victoire m'était contée    Touba se rattrape bien avec Waalwijk    Le conseil de Darren Bent à Benrahma pour réussir à West Ham    Kamel Boughaba inhumé à El Tarf    Décès de cinq citoyens dans l'explosion d'une bombe artisanale à Tébessa    Reconduction du confinement à domicile dans 29 wilayas du pays    M. Chanegriha préside une réunion de travail avec les cadres du MDN    Le Mali au menu du Conseil de sécurité aujourd'hui    Hommage à un grand intellectuel, le regretté Pr. Abdelkader Khelladi    Tu veux acheter un lingot ?    La préservation et la réhabilitation du patrimoine culturel sont l'affaire de tous    Le rabatteur    ESS-MCA, le choc !    Casoni plie bagage    Les transporteurs sanitaires menacent de faire grève    Peine capitale contre les assassins du boxeur Kerrad Mhenna    Des universitaires appellent à sa généralisation dans tout le pays    Yennayer 2971 : Exposition dédiée à l'artisanat traditionnel    A l'Ouest rien de nouveau !    Le déluge    Yennayer à Batna : la racine des arts    Le seuil maximum des retraits porté à 200.000 DA    Bientôt finalisé    Les donateurs veulent une révision de la législation fiscale    70 porteurs de projet poursuivis en justice    L'ADE de Sétif passe à l'acte    340 millions de chrétiens persécutés dans le monde    Lancement d'exercices navals en mer d'Oman    L'accusation fait appel du jugement du TSL    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Sous pression
le parlement européen exhorte alger à libérer les détenus d'opinion
Publié dans Liberté le 28 - 11 - 2020

Après un débat consacré à la situation des droits de l'Homme en Algérie, le Parlement européen a voté une résolution condamnant les atteintes aux libertés. Les députés européens appellent les autorités algériennes à cesser les intimidations contre les militants de la démocratie.
La situation des droits de l'Homme en Algérie inquiète le Parlement européen. Les atteintes aux droits de manifestation et aux libertés d'expression et d'opinion, marquées par des "arrestations arbitraires", depuis l'insurrection citoyenne pacifique, en février 2019, ont fait l'objet d'une résolution adoptée à la majorité, jeudi 26 novembre, par les Eurodéputés (669 voix, contre 3 voix opposées et 22 abstentions).
Dans leur texte, les euro-députés dénoncent, en 20 points, la détérioration et le recul des libertés démocratiques en Algérie et condamnent avec "fermeté" l'"escalade" et le recours "abusif" des autorités à des formes de répression systématique comme "les détentions illégales et le harcèlement juridique dont sont victimes les journalistes, les défenseurs des droits de l'Homme, les syndicalistes, les avocats, les membres de la société civile et les militants pacifiques en Algérie".
Plus grave encore, la résolution en question dénonce le recours des autorités à l'introduction de mesures d'urgence dans le contexte de la pandémie de Covid-19 comme "prétexte pour restreindre les droits fondamentaux du peuple algérien".
Tout en rappelant à l'Algérie ses engagements internationaux en matière de droits de l'Homme, le Parlement européen exhorte le gouvernement algérien à "remettre immédiatement en liberté, et sans condition, tous ceux qui ont été détenus et inculpés pour avoir exercé leur droit à la liberté d'expression, que ce soit en ligne ou hors ligne, et à la liberté de réunion et d'association".
Il s'agit, entre autres, précise le document, "de Yacine Mebarki, d'Abdellah Benaoum, de Mohamed Tadjadit, d'Abdelhamid Amine, d'Abdelkrim Zeghilèche, de Walid Kechida, de Brahim Laâlami, d'Aïssa Chouha, de Zoheir Kaddam, de Walid Nekkiche, de Nourredine Khimoud et de Hakim Addad".
Le journaliste Khaled Drareni, condamné en première instance, en août 2020, à trois ans de prison pour "atteinte à l'unité nationale" et "incitation à attroupement non armé", peine réduite à 2 ans de prison ferme, lors du procès en appel en septembre dernier, a retenu une attention particulière du Parlement européen qui, en plus d'appeler à sa libération immédiate, rappelle que "la liberté d'expression, qui comprend la liberté des journalistes, qu'ils soient professionnels ou citoyens, d'informer et de proposer une analyse et des commentaires sur les manifestations et sur toute autre forme d'expression de mécontentement à l'égard du gouvernement ou de personnes physiques ou morales liées au gouvernement, est indispensable pour une transition politique pleinement démocratique".
Le texte du Parlement européen déplore précisément les amendements apportés au code pénal algérien en avril 2020, qui restreint la liberté de la presse, la liberté d'expression et la liberté d'association, et invite ainsi "instamment" les autorités algériennes à "réviser le code pénal, et en particulier ses articles 75, 79, 95 bis, 98, 100, 144, 144 bis, 144 bis 2, 146 et 196 bis, pour les mettre en conformité avec le Pacte international relatif aux droits civils et politiques (PIDCP), et la charte africaine des droits de l'Homme et des peuples, en vue de mettre fin à la criminalisation de la liberté d'expression, de réunion pacifique et d'association".
Les députés européens appellent, à ce propos, à "déverrouiller les médias et à mettre fin à toute arrestation ou détention de militants politiques, de journalistes, de défenseurs des droits de l'Homme ou de personnes qui expriment une opinion dissidente ou critique à l'égard du gouvernement".
Dans leur résolution, les députés européens n'ont pas manqué d'apporter un soutien franc au mouvement citoyen, le Hirak, en témoignant leur "solidarité à tous les citoyens et citoyennes algériens, quels que soient leur origine géographique ou ethnique et leur statut socioéconomique, qui manifestent pacifiquement depuis février 2019 pour demander que l'Etat ne soit plus aux mains des militaires et exiger la souveraineté populaire, le respect de l'état de droit, la justice sociale et l'égalité des sexes".
Il y a une année, presque jour pour jour, le 27 novembre 2019, le Parlement européen adoptait une résolution sur l'Algérie, dénonçant l'arrestation et l'emprisonnement de plusieurs militants du Hirak et exigeant leur libération.

Karim BENAMAR


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.