Essais nucléaires français en Algérie: Faire appel aux obligations du Traité de non-prolifération    Rencontre gouvernement-walis: Des instructions et des mises en garde    Contrôles renforcés aux frontières    Santé: Les pharmaciens demandent la révision de la carte de «répartition»    L'insomnie due au stress : pourquoi se produit-elle et comment y remédier ?    NA Hussein Dey: Blocages à tous les niveaux !    Djelfa: Une fillette tuée et un garçon blessé par un poids lourd    Hamza Rouabah, épidémiologiste au CHU de Sétif: «La vaccination des enfants est actuellement à l'étude»    La direction régionale du Commerce d'Oran dresse son bilan: Plus de 2.211 tonnes de produits saisies en 6 mois    La sculpture est-elle «maudite» ?    En perspective des JM 2022 d'Oran: Des instructions pour la réhabilitation du Théâtre de verdure    Les indépendants à l'assaut des communes    Le Gouvernement s'engage    Laporta aurait choisi Xavi    Brèves Omnisports    Mané: «Un match particulier face au Sénégal»    Des retards qui font mal    Feu sur les spéculateurs!    Lamamra brille à New York    530000 Personnes vaccinées    La vie a repris ses droits    Qui contrôle les transporteurs?    La fin des enseignants non doctorants ?    125 nouveaux cas et 9 décès    «L'Algérie est une puissance régionale»    2.244 écoles fermées en raison des menaces terroristes    L'Algérie face au triangle hostile    Reprise du programme culturel et artistique    Journée portes ouvertes    Des salaires à corriger    La littérature comme réinvention perpétuelle du monde    Kaïs Saïed décide d'une série de mesures pour concrétiser la rupture    Un planning de rattrapage pour les travaux en retard    Décès de l'ancien international Rachid Dali    Fateh Talah la 2e recrue...    À la tribune de l'ONU, les Présidents sud-africain et namibien plaident pour l'autodétermination du peuple sahraoui    Le congrès du FFS reporté    La guerre internationale des gazoducs : entre géopolitique et fondamentaux    La scène médiatique en deuil    La facture s'alourdit pour le royaume: Le Maroc joue et perd    Abdelkader Bensalah inhumé au cimetière d'El-Alia    Ali Ghediri condamné à quatre ans de prison    À quand le vrai bonheur?    La presse en deuil    Le séparatisme est un crime en démocraties modèles !    Pétrole : le juste prix ?    La pluralité syndicale et le mammouth UGTA    Formation en écriture cinématographique    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Sous pression
le parlement européen exhorte alger à libérer les détenus d'opinion
Publié dans Liberté le 28 - 11 - 2020

Après un débat consacré à la situation des droits de l'Homme en Algérie, le Parlement européen a voté une résolution condamnant les atteintes aux libertés. Les députés européens appellent les autorités algériennes à cesser les intimidations contre les militants de la démocratie.
La situation des droits de l'Homme en Algérie inquiète le Parlement européen. Les atteintes aux droits de manifestation et aux libertés d'expression et d'opinion, marquées par des "arrestations arbitraires", depuis l'insurrection citoyenne pacifique, en février 2019, ont fait l'objet d'une résolution adoptée à la majorité, jeudi 26 novembre, par les Eurodéputés (669 voix, contre 3 voix opposées et 22 abstentions).
Dans leur texte, les euro-députés dénoncent, en 20 points, la détérioration et le recul des libertés démocratiques en Algérie et condamnent avec "fermeté" l'"escalade" et le recours "abusif" des autorités à des formes de répression systématique comme "les détentions illégales et le harcèlement juridique dont sont victimes les journalistes, les défenseurs des droits de l'Homme, les syndicalistes, les avocats, les membres de la société civile et les militants pacifiques en Algérie".
Plus grave encore, la résolution en question dénonce le recours des autorités à l'introduction de mesures d'urgence dans le contexte de la pandémie de Covid-19 comme "prétexte pour restreindre les droits fondamentaux du peuple algérien".
Tout en rappelant à l'Algérie ses engagements internationaux en matière de droits de l'Homme, le Parlement européen exhorte le gouvernement algérien à "remettre immédiatement en liberté, et sans condition, tous ceux qui ont été détenus et inculpés pour avoir exercé leur droit à la liberté d'expression, que ce soit en ligne ou hors ligne, et à la liberté de réunion et d'association".
Il s'agit, entre autres, précise le document, "de Yacine Mebarki, d'Abdellah Benaoum, de Mohamed Tadjadit, d'Abdelhamid Amine, d'Abdelkrim Zeghilèche, de Walid Kechida, de Brahim Laâlami, d'Aïssa Chouha, de Zoheir Kaddam, de Walid Nekkiche, de Nourredine Khimoud et de Hakim Addad".
Le journaliste Khaled Drareni, condamné en première instance, en août 2020, à trois ans de prison pour "atteinte à l'unité nationale" et "incitation à attroupement non armé", peine réduite à 2 ans de prison ferme, lors du procès en appel en septembre dernier, a retenu une attention particulière du Parlement européen qui, en plus d'appeler à sa libération immédiate, rappelle que "la liberté d'expression, qui comprend la liberté des journalistes, qu'ils soient professionnels ou citoyens, d'informer et de proposer une analyse et des commentaires sur les manifestations et sur toute autre forme d'expression de mécontentement à l'égard du gouvernement ou de personnes physiques ou morales liées au gouvernement, est indispensable pour une transition politique pleinement démocratique".
Le texte du Parlement européen déplore précisément les amendements apportés au code pénal algérien en avril 2020, qui restreint la liberté de la presse, la liberté d'expression et la liberté d'association, et invite ainsi "instamment" les autorités algériennes à "réviser le code pénal, et en particulier ses articles 75, 79, 95 bis, 98, 100, 144, 144 bis, 144 bis 2, 146 et 196 bis, pour les mettre en conformité avec le Pacte international relatif aux droits civils et politiques (PIDCP), et la charte africaine des droits de l'Homme et des peuples, en vue de mettre fin à la criminalisation de la liberté d'expression, de réunion pacifique et d'association".
Les députés européens appellent, à ce propos, à "déverrouiller les médias et à mettre fin à toute arrestation ou détention de militants politiques, de journalistes, de défenseurs des droits de l'Homme ou de personnes qui expriment une opinion dissidente ou critique à l'égard du gouvernement".
Dans leur résolution, les députés européens n'ont pas manqué d'apporter un soutien franc au mouvement citoyen, le Hirak, en témoignant leur "solidarité à tous les citoyens et citoyennes algériens, quels que soient leur origine géographique ou ethnique et leur statut socioéconomique, qui manifestent pacifiquement depuis février 2019 pour demander que l'Etat ne soit plus aux mains des militaires et exiger la souveraineté populaire, le respect de l'état de droit, la justice sociale et l'égalité des sexes".
Il y a une année, presque jour pour jour, le 27 novembre 2019, le Parlement européen adoptait une résolution sur l'Algérie, dénonçant l'arrestation et l'emprisonnement de plusieurs militants du Hirak et exigeant leur libération.

Karim BENAMAR


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.