Communiqué du ministère de la Justice    Makri s'en prend aux «laïcs»    29 activistes relâchés en début de soirée    Tebboune préside aujourd'hui la réunion du Conseil des ministres    Une trentaine de détenus toujours en prison    Huile d'olive. concours international de Dubaï ; Un producteur algérien de Djelfa lauréat    1 530 milliards de dinars d'investissement sur 10 ans    Washington épargne le prince héritier Ben Salmane    «La communauté internationale doit assumer ses responsabilités»    Une suspension et des interrogations    Le ministre des Droits de l'Homme présente sa démission    Elles se sont déroulées dans le calme    Ligue des Champions: lourde défaite du CRB face à Mamelodi Sundowns    Trois candidats pour la présidence de la Fala    Affaire Diawara Banou, l'épilogue !    Man City : Pour Guardiola, ce que fait le club n'est pas normal    Le MCO enchaîne, l'Entente récupère son trône, la JSK dompte le Doyen    De l'inquiétude mais pas d'affolement    L'heure des comptes    Les dépouilles de deux personnes extraites d'une grotte    Le calvaire des résidents    L'islamisme contre le soufisme    "Abou Leila" et "Héliopolis" en avant-première à Batna    "L'avenir du secteur musical en Tunisie est incertain"    MAMMERI, DJAOUT ET LA MAIN DE L'ETRANGER    Le nouveau gouvernement se fixe 12 objectifs durant la phase transitoire    La situation sur les fronts de combat «sous contrôle» de l'Armée sahraouie    50 kilomètres en deux ans    Enasel : Baisse des ventes de sels alimentaire et industriel en 2020    Mohamed Nassou n'est plus    AG Elective de la FAA : Le recours de Boukais rejeté    Alors que le pétrole maintient son avance : L'OPEP+ face à un nouveau challenge    Acquisition de la raffinerie d'Augusta en Italie : Les gros mensonges d'Ould Kaddour    Organisée au Bastion 23 de la Casbah : Rencontre-débat sur les figures révolutionnaires de la bataille d'Alger    Prix du président de la République : Appel à participation pour les jeunes créateurs    La face cachée de Mammeri    Dans le but de relancer le processus de concession: La daïra lance une opération de recensement des biens communaux d'Aïn El Turck    El-Abiodh Sid Cheikh : La gare routière boudée par les transporteurs    Groupe Est: La passe de trois pour l'US Chaouia    Accès via l'autoroute Est-Ouest: Le pôle urbain de Tlélat pris en otage par le gel du projet    Ce que doit la rue à l'urne    Rompre vite avec nos vieux démons    Médicament: Le SNAPO suspend son mouvement de protestation    Pour développer la coopération bilatérale: Le conseiller commercial à l'ambassade de France en visite à la CCIO    El Kala: Le cadavre d'un homme repêché à l'ancien port    Qui veut canarder les ambulances ?    l'augmentation de la marge bénéficiaire, pointée du doigt    "Fitna" chez les Frères musulmans    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le film "ADN" de Maïwenn projeté à l'IFA
Sélectionné au dernier festival de Cannes
Publié dans Liberté le 25 - 01 - 2021

Pour la reprise de ses activités, l'Institut français d'Alger a présenté le film franco-algérien de Maïwenn, qui vient de décrocher le prix de la meilleure mise en scène au festival des lumières de la presse internationale.
Après des mois de fermeture des espaces culturels, cinéphiles et amateurs de cinéma, comédiens ou réalisateurs, ont renoué, samedi dernier, avec la magie des salles obscures. Pour le retour à la vie "normale" et la reprise des activités culturelles, l'Institut français d'Alger (IFA) a ouvert le bal avec le film franco-algérien "ADN" de la réalisatrice Maïwenn. A cette occasion, le public a répondu présent, "heureux" de retrouver ces établissements qui apportent une bouffée d'oxygène pour les amoureux de l'art et de la culture.
Le choix porté sur le cinquième long métrage de la réalisatrice française n'est pas fortuit. Sortie en octobre dernier en salles (Europe), cette fiction, qui a été retenue dans la sélection officielle du festival de Cannes 2020, a raflé "Le prix de la meilleure mise en scène" au Festival des lumières de la presse internationale.
Cette autofiction de 1h30 est fortement inspirée de la vie de Maïwenn qui, pour rappel, est de mère franco-algérienne (actrice Catherine Belkhodja). Synopsis : Neige (rôle campé par la réalisatrice), divorcée et mère de trois enfants, est très liée à son grand-père Emira Fallah (Omar Marwan), qui représente la "colonne vertébrale" de la famille.
D'origine algérienne, cet ancien moudjahid, qui vient de sortir ses mémoires, a transmis son amour inconditionnel pour son pays à ses petits-enfants, qui l'admirent et l'idolâtrent comme un père. Atteint de la maladie d'Alzheimer, il rend son dernier souffle dans une maison de retraite parisienne. A partir de là commence la tragédie familiale, car le pilier vient de s'en aller. Alors les rapports se détériorent et cette mort finira par "déclencher une tempête familiale" et "une profonde crise identitaire chez Neige".
Plongé entre le tragique et le comique, les larmes et les pleurs s'entremêlent et s'enchaînent entre crise d'hystérie et fou-rire. Comme dans une confession, Maïwenn qui joue son propre rôle, se livre et se délivre d'un poids très lourd qu'elle semble porter sur ses épaules si frêles ; notamment sur sa relation toxique avec sa maman, campée par Fanny Ardant. Aussi, le paternel absent, les conflits entre frères et sœurs pour leurs "valeurs" qui divergent...Mais le plus important pour notre protagoniste, est le retour aux sources, aux origines, à sa culture. Cette passion qu'elle porte pour le pays de son grand-père a été nourrie depuis son jeune âge, et son but est de connaître son ADN.
Sur cette interrogation, la jeune femme évoque la question identitaire sans tomber forcément dans les stéréotypes, car elle veut seulement savoir qui elle est. Qui est cette femme, dont le nom est dédié à "Nedjma" de Kateb Yacine. Dans "ADN", le casting est splendide, mais nous sommes restés sur notre faim, car les personnages s'effacent petit à petit et la réalisatrice ne fait que les survoler sans leur donner vie, à l'exception de Louis Garrel qui incarne son ex-François, dont le rôle est de faire rire ses acolytes grâce à ses vannes sarcastiques. "ADN" est une jolie fiction, seulement l'excès sentimentaliste, les crises de colère et les fous-rire nous ont laissé de marbre !

H. M.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.