Coupe de la Confédération (Gr. B / 5e J): victoire de la JS Kabylie devant Coton Sport (2-1)    Gouvernement: examen d'un projet de création d'une autorité de régulation du marché du tabac    La Commission africaine des droits de l'Homme appelée à protéger les sahraouis dans les territoires occupés    Décès d'Idris Deby : la communauté internationale appelle à préserver la paix    Coronavirus: 182 nouveaux cas, 129 guérisons et 7 décès    Grandiose marche nocturne à Akbou    Perturbation dans l'approvisionnement en huile de table    Manojlovic, nouvel entraîneur    Le MJS invalide l'élection de Labane    Le MJS met la pression sur les élus    Le marché dans tous ses états    Bechar: installation du nouveau chef de la sûreté de wilaya    Les appels à la libération de Rabah Karèche se multiplient    Le Cnese fait peau neuve    Evolution technologique    Paré pour l'aventure    Youcef Bouzidi apporte ses précisions    Brahmia succède à Almas    Programme national des énergies renouvelables: création d'une société mixte Sonatrach/Sonelgaz    Le front social s'emballe    Installation d'un nouveau directeur des douanes    L'Algérie à la 146e place    Le président de SOS Bab El-Oued sous mandat de dépôt    Hausse au premier trimestre 2021    la liste des membres sélectionnés approuvée    Sécurité régionale et relance de l'UMA au menu    Pourquoi il faut rester vigilants    Les travailleurs de l'éducation maintiennent la pression    Béni Douala célèbre ses héros    La Chaîne II inaudible sur la bande FM    La chanson surprise de Lounis Aït Menguellet    Lutte contre la criminalité : Démantèlement de groupes criminels    Coupe arabe de la FIFA 2021 : L'Algérie sera présente au rendez-vous qatari    A partir de la citadelle d'Alger : Coup d'envoi des festivités du mois du patrimoine    Tiaret: La ville croule sous les ordures    Aïn El Turck: Une dizaine de baraques de fruits et de légumes démantelées    Chlef: Les infrastructures seules ne font pas le tourisme    La tomate n'a pas partout le même goût    Marche pacifique à Béjaïa    Le FMI livre ses prévisions    Les oligarques sont-ils de retour?    La Turquie maintient le flou    Fin des poursuites dans une affaire de déstabilisation de l'Etat    L'Algérie condamne l'attaque terroriste du village de Gaigorou    Attaque terroriste sur une base militaire dans le Nord-Est    Le patrimoine et la spiritualité à l'affiche    «Le livre en tamazight a fait des pas de géant»    L'ONDA a versé plus de 50 millions DA    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





"Il n'existe aucune politique digitale transversale"
Farid Farah, consultant en technologies digitales
Publié dans Liberté le 27 - 01 - 2021

La digitalisation de l'économie algérienne nécessite la mise "sous réseau" de l'ensemble du pays. Pour Farid Farah, cette opération ne pourra se réaliser sans un partenariat technologique étranger. Malheureusement, le gouvernement n'a toujours pas fait l'effort stratégique nécessaire pour créer l'écosystème adéquat aux entités IT qui veulent externaliser leurs activités vers l'Algérie.
Liberté : Le monde connaît aujourd'hui une révolution en termes de numérisation, d'intelligence artificielle, de robotique, de villes intelligentes... Où en est l'Algérie dans ce domaine ?
Farid Farah : Lorsque vous me parlez d'intelligence artificielle, de robotique, de villes intelligentes, je pense immédiatement à l'Algérie 4.0 où, malheureusement, la tendance est encore loin de s'accélérer ! Pour y parvenir, le pays doit se doter d'une politique technologique. En clair, les technologies du numérique doivent s'imposer dans le sillage des structures de prise de décisions stratégiques.
Avec l'adoption massive qu'ont connue de telles technologies ces dernières années dans le monde, la frontière entre les nouvelles méthodologies digitales et le paysage politique des pays tend à s'atténuer. Malheureusement, la tendance est à l'inverse concernant l'Algérie. La relation entre les acteurs du digital, quand ils existent, et les organes du gouvernement devrait a priori enregistrer de grands changements.
Une question se pose alors : de quelle manière ces entités peuvent-elles servir au mieux la population, afin de faire du digital un élément stimulateur du développement du pays ? Les réponses à cette question peuvent servir de réflexion pour les décideurs à adopter la politique technologique dans les prises de décision dans le secteur du numérique.
Plusieurs rapports d'étude ont indiqué l'existence d'une corrélation entre les pays qui ont intégré la politique technologique dans leur société et ceux qui ont enregistré des pourcentages de croissance élevés. Ce lien entre la politique et les technologies digitales a provoqué un impact sur l'attractivité d'un pays lorsqu'il s'agit de faire appel aux investisseurs pour favoriser la croissance économique.
Une chose est sûre, cette tendance doit aller avec la technologie quant à l'accélération de son rythme d'évolution. Par le passé, de nombreux ministères n'étaient pas en mesure d'offrir une panoplie de services numériques, car les responsables ne regardaient pas à la "loupe digitale" ce que le digital allait leur offrir comme moyens pour se rapprocher plus de la population.
Qu'est ce qui fait que l'on accuse autant de retard à votre avis ?
Aujourd'hui, la stratégie de la politique du numérique de l'Algérie a besoin de beaucoup d'atouts supplémentaires et surtout d'un partenariat technologique étranger. La digitalisation de l'Algérie nécessite la mise "sous réseau" de l'ensemble du pays. Cette opération ne pourra se réaliser sans un partenariat technologique étranger.
Malheureusement, le gouvernement n'a toujours pas fait l'effort stratégique nécessaire pour créer l'écosystème adéquat aux entités IT qui veulent externaliser leurs activités vers l'Algérie. Certes, le numérique a arraché plusieurs départements ministériels dans le gouvernement, mais à ce jour, nous n'avons relevé aucune politique digitale transversale qui pourrait mener le pays vers une transformation globale de la société.
La technologie doit trouver sa place dans la mise en œuvre des projets stratégiques comme ceux destinés à l'amélioration des modèles de la santé et de l'enseignement primaire, et à la réduction de la pauvreté, de la fracture sociale et de la corruption.
Que préconisez-vous comme solutions ?
L'investissement dans la formation à travers la création d'espaces d'enseignement digital s'avère être plus que jamais nécessaire ; l'accès facile et multicanal au haut débit devra être généralisé à tous les foyers résidentiels et les efforts utiles à la facilitation de la mise en œuvre d'une authentique société d'information doivent être élargis aux plans administratif, financier, juridique et universitaire : dossier administratif informatisé et éventuellement dématérialisé, écoles en ligne, société intelligente connectée, paiement mobile, banques virtuelles en ligne, etc. Le débat sur l'Algérie digitale devra donc être engagé avec les représentants de l'ensemble des couches sociales de la société.
Trouvez-vous qu'aller vers la création des start-up, à profusion, dans le contexte actuel est à même de faire accélérer le processus de numérisation ?
Pour devenir terre de la médecine connectée, du crédit en ligne et des circuits de distribution digitalisée, l'Algérie doit réussir son virage numérique. Les efforts déployés par le gouvernement pour doter le pays d'une "FinTech" sont à saluer, puisqu'ils visent à apporter des réponses technologiques aux défis de développement du pays. Mais attention, ces efforts peuvent être ralentis par des facteurs techniques et organisationnels.

Entretien réalisé par : N. SAIDOUN


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.