Khaldi pour la modernisation de la gestion des établissements de jeunesse    Le refus de l'UE d'inclure le Sahara occidental dans l'accord "interbus" est une avancée intéressante    Le Gouvernement déterminé à développer une véritable industrie pharmaceutique    Ligue des champions – Gr. B (6e J): le MC Alger rejoint le CR Belouizdad en quarts de finale    Le Comité des experts cliniciens contribuera à la dimension économique de l'industrie du médicament    Prière des Tarawih: les fidèles appelés à continuer de respecter le protocole sanitaire    France: Le PCF condamne l'ouverture d'un comité de LREM à Dakhla occupée    Coupe de la Ligue: USMA-MCA affiche des huitièmes de finale    Les chaines qui diffuseront les rencontres de nos Pros, ce samedi    FAF - AGE : une seule liste déposée dans les délais    Une conférence sur la transition énergétique durable et innovante lundi et mardi prochains    Nouvelles révélations du parquet d'Alger    Chengriha réclame la décontamination des sites    Nouveau rendez-vous manqué    Décès du prince Philip    Duel entre gauche et droite pour le second tour    Nouvelle manifestation à Alger    Acquittement pour 32 activistes    L'option du rationnement écartée ?    1 600 plaintes déposées en 10 ans    Regroupement en tête    Le Chabab en quarts    Halilhodzic n'aime pas les journalistes    Pas de retour à la retraite proportionnelle «pour le moment»    Instauration de taux de redevance réduits    Une femme arrêtée à Tiaret    Du tabac à chiquer saisi par les douanes    Démantèlement d'un réseau de dealers et saisie de plus de 2 kg de kif traité    Le film Their Algeria de Lina Soualem en compétition au 11e Festival du film arabe de Malmö    Hommage à l'insurgé de la Soummam    Adel Djassas décroche le prix Mohamed-Khadda    Plus de 300 toiles exposées    .sortir ...sortir ...sortir ...    Opéra d'Alger : Ouverture des inscriptions aux ateliers de danses et de musique    LA MAUVAISE SACRALISATION DE L'ADMINISTRATION    Statut de la magistrature et composition du CSM: Deux Comités de révision des lois installés    Les walis soumis à une évaluation périodique    8700 logements sociaux distribués    «Le pire des cauchemars» dans les hôpitaux de Manille    Une menace omniprésente    «Elles sont profondes et particulières»    Grave escalade à nos frontières    Le torchon brûle avec Dybala    Les marchés flambent    Il est reprogrammé pour octobre prochain!    Visions abstraites du monde    Alimenter la mémoire collective pour empêcher sa paralysie !    La note de Ouadjaout    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Sardine, vin, prière et pêcheurs !
...SOUFFLES...SOUFFLES...SOUFFLES...
Publié dans Liberté le 25 - 02 - 2021

Nous disposons de mille quatre cents kilomètres de littoral ! Et le prix de la sardine touche les mille quatre cents dinars !
Il fut un temps où nos pêcheurs prenaient le large, et ils n'avaient que des musettes, un bon cœur et une modeste embarcation. Ils savaient lire les vagues. Ils savaient parler à la couleur bleue de la mer et à celle du ciel méditerranéen sur leur tête. Ils savaient bavarder avec le vent et l'orienter à leur guise. Ils chantaient pour faire reculer la peur. Ils savaient habiter l'optimisme et enjamber les mélancolies.
Ils savaient comment s'habiller, à l'image des princes de la mer : un ensemble de travail bleu au-dessus d'un tee-shirt à rayures ou d'un marcel. À l'image des chanteurs : Ammar Ezzahi, Mohamed El-Badji, Abdelmadjid et les autres.
Chaque pêcheur, discrètement, recelait son cher secret ; une histoire d'amour ranimée comme une flamme d'âme ardente. Sur la terre sèche, une belle femme l'attendait, assise sur la braise d'un temps : la pierre de la patience. Ils aimaient leur femme, la mer, le vin, la musique et Allah. Allah, Lui aussi les aimait, en les gardant loin de tout danger, à l'abri de tout mal. Ils étaient, tout simplement, des bons ouled lbled, ouled familia.
Nos pêcheurs ne péchaient pas, ils détenaient l'art de vivre. Bien qu'ils fussent renommés par l'amour de la musique, du vin et de la ville, les pêcheurs étaient respectés par tous les enfants du quartier. Ils ne trahissaient ni Allah, ni l'homme, ni la patrie, ni la mer.
Leurs modestes embarcations, à l'heure du retour sur la terre sèche d'Allah, étaient toujours remplies de poissons et de beaucoup de petites histoires.
Tout le monde était bien servi des sardines considérées comme le plat des pauvres. Les chats du quartier, eux aussi, se régalaient. La baraka était partout, là où passaient les pêcheurs !
Les pêcheurs d'aujourd'hui sortent après l'accomplissement de la prière d'el ichae. En plein large, ils prient même dans leur barque, plusieurs fois dans chaque sortie. Ils ne ratent aucune prière, et tant mieux. Leurs bateaux sont plus sophistiqués par rapport aux embarcations des anciens. La mer n'a pas changé de place, ni de longueur, ni de profondeur.
L'eau n'a pas triché le pourcentage de son sel ! Les vagues ont la même danse, tantôt violente, tantôt berceuse. Le port n'a pas changé de quai. La ville côtière n'a pas quitté la ville ancienne. Tout est là, à sa place. Même les jours de la semaine sont les mêmes. Certes, nous avons islamisé le weekend.
Parmi ces pêcheurs d'aujourd'hui, ils y en a quelques-uns qui ont fait les forêts, dans les années quatre-vingt-dix ! En repentis, ils ont bénéficié des lois de la réconciliation nationale ! Et dans le cadre des lois de cette réconciliation nationale, ils ont bénéficié, quelques-uns, de crédit bancaire sans intérêt. Ils ont acheté des bateaux de marque anglaise, espagnole, italienne, islandaise ou scandinave. Des bateaux équipés d'une technologie de pointe.
Quand l'élection présidentielle est arrivée, pour un quatrième mandant pour le roitelet, le roitelet président candidat a décidé d'effacer leurs crédits ! Parce que l'argent du pays, c'est à lui, les banques d'Algérie ne sont que la poche de son pantalon ! Nos pêcheurs d'aujourd'hui ne boivent ni vin ni bière, et c'est leur choix et leur droit. Ils n'écoutent pas la musique, mais adorent la lecture du Coran sur la belle voix d'Abdelbasset Abdessamad, et c'est leur goût.
Mais les pêcheurs d'aujourd'hui, même avec leurs embarcations neuves et leurs prières, rejoignent le port sans poissons, sans sardines ! Les familles pauvres ne trouvent plus de sardine chez le poissonnier ambulant. Les chats errants du quartier rêvent d'une sardine !
Mais pourquoi avec nos anciens pêcheurs, ceux qui aimaient Allah, la musique, le vin, leur femme, leur ville, les sardines faisaient le repas des pauvres et des chats errants, tandis qu'avec ces nouveaux pêcheurs, qui eux aussi adorent Allah, n'aiment pas la musique, adorent le liseur du Coran, ne consomment pas d'alcool, la sardine est devenue rare et son prix inabordable ?
Nous disposons de mille quatre cents kilomètres de littoral ! Et le prix de la sardine touche les mille quatre cents dinars ! Ce n'est pas Dieu qui fait tomber la sardine dans les filets des pêcheurs. Pêcher, ce n'est pas prier. Pêcher, c'est un savoir-faire maritime.


A. Z.
[email protected]


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.