Législatives du 12 juin: 35 personnes sous mandat de dépôt et 10 autres sous contrôle judiciaire    L'ACTE POLITIQUE, LA FORME ET LE FOND    Le FFS dénonce: Une «offensive abjecte» contre des symboles de l'unité nationale    Energie: Sonelgaz veut conquérir les marchés africain et arabe    Alimentation en eau potable: Deux nouvelles stations de pompage à Oued Tlelat et Gdyel    Ecole nationale polytechnique d'Oran «Maurice Audin»: Signature d'une convention-cadre avec Sonatrach    Coupe de la CAF: La JS Kabylie met un pied en finale    CR Belouizdad: Il faudra aussi convaincre    Accident mortel à Aïn Naadja: L'auteur condamné à 3 ans de prison    De nouveaux équipements arrivent: Bombardiers d'eau et drones contre les feux de forêt    Alger: Deux ouvriers meurent électrocutés    Le changement en Algérie est-il impossible?    Tébessa: Il était une fois, la place de la Révolution    Réponse à M. Nouredine Boukrouh    Les négociations prennent fin sans parvenir à un accord    L'enjeu des locales et la survie des partis    Une ambition en sursis    La belle leçon d'italien du professeur Mancini    Brèves    Fin de saison pour Frioui?    Selma Bédri, sur du velours    Les mesures phares mises en exergue    Les ressources humaines en point de mire    5 Tentatives de suicide en deux jours    Un téléphérique, dites-vous!    Il se donne un coup de lame    Djerad: la répudiation    Les élections en ligne de mire    Chanegriha à Moscou    «Ne souillez pas nos symboles!»    «Urban Jungle» expo à l'USBA    «Les planches me manquent!»    Suppression officielle début juillet    34 ans de négociations et toujours pas d'accords !    Qui succédera à Chenine ?    Qu'en est-il pour les visas ?    366 nouveaux cas et 10 décès    4 ans de prison ferme contre Kamel Chikhi    Le secteur réfléchit à la relance du projet du film sur l'Emir Abdelkader    Le Président Tebboune félicite Guterres pour sa réélection à la tête de l'ONU    Mali: L'application de l'accord de paix est "poussive", regrette le CMA    Le Soudan qualifié    À quoi joue Haftar ?    Les Béjaouis décrochent !    L'ESS ne fait pas de cadeau !    Actuculte    APLS: Poursuite des attaques contre les positions des forces d'occupation marocaines    Carnet de voyages - Lettre des états-Unis d'Amérique : Le putschisme carnavalesque    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Kamel Chikhi, dit "El Boucher", condamné à deux ans de prison ferme
Tribunal de Tipaza
Publié dans Liberté le 18 - 04 - 2021

Le tribunal de Tipaza a prononcé, dimanche, une peine de deux ans de prison ferme contre Kamel Chikhi, dit "El Boucher", accusé dans une affaire de corruption.
Lors d'une audience publique, le tribunal a condamné Kamel Chikhi à deux ans de prison ferme pour "octroi d'indus privilèges", tandis qu'un notaire répondant aux initiales (Ch. A) au centre-ville de Tipaza a été acquitté, dans le cadre de cette affaire, de toutes les charges retenues contre lui.
Le même tribunal a également condamné le chef de service chargé de l'enregistrement aux impôts, l'accusé "Ch. Dj", à deux ans de prison dont une année avec sursis, pour le délit d'"octroi de dégrèvements et des exemptions fiscaux illégaux", alors qu'il a été acquitté du délit d'obtention "d'indus privilèges".
Quant à la quatrième accusée dans cette affaire "A.B.A", inspectrice centrale et cheffe de bureau du même service des impôts, elle s'est vue infliger une peine d'une année d'emprisonnement avec sursis.
Le représentant du ministère public près le tribunal de Tipasa avait requis, le 4 avril dernier, une peine de 10 ans de prison ferme assortie d'une amende de 1 million de DA à l'encontre de Kamel Chikhi, dit "El Boucher".
Il a, aussi, requis une peine de sept ans de prison ferme à l'encontre du notaire. Des peines de cinq ans de prison ferme et de deux ans de prison ferme ont été requises, contre respectivement le chef du service chargé de l'enregistrement aux impôts, et l'inspectrice centrale et cheffe de bureau au niveau du même service.
Kamel Chikhi, qui avait fait l'objet d'un mandat de dépôt émis à son encontre par le juge d'instruction près le tribunal de Tipasa, le 15 octobre 2020, est poursuivi dans cette affaire, pour "octroi d'indus avantages". Le jugement de cette affaire a été reporté cinq fois de suite, à la demande de la défense de l'accusé, depuis la première audience du 17 janvier dernier.
La défense des accusés dans cette affaire a plaidé l'innocence de leurs clients, tandis que l'accusé principal a renié sa connaissance des parties dans cette affaire. Dans sa réponse à la juge sur les raisons de
L'émission, l'enregistrement et le règlement des charges le même jour, Kamel Chikhi a affirmé n'avoir traité "qu'avec le notaire et avoir juste requis l'accélération des procédures".
Cette affaire remonte à 2016, lorsque l'accusé Kamel Chikhi a signé, chez un notaire agréé de la ville de Tipasa, un contrat de transfert d'une propriété foncière (lui appartenant), sise à Ain Beniane (Alger), à une société à responsabilité limitée (promotion immobilière), dont il était associé et gérant. Kamel Chikhi a bénéficié au titre de ce contrat d'une réduction d'impôts, en ne versant qu'un taux de 1% des taxes, au lieu de 5%, un fait considéré en violation avec la législation en vigueur.
Les autorités compétentes ont ouvert une enquête judicaire en 2018, et engagé des poursuites à son encontre, en application de la loi sur la corruption.
Les enquêtes réalisées dans cette affaire ont fait ressortir que le Trésor public a subi une perte estimée à 15 millions de DA.

APS


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.