Covid-19/vaccination: les citoyens à se présenter dans les structures de santé de proximité    Covid-19: au moins 3.875.359 morts dans le monde    La Bande dessinée en fête à Alger du 25 au 27 juin en cours    Compétitions interclubs de la CAF: l'Algérie conserve ses 4 représentants    Réunion ministérielle du Comité sur la Palestine du Mouvement des pays non-alignés    Le monde en bref...    Boukhelifa (Béjaïa) : Sit-in des bénéficiaires du lotissement d'El Maghra    Coupe de la CAF (Demi-finale aller). Coton Sport 1 – JS Kabylie 2 : Une très belle option pour la finale    Coupe arabe (U20) : Les Verts débutent par une victoire face à la Mauritanie    Appel à l'adoption de mécanismes pour la facilitation des transferts en devises des exportateurs algériens    Elections régionales en France : Le Rassemblement National de Marine Le Pen prend une raclée    BAC à Béjaïa : Des absences qui interpellent    Règlement de la crise malienne : L'application de l'accord de paix est «poussive», regrette la CMA    21e Festival européen à Alger : Sous le signe de l'amitié algéro-européenne    Frioui out «plusieurs semaines»    Le message de Washington    L'université s'ouvre sur l'entreprise    Les ressources financières posent problème    La justice se penche sur la fraude électorale    Qui arrêtera l'Italie ?    «Urban Jungle», une exposition collective sur le réaménagement d'une rue d'Alger    Deux hirakistes risquent trois ans de prison à Mostaganem    Le FFS dénonce et condamne "un acte ignoble"    Quelle place pour les clubs algériens ?    Bouazza : "Le CRB ? Ce sera encore plus difficile"    L'ESS conforte sa position de leader    Sonelgaz cible le marché africain    La suppression de l'essence avec plomb actée    Conférence internationale à Berlin pour tenter de pacifier la Libye    L'auteur condamné à 3 ans de prison ferme    Les familles de 23 harraga sans nouvelles de leurs enfants    Relaxe pour le maire d'Afir confirmée en appel    Paris ouverts sur de nouvelles hausses    Dessalement de l'eau de mer: une réunion pour le suivi des projets pour renforcer les réserves    La chaîne El Hayat TV suspendue pour une semaine    Une grande Histoire à apaiser    De nouveaux équipements arrivent: Bombardiers d'eau et drones contre les feux de forêt    Alger: Deux ouvriers meurent électrocutés    Le changement en Algérie est-il impossible?    L'enjeu des locales et la survie des partis    Une ambition en sursis    Chanegriha à Moscou    Les négociations prennent fin sans parvenir à un accord    Selma Bédri, sur du velours    «Ne souillez pas nos symboles!»    «Les planches me manquent!»    Rencontre avec Emir Berkane    Qui succédera à Chenine ?    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Quels députés pour quelle APN ?
SUR LES 1 483 LISTES DE CANDIDATURES ACCEPTEES, 837 SONT INDEPENDANTES
Publié dans Liberté le 12 - 05 - 2021

Les contours de la future Assemblée populaire semblent se dessiner. À l'issue de la finalisation de l'opération de l'examen des listes de candidatures, exception faite des recours déposés auprès des tribunaux administratifs, la composante est, dès à présent, facilement identifiable.
Compte tenu des chiffres donnés par l'Autorité nationale indépendante des élections (Anie), il ressort que la prédominance des listes indépendantes est une réalité. Ainsi, Mohamed Charfi qui a reçu des représentants de formations politiques ayant fait le choix de prendre part à la course électorale, sur les 1 483 listes de candidatures acceptées, 837 ont été déposées par des indépendants.
En termes de dossiers, sur les 25 416 réceptionnés, les candidats indépendants en ont déposé 12 562. Une première dans les annales de l'Assemblée nationale, qui devra accueillir plus d'élus issus de listes indépendantes que de partis politiques.
Cet enthousiasme des indépendants pour la course aux sièges de l'Assemblée nationale assure qu'une nouvelle configuration à la Chambre basse du Parlement est du moins en préparation. Elle augure d'une nouvelle ère qui verra l'arrivée en masse des élus dont la trajectoire politique en amont est méconnue.
Cette orientation rendue réalisable par une condition conjoncturelle et politique semble être une élaboration qui conforte un certain penchant des hautes autorités à façonner le paysage politique national. Elle trouve racine dans l'orientation du président Tebboune qui fait de l'implication "effective" de la "société civile" dans la "gestion de la vie politique nationale" son sacerdoce.
Il n'est surtout pas anodin que le chef de l'Etat reçoive des représentants de la "société civile" à la présidence, et ce, après avoir reçu des formations politiques dans le cadre des concertations. "La société civile doit jouer un rôle plus efficace. Il faut qu'elle soit forte", avait déclaré le chef de l'Etat lors d'un entretien accordé à quelques représentants de la presse nationale le mois dernier.
Cette approche que font les autorités de la place qui devra être celle de la société civile, même si le personnel qui compose l'essentiel de son contingent suscite plutôt de la rédhibition, il va de soi que des aménagements et des agencements s'opèrent en faveur de ce nouveau personnel.
Aidé par une conjoncture politique très difficile , "la société civile" s'emploie, dès lors, à accaparer des espaces longtemps restés réservés à une classe politique actuellement en déperdition.
La preuve en est l'exclusion presque attendue des partis qui ont formé l'essentiel des soutiens du régime jusqu'à un passé récent. Le FLN comme le RND se retrouvent fatalement comme la cinquième roue du carrosse, eux qui ont régné sans partage sur les Assemblées élues durant plusieurs années.
Le tandem FLN-RND n'est pas le seul à faire les frais du tamisage exercé par l'Anie. D'autres formations également ont eu du mal à finaliser leurs listes.
À cet écueil dès l'accueil des listes, s'ajoute un rejet de la consultation populaire du 12 juin prochain. Il va sans dire que l'absence de l'engouement populaire a augmenté les chances de l'échec de confection de listes pour moult formations politiques.
Cet état de fait a encouragé l'orientation qu'ont voulues les hautes autorités pour ouvrir grande la porte devant un nouveau personnel issu presque exclusivement d'une société civile, mais qui émarge ailleurs.

Mohamed MOULOUDJ


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.