La demande pétrolière appelée à fortement augmenter    Arrivée massive de harragas algériens en Espagne    Le procès en appel de Karim Tabbou renvoyé au 11 octobre    5 ans de prison pour le majordome du système    La valeur de la production agricole estimée à 98 milliards DA    Les travailleurs dans l'expectative    L'Allemagne tourne la page Merkel    Plus de 600 colons envahissent la mosquée Al-Aqsa    Khartoum convainc les manifestants à Port-Soudan    Vers le forfait de Slimani et de Benlamri face au Niger    4,8 millions de dinars à payer en guise d'amendes    Le CR Belouizdad en stage à Mostaganem    Le président Tebboune reçoit le chef du commandement de l'Africom    Benbouzid écarte l'éventualité d'une troisième dose de vaccin en Algérie    Un autre casse-tête pour les parents    Lancement des Journées du théâtre pour enfants et de marionnettes    Koeman et le Barça se rassurent    Les Canaris se préparent à Alger    Le FLN manquera des communes    Le PT tire la sonnette d'alarme    Le rôle positif de l'Algérie souligné à l'Assemblée générale    Flambée persistante et généralisée    Lancement d'un plan de wilaya pour promouvoir le tourisme local    Kamel Damardji intronisé au poste de président du CA    Hommage aux disparus    Liès Sahar est mort : il n'y a pas de perfidie savoureuse    Ils opéraient à El Hamri, Médiouni, Savignon et Bastille: Quatre dealers arrêtés, des psychotropes saisis    Tlemcen: Un réseau de vol de véhicules démantelé, 7 arrestations    Lamamra rencontre des membres de la communauté algérienne aux Etats-Unis    L'erreur humaine    Investissement: Plaidoyer pour la «colocalisation» et «l'intégration régionale»    Tlemcen: Le chantier de l'annexe du musée d'archéologie islamique bientôt relancé    Tébessa: Un site en quête d'aménagement    Que cherchent les américains à Alger?    67 Morts dans des combats autour de la ville stratégique de Marib    Des figures du «clan» à la barre    Le temps des réformes    Une satisfaction justifiée    Avocats et l'émouvant souvenir...    Quand l'Erma «défie» le président    Le tourisme «en panne»    Les jalons d'une nouvelle démarche    Brèves Omnisports    Hamilton victorieux cent et eau    Un verrou «débloqué»    L'école: le mausolée des charlatans    Le long fleuve algérie    Les éditeurs se préparent pour rebondir    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



KAMEL BOUGDAL TIRE SA REVERENCE
IL ETAIT JOURNALISTE ET MILITANT DU RCD
Publié dans Liberté le 22 - 07 - 2021

Il souffrait de quelques soucis d'ordre cardiologique, mais d'aucuns croyaient qu'il n'était pas encore d'âge pour quitter ce bas monde. Mais ce qui devait arriver arriva avant-hier, mardi à la mi-journée. Kamel Bougdal nous a quittés. Il est parti sans prévenir, la soixantaine à peine entamée.
Ceux qui l'ont connu, journalistes, militants, amis et proches, garderont de lui le souvenir d'un journaliste intransigeant et du militant intraitable et indomptable. L'espace d'expression que lui offrait le quotidien Le Soir d'Algérie depuis 1999 n'était pour lui, à vrai dire, qu'un tremplin, sinon une arme de plus pour défendre ses convictions de démocrate.
Militant au RCD où il a été de toutes les luttes, et ce jusqu'à son dernier souffle, Kamel Bougdal était engagé corps et âme, et surtout avec beaucoup de loyauté, pour la démocratie et le progrès. Un parcours qui ne l'a pas hissé à un quelconque rang social, comme cela arrive souvent dans la sphère politique, mais il n'a jamais rien regretté.
Il a toujours été un authentique, un vrai ! Preuve en est, même dans l'un de ses derniers posts sur facebook, il reprenait une citation du défunt président Mohamed Boudiaf : "Quand on est militant, on ne doit avoir ni amertume ni déception, parce que je considère que ce que je fais est un devoir, je ferai tout ce que je peux, pas pour moi, mais pour mon peuple".
Mais Kamel n'était pas seulement le journaliste ni encore seulement le militant. "Il faisait partie de ces repères qui façonnaient notre quotidien à Tigzirt depuis des années", écrivait de lui l'élu Mohand Ameziane Acherfouche, enfant de la même région.
Kamel faisait partie des coqueluches locales, même si avec son franc-parler, ses anecdotes et ses taquineries, il n'était pas toujours facile en compagnie. "J'ai le cœur sur la langue", aimait-il à répéter chaque fois. Kamel repose en paix au cimetière de Taksebt, dans la région d'Iflissen, où il a été inhumé hier après-midi.

Samir LESLOUS


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.