Curieuse réhabilitation de la candidature du mouhafedh FLN    La délégation algérienne refuse de s'asseoir derrière la délégation israélienne    Les opérateurs doivent déclarer leurs entrepôts avant le 30 novembre    L'huile de table plus chère    Lamamra appelle à la consolidation du processus politique    "Inefficaces et contre-productives", selon l'Algérie    "Le championnat se poursuivra durant la Coupe arabe des nations"    Les Sudistes à un pas de la qualification    L'Algérie toujours dans le top 5 africain    "HELIOPOLIS" À NOUVEAU SELECTIONNE POUR LES OSCARS    Lancement du colloque sur la carte linguistique de tamazight    Sarkozy au TPI, ça tarde    Qui, logiquement, arrose l'autre ?    BRÈVES...    Quel sort pour les APC sans candidats ?    L'Algérie avec la Libye et la Tunisie    Les Hamraouas surprennent les Sanafirs    Les syndicats préparent la riposte    Arrestation d'un voleur de bouteilles d'oxygène    L'article 184 du code électoral largement contesté    Le jeu malsain de Riyad    Quand Macron se remémore le blues des colonies !    Le qamouss, les mu'allaqât et l'incompétence paralinguistique !    Clôture en beauté de la première édition à Aïn-Séfra    EHU 1er - Novembre: Lancement d'une campagne de dépistage du cancer du sein    Vaccination anti-Covid: «La balle est dans le camp des citoyens»    Défis et espoir    Exportations hors hydrocarbures: Produits alimentaires et industries manufacturières à la traîne    Pouvoir d'achat divisé par deux en 10 ans    La Com en débat    Front de mer à Aïn El Turck: L'OPGI se mobilise pour la collecte des déchets    Course contre la montre à Blida    Washington lâche Rabat    Selma Haddadi désignée ambassadrice à Djouba    Le chef de la junte nomme 3 ministres et le SG du gouvernement    La Maison de la presse de Bouira baptisée Abdenour Merzouk    Le FFS rebondit    Que se passe-t-il au campus d'El Kseur?    La Coquette perd de son lustre    NAJDA se restructure    Benbahmed réaffirme les priorités du secteur    Incendie au complexe Tosyali    Les vérités des géants de la télécommunication    La tension monte    Lukaku a évité le pire    La démagogie comme mode d'emploi    Tizi ouzou rend hommage à ses fils    Appel à candidature    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



L'UGTT appelle à nommer rapidement un chef de gouvernement
Le syndicat dénonce aussi les appels d'Ennahdha à l'ingérence
Publié dans Liberté le 05 - 08 - 2021

La première centrale ouvrière de Tunisie a mis en garde contre le retard dans la nomination du chef du gouvernement, estimant que cela pourrait aggraver davantage la situation et rendre plus difficile le dépassement de la crise.
La centrale syndicale tunisienne l'UGTT, qui compte quelque un million d'adhérents, a appelé à nommer, "le plus vite possible", un chef de gouvernement de sauvetage, pour que la Tunisie puisse dépasser sa crise et faire face aux affaires urgentes qu'elle doit traiter. À l'issue de la réunion de son comité de direction, mardi, la première centrale ouvrière du pays du voisin de l'Ouest, a, pour autant, mis en garde contre le retard dans la nomination du chef du gouvernement, estimant que ce retard pourrait aggraver davantage la situation et rendre plus difficile le dépassement de la crise.
L'UGTTqui a publié un communiqué à l'issue de la réunion de son comité de direction a exprimé aussi son "refus de toute ingérence étrangère dans les affaires de la Tunisie" et "a dénoncé le recours de certains dirigeants du mouvement Ennahdha à des parties étrangères pour les appeler à ne plus envoyer des doses de vaccins"dans son pays, en cette conjoncture sanitaire marquée par la pandémie du coronavirus. "Nous dénonçons, également, les menaces du chef d'Ennahdha qui représentent un danger pour les intérêts de la Tunisie. Dans ce contexte, nous soulignons l'indépendance des décisions nationales et affirmons notre confiance en la capacité des Tunisiens et des Tunisiennes à résoudre leurs problèmes sans dépendre d'aucune partie", lit-on dans le communiqué de l'UGTT. Les membres de l'organe administratif ont également rappelé que les mesures exceptionnelles prises par le président de la République étaient une réponse aux revendications populaires et une solution définitive à la complexité de la crise que traverse le pays en l'absence de toute indication d'autres solutions.
Cela a lieu alors que le président Saïed continue de procéder par petites touches à la formation de son gouvernement, en attendant de trouver un chef pour diriger l'équipe. C'est fort des prérogatives présidentielles qui lui sont conférées par l'article 8o de la Constitution que Kais Saïed continue de mener de front une campagne contre la corruption qui vise les têtes de l'argent sale en politique, notamment au parlement. Si la campagne de lutte contre la corruption a touché jusque-là des députés et hommes politiques recherchés par la justice, le sort de l'ancien chef de gouvernement aussi demeure entouré de mystère.
Pour preuve, l'Instance nationale pour la prévention de la torture et autres peines ou traitements cruels, inhumains ou dégradants (INPT) a déclaré dans un communiqué publié, hier, que le dossier de l'ancien chef du gouvernement Hichem Mechichi figure parmi les dossiers d'enquête relatifs aux soupçons de détention ou de maltraitance depuis le 26 juillet 2021. L'INPT a indiqué avoir contacté l'ancien chef de gouvernement par téléphone afin de s'assurer que sa ligne personnelle est toujours fonctionnelle, et suite à cela, un message lui a été adressé, exprimant sa volonté de lui rendre visite mais aucune réponse n'a été reçue.
La presse tunisienne rapporte que l'autorité en question a pris contact avec des proches de Mechichi pour enquêter sur sa situation et vérifier si l'ancien chef de gouvernement est soumis à une résidence surveillée ou une interdiction de déplacement en confirmant qu'il n'y aucune décision administrative ou judiciaire à son encontre.
L'Instance a appelé toutes les personnes intéressées à la contacter à travers tous les supports de communication disponibles pour lui fournir toute information nécessaire à cet effet. Cela survient alors que le parti Ennahdha tenait hier une réunion de son conseil consultatifau moment où plusieurs de ses dirigeants appellent au départ de Rached Ghannouchi. Affaibli par sa maladie et sa perte de crédibilité, Rached Ghannouchi devrait fort probablement céder son fauteuil de leader après 40 ans passés à la tête du parti islamiste.
Amar R.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.