Real Madrid: Benzema savoure sa bonne forme    Un membre du PNC appréhendé par les services de sécurité de l'aéroport de Paris Orly    Niger - Algérie décalé au 12 octobre    Le grand gaspillage    Les islamistes marocains doutent de la régularité du scrutin    Incursion de près de 50 colons israéliens dans la mosquée d'El-Aqsa    Libération de 10 élèves enlevés en juillet dernier    Le procès en appel reporté au 10 octobre prochain    Un hommage a minima    Le MJS fixe un ultimatum au 30 septembre    L'aventure africaine débutera au Maroc    Trois morts et trois blessés sur la route    Mise en échec d'une tentative d'émigration clandestine    La saignée continue    Ouramdane Ahitous, le dernier forgeron d'Ihitoussen    La stèle du colonel Ali Mellah inaugurée à M'kira    Tayeb Thaâlibi inhumé au cimetière de Garidi à Alger    Reprise aujourd'hui avec Aït Djoudi    Delort et Boudaoui buteurs    Paris accuse, Washington et Canberra justifient    11 500 quintaux de lentilles et pois chiches pour lutter contre la spéculation    L'ANIE ignore les réserves des partis    Prise en charge psychologique des élèves    Vers une augmentation des tarifs    Prime de scolarité pour 61 000 élèves    Noureddine Bedoui inculpé    «L'économie nationale est dans une situation de précarité»    Trois joueurs de l'effectif de la saison écoulée retenus    Deux nouveautés chez Barzakh    Les dates officiellement fixées    Dos au mur    Des revendications en suspens: Les paramédicaux n'écartent pas le recours à la grève    Bouteflika et compassion religieuse    Mémoire indissociable    Benabderrahmane chez les sénateurs    Le remède miracle    Dites-le droit!    Le FFS est un rempart pour la patrie    «Une figure majeure de l'Algérie contemporaine»    L'épineux problème de Béjaïa    La campagne des locales sera virtuelle    L'hommage de Ramtane Lamamra    Nouvelles manifestations contre le pass sanitaire    Lamamra participe à la 76e session    Une forte baisse enregistrée    «Se battre pour défendre le film qu'on aime!»    Un concours de l'UE ouvert aux journalistes et aux artistes    Un écrivain pluriel    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Liberté pour Rabah Karèche
Il comparaît aujourd'hui devant le tribunal de Tamanrasset
Publié dans Liberté le 05 - 08 - 2021

Rabah Karèche, journaliste de Liberté en détention depuis plus de trois mois, comparaît aujourd'hui devant le tribunal correctionnel de Tamanrasset pour répondre des chefs d'accusation d'administration d'un compte électronique consacré à la diffusion d'informations susceptibles de provoquer la ségrégation et la haine dans la société, diffusion volontaire de fausses informations susceptibles d'attenter à l'ordre public et usage de divers moyens pour porter atteinte à la sûreté et à l'unité nationales.
Ces charges avaient été retenues au lendemain de la publication, le 18 avril dernier, dans le journal Liberté (et son partage sur les réseaux sociaux), de "L'Ahaggar, la bataille des territoires", article qui rendait compte d'une manifestation publique organisée par une partie de la population pour dénoncer le nouveau découpage administratif des territoires dans la région du Grand-Sud. L'interpellation surprenante du journaliste a entraîné une vague d'indignation dans les rangs de la corporation, mais également dans la société civile qui, au cours de plusieurs manifestations, a appelé à la libération de Rabah Karèche.
Les arguments brandis à l'appui de cette revendication étaient simples : la liberté de la presse est consacrée par toutes les lois de la République, le délit de presse ne peut être sanctionné par une peine privative de liberté (article 54 de la Constitution) et, en l'occurrence, Rabah Karèche s'est conformé aux exigences de son travail de reporter en se contentant de porter à la connaissance du public les événements qui agitaient la région du Sud. L'épouse et la sœur du journaliste ont également dénoncé, via les réseaux sociaux, "l'acharnement" contre Rabah Karèche (déjà interpellé et interrogé à quatre reprises par la police locale) et appelé les autorités à le libérer.
À l'international, des journaux se sont aussi emparés de cette arrestation pour souligner "les tentatives de musellement" de la presse algérienne. Et des organisations non gouvernementales, telles que la Fédération internationale des journalistes ou Amnesty International, ont vivement dénoncé l'interpellation de notre confrérie et exhorté les autorités algériennes à lui rendre sa liberté. Mais ni ces appels ni les demandes de liberté provisoire introduites par la défense auprès de la chambre d'accusation ne sont parvenus à rendre le journaliste aux siens, et Rabah Karèche aura passé 108 jours en détention préventive avant de comparaître devant le juge.
Aujourd'hui, tous les regards seront braqués sur le tribunal de Tamanrasset qui va juger rien de moins que la liberté de la presse. Il est à espérer que la justice réhabilite notre confrère Rabah Karèche, dont le seul tort aura été d'avoir accompli son métier de journaliste.


S. Ould Ali


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.