Début d'installation des assemblées locales à Tizi Ouzou    Ali Haddad risque 3 ans de prison ferme    Des partis politiques dénoncent l'«instrumentalisation de l'argent sale»    Vers un terrain d'entente    Le premier pas    L'ère Merkel se referme en Allemagne    Le Premier ministre quitte le front et revient à Addis Abeba    Algérie-Maroc, la grande explication !    Le CRB vise la victoire face au RCA    La Gambie et le Ghana au menu des Verts    Session extraordinaire du conseil national du Cnapeste    N'oublions pas les droits des femmes !    76 cas enregistrés chez des enfants depuis le 1er novembre dernier    Célébration de la "magie de l'humanité"    La femme, le signe et l'africanité    La Cour des comptes relève la faiblesse du recouvrement fiscal    Démantèlement d'une cellule terroriste de Rachad à Oran    Le flou persiste à J-30 !    Un nouveau visage à la tête de l'APW    Des souscripteurs AADL protestent devant le ministère de l'Habitat    «Pas de paix avec le terrorisme de l'occupant dans les territoires sahraouis»    Crêpes au miel    7 dealers arrêtés    Fin de la 4e édition de la foire de la figue    Unanimité des factions pour une réunion à Alger    Serguei Lavrov bientôt à Alger    Les manifestations du 11 Décembre 1960 ont précipité la fin de l'ère coloniale    Pour la promotion du korandjé    Qui se souvient des deux martyrs exécutés en plein centre-ville ?    Le président du CNESE: Des réformes dans les plus brefs délais    Mbappé veut mettre Messi en confiance    La touche du Président    La Clémentine revient de loin    Sept Casques bleus tués par un engin explosif    Le quitte ou double    Alger-Paris : la décrispation    Et maintenant?    40 milliards de dinars pour l'assainissement    Les sillons de l'Algérie nouvelle    «Un point d'orgue pour l'édifice des institutions»    Les islamistes en grands perdants    Le miracle n'a pas eu lieu    Kanté manque beaucoup à Tuchel    Tizi Ouzou rend hommage à Mohia    L'infatigable défenseur de la Terre    «Une histoire d'exil, de silence et de transmission»    La Faf introduit un recours    27 éléments arrêtés par l'ANP en une semaine    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Une participation algérienne avec la pièce "Saha l'Artiste"
FESTIVAL INTERNATIONAL DU THEÂTRE DE BUDAPEST (HONGRIE)
Publié dans Liberté le 27 - 09 - 2021

Le monodrame, Saha l'Artiste, une immersion dans l'univers de la création artistique soumise aux règles impitoyables des sociétés de consommation, prend part au Festival international du théâtre de Budapest (Hongrie), prévu du 25 septembre au 6 octobre 2021.
Ecrit et mis en scène par le dramaturge Omar Fetmouche, Saha l'Artiste, spectacle de 60 mn, sera conduit le 30 septembre sur les planches du Théâtre national de Budapest par le comédien, Ahcène Azazni, soutenu par le musicien Amar Chérifi.
Selon des spectateurs qui ont vu le spectacle à Alger, Saha l'Artiste est "une nouvelle forme de spectacles, qui mêle le théâtre à la musique dans une fusion des genres intéressante", ce qui a permis, ont-ils ajouté, "une plus grande proximité avec le public et rendu le message plus accessible".
Le spectacle raconte l'histoire d'un violoniste, à qui manquait un fil à son instrument, et qui se rend vite compte que tous les magasins de musique qu'il connaissait ont été transformés en fast-food, dans une société de consommation délabrée, où le souci du gain facile règne en maître absolu.
Dans un environnement hostile à toute créativité artistique où il est impossible de trouver une corde de violon, le musicien décide alors de quitter le pays, et va, pour ce faire, voir "Moul el khit", un affairiste débrouillard détenant toutes les ficelles et pouvant contourner toutes sortes de problèmes pour lui procurer un visa.
De l'autre côté de la Méditerranée, l'artiste s'épanouit et trouve son compte, allant jusqu'à étudier la contre-basse, instrument qu'il a adopté et acheté sans son étui, se voyant, à son retour au pays, contraint de le faire transiter dans un cercueil, faisant croire que c'est la dépouille de sa femme, une Française qu'il avait épousée et réussi à convertir à l'islam.
Interprétant pas moins d'une quinzaine de personnages, Ahcène Azazni va user de tous ses talents de comédien pour surmonter les difficultés d'un tel exercice, auquel se livrera également, à un degré moindre, Amar Chérifi, chanteur chaâbi à la mandole, qui aura à reprendre en chanson, les moments forts de la trame, assurer les transitions, et donner à son instrument des élans de narrateur.
Chevronné des planches, Ahcène Azazni convoquera devant le public hongrois, entre autres personnages, "Moul el-khit", Aâmmi Hmida, quelques clients d'un restaurant, le vieux tailleur de pierre tombale, le douanier, le chauffeur du corbillard de fortune, le policier, le malfrat déguisé en "Capitaine crochet", la tante Zohra et le gardien du cimetière, autant dire que l'Artiste aura à relever, une fois de plus, le défi de bien porter le texte du spectacle.
La corde manquante au violon révélera ainsi tous les maux de la société, permettant à Ahcène Azazni de poser avec brio, la problématique de "l'espace de créativité artistique et de production en Algérie". Le monodrame Saha l'Artiste a été produit en 2019 par la coopérative Théâtre Sindjab de Bordj-Ménaïel, en collaboration avec le TNA.

Aps


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.