POURSUIVI POUR « TRAFIC FONCIER » : Abdelkader Zoukh placé sous contrôle judiciaire    JSK : Belaïli : «Je suis doublement content»    MCA : Bakir tranchera son avenir avant la fin de la semaine    Ma réaction de citoyen au dernier discours du « Guide Suprême de la Nation », AGS !    TRIBUNAL DE BIR MOURAD RAIS : Ali Haddad écope de 6 mois de prison ferme    MASCARA : Un dealer arrêté à Tighennif    Entre incohérences et absence de stratégie    Vers une conférence nationale en septembre    Des troupes de la Royal Navy déployées dans le golfe d'Oman    L'armée veut imposer sa feuille de route    Serraj prépare la contre-offensive à Tripoli    Biden devance Trump dans les sondages    La société civile pour une transition de «rupture»    La procédure de levée de l'immunité parlementaire de Talaï enclenchée    Une victoire pour se mettre au vert    Le cas Ounas divise les Verts    Amical : Le Sénégal s'impose face au Nigéria    Autopsie d'un complot    Les réseaux sociaux bloqués pour contrer la fraude    Résultats de l'examen Cinquième à Sétif : un taux de réussite de 85,08 %    Ouverture de six plages et 700 agents de la protection civile mobilisés    3 hectares de blé et d'orge détruits par un incendie    Sassel-plage abrite le lancement de la saison estivale    Approvisionnement en eau de puits non contrôlés : L'APC de Sétif tire la sonnette d'alarme    Remise des prix de la meilleure photo    ACTUCULT    Inas célèbre ses dix ans d'enseignement de tamazight    Découverte d'un cimetière datant de l'époque romaine    606 retraits de permis de conduire au mois de mai    Théâtre régional d'Oran : Les hurlements d'Léo ce soir au théâtre    Ils revendiquent toujours le départ du nouveau directeur: La protesta des travailleurs du Complexe financier d'Algérie Poste se poursuit    Régularisation foncière à Sidi Maarouf: 125 familles de la cité Kaibi Abderrahmane interpellent le wali    ALGER N'EST PAS L'ALGERIE    USM Alger: Un champion dans l'impasse    GC Mascara: Une AGO décisive demain    La crise, c'est eux!    Kamel Daoud hôte de la nouvelle librairie «Abdelkader Alloula»: « Ouvrir actuellement une librairie est plus courageux que d'écrire un livre »    Hocine Achiou : "En un an, Boudaoui a eu une progression extraordinaire"    Chine - Russie : Elever leurs relations au niveau d'un partenariat de coordination stratégique global    Hommage à Ahmed Kellil    Quelques scénarios de sortie de crise    Dialogue… ?    Des noms communs devenus des toponymes composés    Forum de la mémoire : Violation continue des droits de l'enfant sahraoui par le Maroc    Connexion perturbée et silence des autorités    La campagne présidentiellebat son plein    Renault : Le Maire et Senard jouent l'apaisement, se tournent vers l'avenir    "El faqir", premier spectacle de rue pour enfants à Oran    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les parents d'élèves interpellent le Premier ministre
Publié dans La Nouvelle République le 16 - 03 - 2015

Face à une grève qui perdure, et perturbe davantage ce qui reste de l'année scolaire, et aux solutions peu convaincantes annoncées par le ministère de l'Education, les parents d'élèves tentent de coordonner certaines actions. Tenter de raisonner les enseignants grévistes, interpeller le Premier ministre et prévoir un sit-in jeudi à Alger sont les premiers éléments de la riposte.
Loin de soutenir une politique quelconque ou porter des jugements à l'égard des revendications des syndicats, les parents d'élèves n'acceptent pas que l'avenir de leurs enfants dépende du climat d'entente entre syndicats et tutelle. Les élèves, eux-mêmes, se disent fatigués, perturbés et démotivés en conséquence des problèmes opposant les deux parties, notamment cette grève qui a entamé sa cinquième semaine. «Nous nous attendions à ce que le débrayage cesse après les rencontres entre les syndicats et les représentants du ministère, mais ce n'était pas le cas. Nous attendions aussi des mesures et des solutions plus adéquates qu'un support CD pour sauver l'année scolaire et surtout les examens officiels», ont souligné, unanimes, les parents que nous avons rencontrés hier devant des établissements en grève. Ces parents, dont des cadres, des médecins, des fonctionnaires et des mères au foyer, ont dû, pour certains, s'absenter de leur travail et laisser tomber d'autres tâches pour venir au secours de leurs enfants. Ceux en classe terminale prennent les choses plus au sérieux. Ils sont inquiets, perturbés, et surtout démotivés et déçus par les solutions qui leurs sont annoncées à quelques semaines des examens finaux. «Nous allons au lycée chaque matin depuis le premier jour de grève, avec l'espoir de reprendre les cours mais les semaines passent, le bac approche et nos profs ne veulent toujours pas de nous et nous ne savons plus à quel saint se vouer. Un support CD peut être utile pour réviser mais ne pourra jamais remplacer un prof, en plus tous les élèves n'ont pas forcément un PC à la maison», nous dit un élève partageant l'avis de plusieurs autres, à savoir, que tous les élèves n'ont pas reçu la copie du support comme prévu. Bien que six syndicats de la CSE ont accepté de suspendre leur protestation et favorisé le dialogue depuis la dernière rencontre avec le ministère de tutelle, le Cnapeste campe sur sa position et continue à paralyser plusieurs établissements à travers le pays. Les retards dans les cours pour les établissements ayant repris cette semaine a été estimé par le ministère à une «dizaine de jours» et par d'autres sources à «plus de 120 heures» (cours, devoirs, compositions), ce qui n'est pas facile à rattraper et beaucoup d'élèves ne veulent pas qu'on les prive des vacances. En tout cas, cette semaine, quelques établissements retardataires ont entamé les examens et d'autres sont toujours hors service. Approchés par des parents d'élèves inquiets, des enseignants grévistes n'ont pas souhaité s'exprimer sur leur action prolongée ni sur leurs revendications. Il faut dire aussi que ce ne sont pas seulement les candidats au baccalauréat qui sont concernés puisque tout le cycle secondaire est affectées par la grève et les retards. Pour faire face à ce désordre et à cette situation de blocage qui prend en otages des millions d'élèves, les parents ont décidé de ne plus rester indifférents et de prendre en charge les intérêts de leurs enfants. Il s'agit, entre autres actions, d'une requête adressée hier au Premier ministre, Abdelmalek Sellal par l'association des parents d'élèves du lycée El-Idrissi d'Alger, exprimant tout le mal que vivent des élèves perturbés par des conflits dont ils ne sont pas responsables.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.