Le RND appelle Bouteflika à se porter candidat à la présidentielle    ELECTION PRESIDENTIELLE 2019 : Les Algériens appelés à voter le 18 avril    JOURNEE NATIONALE DE LA COMMUNE : Les maires appelés à s'éloigner de la bureaucratie    Aux Algériens de décider.. !    Un remake de 2014 en cours: l'Algérie hors du temps    HABITAT : Temmar lance un projet de 2000 logements à Oran    SIDI BEL ABBES : ‘'La numérisation, c'est pour la fin mars''    CNAS : Les arrêts de travail ont coûté 16 milliards de DA    BECHAR : Arrestation de 2 dealers sur motocycle    LUTTE CONTRE L'ANALPHABETISME : Plus de 8000 analphabètes recensés à Mostaganem    MAZAGRAN : Un berger découvert mort    Un citoyen arrêté par la police pour avoir réclamé ses droits à Batna    En bref…    CAN U-20 : Début du contrôle médical des joueurs    Cross-country à la mémoire de Abdou Seghouani demain à Bouchaoui    Boudebouz intéresse Bologne    Le hasard selon Amari    Mohamed Chafa Ouzzani Des œuvres flamboyantes    Amar Amarni, un artiste complet    Election présidentielle : Ce que prévoit la loi    Rassemblement de soutien à Adlène Mellah    Réorganisation du baccalauréat : Les premières évaluations dès l'année prochaine    Le MCEE et le NCM à la poursuite de l'ASO    Messahel à la Valette    Les graves accusations du Snapo    Pour l'institution d'un prix national «Si Muhend u Mhand»    L'opérette Novembre… sidjil el khouloud conquiert le public tlemcénien    Hommage à un stratège de la révolution    Macron : une communication sans fin, mais sans beaucoup de réponses    Tlemcen: Plus de 10 tonnes de kif saisies en une année    Ligue des champions : JSS-Ahly du Caire, vendredi à 20h00: Les Bécharis au pied de la pyramide    Le réseau électrique renforcé    USMA-NAHD (4-1) et CSC-CABBA (1-0)    «L'enquête achevée et le dossier transmis à la justice»    L'APN prend part à la réunion de la commission des affaires politiques, de la sécurité et des droits de l'Homme de l'UPM à Strasbourg    Des mesures pour le parachèvement des travaux du projet du stade de Bordj Menaïel    Les représentants des membres de l'UA se penchent sur le dossier des personnes déplacées    Les cours du pétrole stables en Asie    «La colonisation et l'occupation continuent de saper le développement» de l'Etat de Palestine    Vingt-deux équipes dont le GSP au rendez-vous de Tunis    L'Algérien Dib élu président de la zone I nord    Tout accord Maroc-UE incluant les territoires sahraouis, sont nuls et non avenus    L'urgence de les récupérer et numériser    Théâtre régional Kateb-Yacine de Tizi-Ouzou    Gouvernance vertueuse    Isolé dans la région, vers quels pays le Venezuela se tournera-t-il?    Attentat terroriste contre un complexe hôtelier à Nairobi : L'Algérie condamne "avec force" l'attaque    Le "shutdown" de Donald Trump coûtera bientôt plus cher que son... mur    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Itinéraire romancé d'un savant réformateur
Publié dans La Nouvelle République le 28 - 05 - 2017

Sous l'égide du ministre de la Culture, Azzedine Mihoubi, dans le cadre de la manifestation «Constantine, capitale de la Culture Arabe 2015» et, en partenariat avec le Département cinéma de la manifestation, le Centre algérien de développement du cinéma (CADC) et le Commissariat de «Constantine, capitale de la culture arabe», l'avant-première constantinoise, algéroise et oranaise du long métrage «Ibn Badis» du réalisateur Basil El Khatib s'est déroulée, respectivement les mardi 23 mai 2017 à la salle «Ahmed Bey» (Zenith) Constantine, mercredi 24 mai 2017 à l'Opéra d'Alger «Boualem Bessaieh» ainsi que le jeudi 25 mai 2017 à la salle «Essâada» à Oran.
Les projections ont eu lieu en présence du réalisateur, de l'équipe artistique et technique. Dans le synopsis initial de ce film, il est dit que : « On ne peut en aucun cas résumer la vie du réformateur du mouvement scientifique algérien en deux heures ; on ne peut également s'empêcher d'accomplir un travail cinématographique sur la vie d'Abd El Hamid Ben Badis. Dans ce film nous avons adopté une nouvelle approche des films biographiques en misant sur l'extrapolation de l'environnement politique et surtout social de Ben Badis afin de rapprocher le spectateur de cette personnalité et comprendre les difficultés endurées dans l'accomplissement de ses buts. Et sachant que l'essence même du cinéma est d'apporter toujours un plus, on ne s'est pas attardé sur les aspects que connaissent les algériens sur cet homme afin qu'ils ressentent sa souffrance et l'ampleur de ses sacrifices. Nous avons axé ce travail cinématographique sur des étapes essentielles de sa vie afin que son expérience humaniste soit l'école de pensée qui révélera à chaque algérien la voie de la lumière. Ce film présente également pour la première fois, de nouvelles approches. » Sans oublier, la liberté de ton imprimée par le scénariste Rabah Drif qui a préféré ici donner une vision poétique du grand « aâlama » algérien dont on aura découvert dans ce film de fiction un caractère inédit, de force tranquille, d'abnégation farouche pour la cause nationale et de sacrifices à l'aune d'une idée d'un peuple libre de choisir son destin. D'emblée, la caméra de Basil Al-Khatib nous donne le ton de superbes ralentis filmés à ras de sol qui installent, dès la scène d'ouverture, des images poétiques malgré la douleur du sujet. Le colonialisme dans toute son horreur sous une pluie battante et des gouttes d'eaux qui giclent autour des pieds nus de prisonniers algériens en marche vers un destin inconnu. Ici, dans le film, Al Khatib et son scénariste choisissent de faire naitre Ben-Badis en réalité, quand il clôt la lecture du saint coran. Une très belle ellipse qui le fait guider la première prière collective sous l'œil brillant d'émotion de son père. Le film va ainsi d'étape en étape nous livrer à travers une très belle image et un casting affolant qui regroupe la fine fleur des comédiens algériens avec d'excellentes nouvelles recrues qui donnent au film une épaisseur inédite dans l'univers des biopics algériens. Youcef Sehaïri incarne avec retenue et intelligence, ce rôle et donne un style serein mais aussi tout en force au récit chronologique mais jamais ennuyant car bourré de rebondissements inattendus. L'émotion reste au rendez-vous avec la subtilité du réalisateur qui appuie toujours son propos dans des tableaux qui annoncent la couleur dans une esthétique servie par des plans très originaux de caméras. Ici, Basil Al Khatib mêle la direction d'acteurs dans une empathie qu'il rehausse de son esthétique particulière. Le Syrien donne au montage toute sa valeur et l'image reste au service d'une poétique élaborée qui, par ses plans, énonce le propos jamais démenti par le jeu des acteurs, très à l'aise sur la plan discursif, entre langage constantinois, arabe littéraire ou français du colon. Le casting très complet nous mène vers de très belles dualités entre les protagoniste-antagonistes, tels que Kechache, excellent dans le rôle du méchant et Ben-Badis (Youcef Seraïhi) très à l'aise dans sa peau de savant réformateur illuminé par une grâce, aussi aidée par des décorateurs qui ont sans doute imposés les plans rapprochés sans que jamais nous n'y fassions attention. Ce récit d'un homme hors du commun a été très fluide par l'entremise de plans esthétiquement efficaces, fondus à leur place et cuts jamais brusques. La galerie de personnages qui entoure le héros principal, comme Yamna, El Djouher, le goual qui impose la ligne de temps et d'espace, le père bienveillant, les personnages troubles qui gravitent dans cette intrigue palpitante, nous tiennent en haleine, donnent de l'émotion, de la rage et de la compassion pour le récit très fluide, en fait. « Ibn-Badis » est un très bon exercice de style qui montre que l'élaboration, l'audace et la mise en abyme à contre-emploi de temps à autre et à bon escient nous laissent dans les yeux et dans les cœurs une très bonne impression d'ensemble, qui nous a mené par la main à découvrir les architectures intellectuelles dont nombre de nos personnages illustres qui ont guidé le peuple par la lettre et la plume. Là où d'autres ont mené une guerre armée. Un juste retour des choses pour la redécouverte à travers la poésie de l'image, et l'esthétique cinématographique complète d'un grand savant qui a fait de sa vie, un long récit...en rejoignant la légende, par la main de Basil Al-Khatib et d'une équipe fabuleuse. A voir à tout prix, le film passera en feuilleton sur la télé nationale. Fiche Technique : «Ibn Badis» Une production du Centre Algérien de Développement du Cinéma dans le cadre de «Constantine, capitale de la Culture Arabe 2015». Réalisé par Basil El Khatib Scénario de Rabah Drif Musique de Salim Dada Ditribution : Youcef Sehairi, Sara Lalama, Souhila Maalem, Mohamed Zaoui, Farouk Boutadjine, Hassen echache, Aziz Boukerouni, Abderahmane Boudia...

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.