Rapatriement des crânes de résistants : ultime hommage du président Tebboune au Palais de la Culture    Poussée populaire et promesse d'une nouvelle Algérie    Laskri compte piloter une liste    Les prix à la production en hausse de 0,6% au 1er trimestre 2020    Amnesty répond au Maroc, lui rappelle son sinistre bilan des droits de l'homme    Sept blessés lors d'une tentative d'attentat près du port de Mogadiscio    L'UE ne reconnaît pas la marocanité du Sahara occidental    Trudeau hésite à aller à Washington pour un sommet sur le nouvel Aléna    Incertitudes sur le rituel du sacrifice du mouton    Covid-19: les gestes barrières seul et unique moyen pour briser la chaine de contamination    Remède naturel pour combattre la cellulite    Sachez-que    Arrivée du cortège funèbre des restes de 24 chefs de la Résistance populaire au cimetière d'El-Alia    Les martyrs de la Mitidja : les oubliés de l'Histoire    La «longue liste» des auteurs retenus dévoilée    Le témoignage glaçant d'un employé turc du consulat saoudien    L'ONU cherche toujours un émissaire pour la Libye    L'Algérie et la France doivent affronter le problème de la Mémoire qui hypothèque les relations bilatérales    Benrahma inscrit un triplé contre Wigan    "Je ne spéculerai pas sur l'avenir de Messi"    Voici le contenu de la mise au point    Le Ghana et le Bénin mettent fin à leurs championnats    Développement de Talents : La FIFA retient 13 écoles algériennes    Sonatrach revoit ses priorités    Béchar : Protestations dans les bureaux de poste    Un activiste devant la justice    Mesures de grâce présidentielle pour la libération immédiate de près de 4700 détenus    "Oran doit s'attendre à un 4e pic de contamination"    26 décès et 1 500 personnes infectées    Banque Mondiale : L'Algérie passe à la catégorie pays à revenu intermédiaire inférieur    Détournement de fonds au CPA de Bouira : Le procès s'est ouvert hier    Des dizaines de morts dans des combats en Syrie    La tête et le corps    La catastrophe écologique du lac «Oum Ghellaz» se répète: Les rejets industriels pointés du doigt    En dépit de la pandémie: Les solariums clandestins bravent l'interdiction    MO Béjaïa: Club en quête d'assainissement    Meilleurs joueurs africains (1ère partie): Le subjectivisme toujours au rendez-vous    Le pas à ne pas franchir    Chlef: La CNAS veut améliorer ses prestations    L'Emir Abdelkader : « Un guerrier, un homme d'Etat, un apôtre de la paix »    Nouvelles approches sur les crimes de «la Main rouge» contre les Algériens    A quoi sert un musée ?    L'infrangible lien...    Marche de la diaspora algérienne à Montréal    Les journalistes indésirables dans la salle d'audience    L'Algérie exportera 50 millions de gants vers l'Espagne    Vu à Alger    Amira Bouraoui, Karim Tabbou et Samir Benlarbi libérés    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'accord de cessez-le-feu à Hodeida de nouveau fragilisé
Publié dans La Nouvelle République le 15 - 01 - 2019

L'accord de cessez-le-feu au Yémen, arraché à Stockholm après d'intenses efforts diplomatiques, est de nouveau menacé suite aux affrontements enregistrés samedi à Hodeida et l'attaque meurtrière au drone jeudi menée par les Houthis contre un défilé de l'armée yéménite.
Malgré l'accord de trêve conclu entre les deux camps sous l'égide des Nations unies en décembre dernier, en Suède, les belligérants continuent à s'affronter notamment à Hodeida, ou transite l'essentiel de l'aide humanitaire internationale qui arrive dans le pays. Selon des témoins cités par des médias locaux, des tirs d'artillerie et des rafales d'armes retentissent chaque jour dans la ville depuis le 18 décembre dernier, date d'entrée en vigueur de l'accord de cessez-le-feu. Les éléments du mouvement «Ansarullah» (Houthis) ont accusé l'aviation de la coalition arabe, sous commandement saoudien, d'avoir mené des raids et violé la trêve à Hodeida. Mais, l'attaque au drone de jeudi dernier contre un défilé militaire de l'armée yéménite, revendiquée par les éléments d'Ansarullah, a porté un coup dur à l'accord de cessez-le-feu signé à Stockholm.
L'attaque au drone risque, en outre, de relancer les hostilités entre les deux pays, alors que l'ONU s'est engagée il y a quelques jours à réunir les deux parties en conflit pour de nouveaux pourparlers avant la fin du mois de janvier à Amman (Jordanie). Au cours de cette attaque au drone qui a visé un défilé militaire organisé sur la base aérienne d'Anad (sud), au moins sept militaires ont été tués sur le coup et 11 autres ont été blessés, selon les autorités yéménites. Le général de brigade Saleh Tamah, grièvement touché lors de cette attaque, a succombé dimanche matin à ses blessures, ont annoncé des sources médicales précisant que le défunt avait subi plusieurs opérations chirurgicales dans un hopital d'Aden, mais sans succès.
Parmi les blessés figuraient également le chef d'état-major adjoint du Yémen Saleh Zendani, le commandant de la 4e zone militaire Fadel Hassan et le gouverneur de Lahj, Ahmed Abdallah Turki. M. Turki et Zendani ont été transportés en Arabie saoudite pour y être soignés, a indiqué un responsable yéménite.
Le médiateur de l'ONU appelle à la «retenue»
Condamnée par la communauté internationale, cet attentat a provoqué déception et consternation, d'autant plus que l'émissaire de l'ONU pour le Yémen, Martin Griffiths, tente ces derniers jours de relancer les pourparlers de paix pour la résolution diplomatique du conflit ayant provoqué plus de 10 000 morts et une grave crise humanitaire. Le médiateur de l'ONU pour le Yémen s'est dit inquiet par l'escalade de la violence et a appelé les belligérants à la «retenue» pour maintenir «la dynamique positive» des récents pourparlers. Exhortant toutes les parties au conflit à exercer de la retenue et à éviter toute escalade supplémentaire», Martin Griffiths a insisté sur la création d'une «atmosphère propice pour maintenir la dynamique positive générée par les consultations en Suède et la reprise du processus de paix yéménite».
En dépit de cet appel, les éléments Houthis ont refusé dimanche de prendre part une réunion sur l'accord de trêve à Hodeida, en signe de mécontentement contre le chef des observateurs de l'ONU Patrick Cammaert. Selon des sources médiatiques, les Houthis ont boycotté une réunion du comité mixte avec le gouvernement, présidée par le général Cammaert à Hodeida (ouest). Dans un tweet, Mohammed Abdelsalam, qui a dirigé en décembre la délégation des Houthis aux pourparlers de paix en Suède, a accusé le général néerlandais de «poursuivre un autre objectif» que celui de progresser vers la consolidation de la trêve dans cette ville stratégique sur la mer Rouge.
«Le peu de progrès dans l'application de l'accord sur Hodeida s'explique en grande partie par l'attitude du chef des observateurs de l'ONU», a-t-il affirmé, sans autres précisions. Il a appelé l'émissaire de l'ONU pour le Yémen, Martin Griffiths, à «remédier à cette situation». Une source onusienne a refusé de commenter ces déclarations. Le comité présidé par le général Cammaert est supposé organiser des redéploiements des combattants Houthis et des forces gouvernementales. Les premiers sont supposés se retirer des ports de Hodeida, de Salif et de Ras Issa. Les forces des deux parties devraient ensuite se retirer de la ville même, mais aucun de ces redéploiements n'a encore eu lieu.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.