Mort des tribus, naissance des tribalismes (III)    Le Mouvement El Bina prêt à s'engager dans l'élection présidentielle    Un acte inacceptable estime Abdelaziz Rahabi    30e vendredi du Hirak: Appel au départ de tous les symboles de l'ancien système    Aigle Azur (SNLP) : Le Comité d'entreprise soutient deux offres de redressement    Résoudre rapidement, par une élection présidentielle transparente, la crise politique ou la régression    Portes ouvertes sur la CASNOS    Bomare Company mise à l'honneur dans le magazine allemand de l'IFA Berlin    La préservation des acquis de la révolution, priorité des Tunisiens    Appel à hâter la désignation d'un nouvel envoyé personnel du SG de l'ONU    Assemblée générale extraordinaire le 17 septembre    «Boudaoui est bourré de talent»    Réda Benbaziz (-63 kg) dominé par l'Ouzbek Adu Raimov    Lancement du concours international de la photographie sous-marine de la corniche jijelienne    Alger, Constantine, Annaba plus exposées aux inondations que d'autres villes du pays    Baisse de 60 % du taux de mortalité de la mère parturiente    Après adoption par les deux chambres des deux textes de loi organique relatifs à l'Autorité en charge des élections et au régime électoral: Place à ...    Prochaine édition du Festival national de la littérature et du cinéma de la femme    Il fête ses 50 ans de carrière à Alger    Les startups favorisées    L'Algérie réaffirme sa position    Ahmet Davutoglu quitte l'AKP pour créer un mouvement rival    Un individu abattu à Tizi-Ouzou    Le marché de Tidjelabine rouvre ses portes    Le tour de vis du gouvernement    De nouvelles taxes sur les véhicules ?    Le président de Microsoft se positionne aux côtés de Huawei    Bedoui exprime sa "gratitude" à l'ANP    Deux films algériens en compétition officielle au festival international d'Elgouna en Egypte    Borussia Mönchengladbach: Bonne prestation de Bensebaini face à Cologne    L'autorité des élections reflète-t-elle les articles de la Constitution ?    TISSEMSILT : Installation du nouveau chef de sûreté de wilaya    NUIT DE DELUGE A ALGER : La capitale avait ses avaloirs bouchés    LES MEDECINS DENONCENT L'INSOUCIANCE DES RESPONSABLES : Un ‘'abattoir'' à l'hôpital de Mostaganem    Six soldats émiratis tués dans une collision de véhicules militaires    Un 15e penalty sifflé    Ligue 2: Le programme des rencontres de la 4ème journée    La DJS prête à louer le stade Zabana le jour des matchs    Deux collines illuminées par des milliers de manifestants    Détermination plus forte    Vers de fortes tensions sur le marché de la devise    Des milliers de Soudanais dans les rues    ACTUCULT    Julien Clerc célèbre ses 50 années de carrière à L'Opéra d'Alger    "Bee Home" ou la culture dans la convivialité    Plaisir du grattage et pizza anti-cancer au menu    LDC (2e tour – aller) JS Kabylie – Horoya Conakry (19h30) : Assurer la qualification à Tizi Ouzou    Comment la stratégie israélienne contourne le blocage libanais en se portant vers l'est de L'Euphrate    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Quatrième vendredi pacifique
Publié dans La Nouvelle République le 16 - 03 - 2019

Pour le quatrième vendredi consécutif, des milliers de citoyens sont sortis dans des marches populaires pacifiques à Alger et dans plusieurs villes du pays, revendiquant notamment le «changement profond» du système. A Alger, ils ont convergé, une fois encore, vers la Grande poste, au centre de la capitale, venus des quartiers environnants, des banlieues et même des wilayas voisines pour remplir l'esplanade de la Grande Poste et les rues adjacentes.
Les manifestants ont occupé également un autre lieu de la capitale, la Place du 1er-Mai. A Alger-centre, la manifestation a commencé en milieu de matinée pour grossir en début d'après-midi et commencer à se disperser dans le calme vers 17h30, pour ne laisser que quelques groupes épars qui ont continué à scander leurs slogans appelant au «changement profond du système» et au «respect de la Constitution» et également au rejet des dernières décisions présidentielles. Les foules se sont ébranlées en début d'après-midi en empruntant les principales artères de la capitale, brandissant l'emblème national et des banderoles appelant à «la préservation de l'unité nationale», scandant, en plus des slogans habituels, celui du rejet de toute ingérence étrangère dans les affaires internes de l'Algérie. Le drapeau national, acheté chez des vendeurs qui ont vite senti ce besoin, était entre les mains de pratiquement tous les manifestants.
Comme le vendredi 8 mars, il y avait un côté festif, une sorte de balade familiale que les Algérois ont très rarement l'occasion de faire. L'ambiance stade était également présente et surtout inévitable en fin de rassemblement avec les chansons politiques de supporters que l'on entend habituellement dans les grands derbys. Comme les vendredis précédents, le caractère pacifique de ce rassemblement a été dominant. Le dispositif de police mis en place comme d'habitude, chargé du maintien de l'ordre, a été levé en milieu d'après-midi, évitant ainsi de donner le prétexte à toute éventuelle provocation. La composante de la foule a été encore une fois disparate. Les slogans lancés ici et là dans la foule ont reflété les «sensibilités» différentes, divergentes, voire opposées, des composantes du rassemblement traduisant ainsi le pluralisme démocratique qui est désormais une réalité palpable.
Comme à leur habitude, les jeunes ont lancé des mots d'ordre politiques et sociaux, exprimant des revendications qui tournent principalement autour de la justice sociale et de l'état de droit. Bien après que les familles aient quitté le rassemblement, adolescents et jeunes sont restés pour entonner les chants qui expriment leur mal-vie, leurs conditions de vie détériorées par la crise dont ils sont les principales victimes et leur angoisse quant à leur avenir dans le pays. Durant le rassemblement, aux alentours de la Grande Poste, la circulation automobile n'a pas été interrompue et a continué avec une fluidité relative. En dehors d'Alger-centre et de la Place du 1er Mai, les autres quartiers d'Alger étaient calmes, avec les activités habituelles d'un vendredi après-midi.
Les commerces étaient ouverts : cafés, superettes, fast food,… C'est la preuve que les gens se sentent en sécurité et n'éprouvent aucun sentiment de panique. Encore une fois, il faut noter avec satisfaction qu'il n'y a eu aucun incident tout au long du rassemblement à Alger-centre. Comme les vendredis précédents, ce rassemblement a permis aux milliers de personnes présentes d'exprimer pacifiquement leurs opinions avec une grande maturité, y compris chez les jeunes. Dans d'autres wilayas du pays, des marches similaires auxquelles ont pris part des milliers de citoyens, notamment des jeunes et de différentes franges de la société, avec le même mot d'ordre, sous l'œil vigilant d'un dispositif de sécurité déployé pour éviter tout dérapage. Pour rappel, le président Bouteflika, avait adressé lundi dernier un message à la nation dans lequel il a annoncé plusieurs décisions.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.