Révision des listes électorales et dépôt de candidatures    Tliba en prison à El Harrach    Adaptation de la loi des hydrocarbures de 2013 et urgence d'un nouveau management stratégique de Sonatrach    Exportation de 30.000 tonnes de rond à béton vers le Canada    Ooredoo présente ses offres et solutions innovantes aux professionnels de la santé    29.000 cibles terroristes detruites par l'aviation russe dans 9.500 sorties    Les Algériens à pied d'oeuvre à Berkane    Probable forfait de Ferhat face à Amiens    «Ma préoccupation, c'est le niveau des joueurs locaux»    Un mort et quatre blessés dans un accident de la route    Arrestation de 5 trafiquants de faux billets en dinars    La «harga» vers l'Europe, la malédiction qui accable la plèbe !    L'oralité dans la culture traditionnelle africaine    L'Algérie est-elle le nouveau «berceau de l'humanité» ?    Tipasa : « libérez nos enfants détenus »,    Biskra : « Non à la zizanie, les Kabyles sont nos frères »    Jijel : » Il n'y aura pas de vote ! «    RETRAIT DE TEBBOUNE DE LA COURSE ELECTORALE : Mohamed Lagab dément    BORDJ BADJI MOKHTAR : Découverte d'une cache d'armes et de munitions    LEVEE D'IMMUNITE DE ALI TALBI ET AHMED OURAGHI : La Commission juridique du Sénat examine les procédures    ECOLE SUPERIEURE DES DOUANES D'ORAN : Sortie de 81 officiers de brigade dont neufs femmes    MAHDIA (TIARET): Une présumée liste des bénéficiaires de logements provoque la colère    SIDI BEL ABBES : Le 58ème anniversaire du 17 octobre 61 commémoré à Dhaya    ADRAR : Saisie de yaourt et de fromage avariés    MOSTAGANEM : 1000 tonnes de pomme de terre bientôt déstockées    Chakib Khelil sera sur le devant de la scène    Liverpool: Van Dijk n'est pas obnubilé par le titre    Real Madrid: Zidane réagit au report du Clasico    Officiel: le Clasico reporté    Le véritable maître de DAESH    Bedoui en Russie    De nouvelles charges contre Donald Trump    «On peut faire encore plus mal»    Constantine : quelle scolarisation pour nos enfants ?    Les députés exigent la démission de la cheffe de l'Exécutif    3 morts et une vingtaine d'enfants blessés dans un attentat    ACTUCULT    "Derb Cinéma" lance l'appel à candidatures jusqu'au 15 novembre    Tout en excluant la trêve : Ankara exhorte les Kurdes de Syrie à déposer les armes    Boukhalfa : Huit blessés dans un accident de la circulation    Corée du Sud, Italie, Turquie et Autriche à l'honneur    Selon le MSP: « Les autorités responsables de l'échec de la transition démocratique »    Rachid Sekak: Le redressement économique passe par le règlement de l'équation politique    Pompiers en colère à Paris : tensions avec la police, au moins 6 interpellations    5ème édition du Prix littéraire " Katara ": Le talent algérien brille de nouveau dans le ciel de Katara    Belmadi et les Verts sur leur lancée    Les chrétiens d'Algérie dénoncent    La France garde le secret    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Médecins et étudiants hier à Alger
Publié dans La Nouvelle République le 20 - 03 - 2019

Hier, mardi, c'était le tour des médecins d'organiser leur marche en direction de la Grande-Poste à Alger, où étaient déjà concentrés des étudiants qui se sont donnés rendez-vous à cet endroit rejoints ensuite par des jeunes des quartiers environnants. Les mêmes slogans ont été scandés et marqués sur les banderoles, sur fond de chants politisés des supporters de clubs, que l'on entend habituellement dans les stades lors des derbys algérois. Les praticiens de la santé ont entamé leur action par un rassemblement à l'hôpital universitaire Mustapha Pacha pour ensuite organiser une marche en empruntant la rue Hassiba Ben-Bouali pour se rendre à la Grande-Poste.
Les médecins, qui ont répondu à l'appel du Syndicat national des praticiens de la santé publique (SNPSP) et du Conseil national de l'ordre des médecins, ont scandé des slogans notamment «non à la prolongation du mandat présidentie», «non à la gouvernance dans un cadre anticonstitutionnel», ou encore «oui pour l'Algérie démocratique». Les médecins ont adopté pour consigne pour cette marche le port des blouses blanches et l'obligation de ne pas recourir aux logos propres aux organisations ni scander de slogans revendicatifs corporatistes. L'action des médecins s'inscrit dans le sillage des marches imposantes à travers le territoire national revendiquant le «changement profond du système», le «respect de la Constitution» et le "rejet de toute ingérence étrangère».
Les étudiants ont exprimé, en plus de leur rejet du système, des revendications propres à leur corporation et portant sur l'exigence d'une université démocratique, gratuite et de qualité. Comme les autres jours, les sentiments patriotiques ont été fortement exprimés par les manifestants à travers les couleurs nationales largement déployées et l'hymne national entonné plusieurs fois durant le rassemblement. Pour leur part, les travailleurs du secteur de la Formation professionnelle se sont rassemblés, lundi, sur les marches de la Grande Poste pour reprendre les mêmes slogans scandés depuis quelques semaines.
Cette manifestation qui a regroupé quelques dizaines de travailleurs a duré quelques heures dans le calme alors que le dispositif policier chargé de maintenir l'ordre public était mis en place comme les jours précédents sans avoir à intervenir. D'autres rassemblements des travailleurs du secteur de la formation professionnelle ont eu lieu dans d'autres villes du pays. Les rassemblements d'hier (et de lundi) à la Grande Poste n'ont pas perturbé la circulation des véhicules traversant ce carrefour qui connait généralement en mi-journée un flux d'une forte intensité.
Les rassemblements d'hier et de lundi, à la Grande Poste, se sont déroulés après une «pause» de deux jours, samedi et dimanche, qui a suivi le grand rassemblement de vendredi à Alger, avec la participation de dizaines de milliers de citoyens qui ont appelé au «changement profond du système», au «respect de la Constitution» et clamé en même temps leur rejet des dernières décisions présidentielles relatives, entre autres, au report de l'élection présidentielle et l'organisation d'une conférence nationale inclusive, ainsi que leur refus de «toute ingérence étrangère».
Les observateurs ont noté que, depuis vendredi dernier, des tentatives sont faites pour sortir du blocage de la situation et éviter de tomber dans l'impasse dont personne ne veut. Samedi, les participants au «dialogue des acteurs de la société civile» organisé par l'Union nationale du mouvement associatif et de la société civile ont mis en avant l'impératif de «lancer un dialogue national inclusif», pour préparer le changement du système et l'édification d'une Algérie nouvelle. Selon le président de l'Union, Gasmi Tayeb, cité par l'APS, celle-ci comprenant près de 1.600 associations tendait à engager un dialogue auquel prendront part toutes les franges de la société pour débattre de toutes les idées et les solutions.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.