Trafic d'influence, détournement de foncier, transferts de fonds vers l'étranger...: Les frères Kouninef et Rebrab présentés au procureur    En l'absence de Bensalah: Une conférence vidée de politique et des interrogations    Selon Djilali Hadjadj: Près de 60 milliards de dollars détournés en Algérie en 15 ans    Tizi-Ouzou - Victime d'un accident: Un supporter du MCO succombe à ses blessures    USM Annaba: C'est la chute libre    Football - Ligue 2: Qui accompagnera l'USMB et le RCK en DNA ?    Alger: Cinq morts dans un effondrement    Constantine - Sit-in de demandeurs de logements devant la wilaya    Erosion, déversements des eaux, pollution, accès difficile...: Une plage «artificielle»... avec des problèmes «réels»    L'exception algérienne    Le fromage Bouhezza en fête    Hi-Tech : Samsung pourrait devenir fournisseur d'Orange en 5G    Coopération bilatérale : La Russie et la France s'allient pour créer un réseau de maisons de retraite    Sri Lanka : Des attentats font plus de 160 morts le jour de Pâques    La contestation suspend les discussions avec l'armée    Libye: Tripoli toujours sous la menace armée, avancée des troupes du GNA    Washington met fin aux exemptions    Le guide suprême nomme un nouveau chef des Gardiens de la Révolution    Analyse : Baisse de l'aide militaire US au Cameroun, une brèche pour la Russie ?    La rue applaudit les décisions    Un député FLN démissionne pour rejoindre le Hirak    Création d'une instance indépendante chargée d'organiser les élections : Début de la rencontre de concertation sur les mécanismes    Hazard au Madrid, c'est déjà fait!    Le Barça vole au secours de Coutinho    Yacine Chalel à la 5e place    Sport : Quand le vent du "Hirak" souffle sur le sport algérien    Championnats d'Afrique U18 et U20 : 13 médailles dont cinq en or pour l'Algérie    Corruption : Report pour la semaine prochaine de l'affaire du sénateur Boudjouher Malik    Le bal des hypocrites    Le baril "accompagne" le Hirak    Des débuts prometteurs    Plus de peur que de mal    Ça chauffe à Aïn Berda    Tizi-Ouzou : Réhabilitation de la station climatique de Tala Guilef    Huawei innove dans la gestion des flux de passagers    La saison 8 de Games of Thrones censurée en Chine    Un documentaire sur le royaume de Numidie en réalisation    Bouchetta Soulimane expose "El Djazair"    La nouvelle Cupra Formentor sera produite dans l'usine Seat à Martorell    Retrait du permis de conduire : détails de la nouvelle procédure    Qui succédera à Ould Abbès    Les frères Kouninef arrêtés    L'Algérie a atteint 1,5 % en 2018    Victoire à la présidentielle du comédien Volodymyr Zelenskiy    La semaine de la langue espagnole    Cinéma à Alger.. L'Onci récupère trois salles    Evocation du séjour à Oran de Cervantès    Spécialiste de l'Algérie : L'historienne Annie-Rey Goldzeiguer, tire sa révérence    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Médecins et étudiants hier à Alger
Publié dans La Nouvelle République le 20 - 03 - 2019

Hier, mardi, c'était le tour des médecins d'organiser leur marche en direction de la Grande-Poste à Alger, où étaient déjà concentrés des étudiants qui se sont donnés rendez-vous à cet endroit rejoints ensuite par des jeunes des quartiers environnants. Les mêmes slogans ont été scandés et marqués sur les banderoles, sur fond de chants politisés des supporters de clubs, que l'on entend habituellement dans les stades lors des derbys algérois. Les praticiens de la santé ont entamé leur action par un rassemblement à l'hôpital universitaire Mustapha Pacha pour ensuite organiser une marche en empruntant la rue Hassiba Ben-Bouali pour se rendre à la Grande-Poste.
Les médecins, qui ont répondu à l'appel du Syndicat national des praticiens de la santé publique (SNPSP) et du Conseil national de l'ordre des médecins, ont scandé des slogans notamment «non à la prolongation du mandat présidentie», «non à la gouvernance dans un cadre anticonstitutionnel», ou encore «oui pour l'Algérie démocratique». Les médecins ont adopté pour consigne pour cette marche le port des blouses blanches et l'obligation de ne pas recourir aux logos propres aux organisations ni scander de slogans revendicatifs corporatistes. L'action des médecins s'inscrit dans le sillage des marches imposantes à travers le territoire national revendiquant le «changement profond du système», le «respect de la Constitution» et le "rejet de toute ingérence étrangère».
Les étudiants ont exprimé, en plus de leur rejet du système, des revendications propres à leur corporation et portant sur l'exigence d'une université démocratique, gratuite et de qualité. Comme les autres jours, les sentiments patriotiques ont été fortement exprimés par les manifestants à travers les couleurs nationales largement déployées et l'hymne national entonné plusieurs fois durant le rassemblement. Pour leur part, les travailleurs du secteur de la Formation professionnelle se sont rassemblés, lundi, sur les marches de la Grande Poste pour reprendre les mêmes slogans scandés depuis quelques semaines.
Cette manifestation qui a regroupé quelques dizaines de travailleurs a duré quelques heures dans le calme alors que le dispositif policier chargé de maintenir l'ordre public était mis en place comme les jours précédents sans avoir à intervenir. D'autres rassemblements des travailleurs du secteur de la formation professionnelle ont eu lieu dans d'autres villes du pays. Les rassemblements d'hier (et de lundi) à la Grande Poste n'ont pas perturbé la circulation des véhicules traversant ce carrefour qui connait généralement en mi-journée un flux d'une forte intensité.
Les rassemblements d'hier et de lundi, à la Grande Poste, se sont déroulés après une «pause» de deux jours, samedi et dimanche, qui a suivi le grand rassemblement de vendredi à Alger, avec la participation de dizaines de milliers de citoyens qui ont appelé au «changement profond du système», au «respect de la Constitution» et clamé en même temps leur rejet des dernières décisions présidentielles relatives, entre autres, au report de l'élection présidentielle et l'organisation d'une conférence nationale inclusive, ainsi que leur refus de «toute ingérence étrangère».
Les observateurs ont noté que, depuis vendredi dernier, des tentatives sont faites pour sortir du blocage de la situation et éviter de tomber dans l'impasse dont personne ne veut. Samedi, les participants au «dialogue des acteurs de la société civile» organisé par l'Union nationale du mouvement associatif et de la société civile ont mis en avant l'impératif de «lancer un dialogue national inclusif», pour préparer le changement du système et l'édification d'une Algérie nouvelle. Selon le président de l'Union, Gasmi Tayeb, cité par l'APS, celle-ci comprenant près de 1.600 associations tendait à engager un dialogue auquel prendront part toutes les franges de la société pour débattre de toutes les idées et les solutions.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.