5 exercices qui n'affecteront pas vos genoux    Brésil : Dani Alves mécontent du public    Les manipulateurs ont été mis en échec    Régularisation foncière: 3.700 actes délivrés et 90 milliards de recettes    Société civile: Une feuille de route pour sortir de l'impasse politique    Entendus aujourd'hui: Zoukh, Karim Djoudi et Amar Tou devant la Cour suprême    Relizane: Près de 10.500 candidats au bac    Selon un récent bilan de la wilaya: Plus de 600 constructions illicites démolies depuis le début de l'année    Pour la réussite de la saison estivale: 78 gestionnaires des plages en formation    Cour suprême : Abderrachid Tabi installé au poste de Premier président    Afin de saluer les décisions de la justice contre la corruption : Marches à travers les wilayas du pays    Improvisation économique à des fins politiques : Industrie de pseudo-montage automobile    Pour poursuivre les corrupteurs : Les services judiciaires aux taquets    Coupe d'Algérie 2019 : Le CR Bélouizdad honoré par le wali d'Alger    Malgré le soutien du pétrole Les place européennes finissent en petite hausse    Deux pétroliers ciblés dans le golfe d'Oman : L'or noir en hausse    CAN-2019 de football, préparation Algérie - Mali, ce soir à Doha : Vaincre et convaincre avant l'Egypte    Solution de la crise en Libye: Les pays voisins préoccupés et insistent sur le dialogue    XXe réunion de l'Association des Sénats d'Europe : Les Sénats européens et africains expriment leur volonté de promouvoir les valeurs communes    Guerre commerciale : Huawei réclame plus d'un milliard de dollars à Verizon sur des brevets    Abdelkader El Gouri élu    Affrontements meurtriers à Nzérékoré    Nouvelle escalade entre les Etats-uniset l'iran    Un avion d'Air Algérie rebroussechemin !    La situation s'enlise    Nouveau dérapage de Naïma Salhi    Le prix du chef de l'Etat Ali-Maâchi décerné à 24 jeunes talents    Andy Delort : «C'est une fierté d'être là»    COUR SUPREME : Chakib Khelil, Djoudi et Tou convoqués    PLUS DE 600.000 CANDIDATS CONCERNES : Début aujourd'hui des épreuves du Bac    Helaïmia s'engage avec les Belges de Beerschot Anvers    Le GS Pétroliers remporte sa 20e Coupe d'Algérie    Pour le régime Bouteflika, la chute est brutale    Bensalah et Bedoui sommés de partir    Le bleu pour le Soudan sur les réseaux sociaux    Le gouvernement de Hong Kong essuie des critiques de son camp    Des citoyens bloquent le siège de l'APC de Bouti Sayeh    24 hectares de récoltes sur pied ravagés par le feu    Gendarmerie nationale : Saisie de 9,3 kg de kif traité, une arrestation    «Le certificat prénuptial est très important»    L'UE insiste sur le traité négocié avec Londres    «Le résultat du match CSC-USMA est douteux»    Fidèle à la mémoire de Fouad Boughanem    Chef d'entreprise en Algérie, il est devenu vendeur de fripe aux «puces» de Montreuil    Le retour de La Dolce Vita    «J'ai couru vers le Nil»* de Alaa El Aswany: Comment la révolution égyptienne a été brisée ?    Mohamed Zerrouki (1902-1957): Un écrivain visionnaire précoce resté méconnu    LES AIGLES EN CARTON    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Un exemple de persévérance et de détermination
Publié dans La Nouvelle République le 14 - 05 - 2019

La commune estudiantine algérienne a investi encore une fois les rues de la capitale, Alger et des autres régions du pays, pour le deuxième mardi du mois de ramadhan. La politisation patente du milieu estudiantin se confirme et s'agrandit, depuis le 22 février dernier. La proportion de la mobilisation cette fois-ci s'est accrue jusqu'à devenir un symbole de la fronde populaire. Même revendications : le départ sans concession des figures du pouvoir pour l'édification d'un « Etat de droit, libre civile et non militaire ».
Le mouvement de protestation des étudiants ne faiblit pas et toujours fidèle à son rendez-vous du mardi. Au risque de faire une année blanche, les universitaires en grève depuis des semaines, semblent plus déterminés que jamais, et ce, jusqu'à ce que le mouvement paye. Considérés comme la clé du changement pour la réussite de la transition, en dépit de leur jeune âge, les étudiants algériens de toutes filières confondues aspirent à un avenir meilleur et une société plus « civilisée et instruite ». 11h05, malgré les empêchements par les boucliers de la police, placés à chaque axe menant vers la Grande-Poste, les étudiants sont parvenus à se réapproprier le parvis de la Grand Poste. Ils ont décidé de réorienter leur marche vers de nouveaux lieux. Ils étaient des centaines à manifester de le Tribunal Sidi M'Hamed, et devant le siège de l'Assemblée Populaire Nationale (APN). Les deux instances, des plus actives et donatrices d'ordres ces derniers jours. « Nous voulons une justice indépendante et intègre, mais pas avec les complices du pouvoir en place », commente, Rafik, étudiant en troisième année à l'université Alger2. Débordants d'énergie et d'enthousiasme, les camarades à Rafik, ne cessent de sautiller, aux mains des drapeaux algériens de toutes les dimensions, s'agitaient dans les airs. Nous pouvons observer dans ces manifestations comme un sursaut de fierté et de grâce que les universitaires veulent partager avec leurs parrains pour continuer sans relâche cette lutte, tant attendue. Ce large mouvement de contestation qui dure depuis près de trois mois soulève une irrésistible envie et volonté chez les algériens de poursuivre la révolte jusqu'à ce qu'à l'élection d'un président choisi par le peuple, dans la transparence totale, ainsi rejetant toute implication de l'institution militaire. C'est le message principal de cette nouvelle mobilisation estudiantine qui réclame « un Etat civile et non militaire ». « L'Algérie a besoin de son armée pour la défendre de ses ennemis extérieurs, et non de s'ingérer dans la révolte populaire revendiquant la liberté et la dignité pour sa nation », estime Manel, une licenciée sans emploi depuis 2017. Des milliers diplômés sont dans le même cas que Manel qui réclame « la restitution de sa place à l'intellectuel algérien et la préservation de la jeunesse du pourrissement de la situation », a-t-elle ajouté. « Barakat, Barak, ça suffit », crie de loin une autre manifestante, qui appelle à « la justice réelle et équitable pour régler la crise politique et non à la justesse dans le traitement des dossiers ». Dans sa banderole est écrit « Pour une assemblée constituante est souveraine ». Un message omniprésent lors de cette manifestation au côté de celui appelant le chef de corps des armées, Ahmed Gaid Salah à partir. « Nous avons ras-le-bol des propositions de la grande muette qui n'aboutissent pas et qui imposent les élections présidentielles contestées par le peuple », c'est ce qu'a déclaré Aris devant le tribunal Sidi M'Hamed. Une belle parade estudiantine a sillonné les boulevard d'Alger centre, brouillant d'étudiants, bravant chaleur et soif de ce jour. Sous le regard intrépide des policiers qui surveillaient chacun de leur mouvement. Ils les ont escortés dans chacun de leur déplacement, dans le calme. 13h30, les étudiants commençaient à se disperser, démontrant une fois de plus leur obstination a brisé le mur de la peur et a galvanisé le peuple pour qu'il poursuit sa lutte pour le respect.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.