Man City : Sterling aurait également pris sa décision    Gouvernement-walis: un cadre de concertation pour améliorer la gestion des collectivités locales    Appel à consacrer davantage d'études historiques au parcours du cheikh Larbi Tébessi    Un fichier du produit national fin prêt dans six mois    Les anciens walis de Skikda, Mohamed Bouderbali et Faouzi Benhassine, placés en détention provisoire    Gouvernement-Walis: concrétiser la nouvelle feuille de route pour la relance de l'investissement et le développement local    Slimani dans l'équipe type de France Football    Appel à l'ouverture d'un dialogue entre syndicats et ministère de l'Education nationale    L'Algérie s'emploie "activement" à trouver une solution à la crise libyenne    LOGEMENT : Vers l'unification du Fichier national    ENSEIGNEMENT SUPERIEUR : Vers la création prochaine de 7 pôles d'excellence    AIR ALGERIE : Grève sans préavis du personnel naviguant    CORONAVIRUS : Les Algériens rapatriés de Wuhan quittent l'hôpital    BECHAR : Saisie de plus de 2708 comprimés de psychotropes    BATNA : Deux éléments de soutien aux terroristes appréhendés    Karim Younes: un Médiateur de la République pour veiller au respect des droits des citoyens    Enquête : après Anis, son épouse    Ligue 1: Le programme des rencontres de la 18ème journée    Nouveaux tirs de roquettes près de l'ambassade américaine à Bagdad    Les discussions entre Doha et Riyadh «suspendues»    Le club des magistrats algériens rend hommage au peuple    D'importantes décisions attendues    Marche et rassemblement hier à Tizi Ouzou    Les Canaris décidés à reprendre la seconde place !    Le Targui    À tout jamais…    Mahour Bacha précise    Le derby de toutes les souffrances !    Foncier économique : nécessité d'un cadre juridique global pour l'octroi des assiettes    L'Algérie après Bouteflika vue par Benjamin Stora    Grandes déceptions après l'annonce du nouveau gouvernement    Le bilan de l'attaque contre le village d'Ogossagou passe à 31 morts    Les éleveurs qui ratent cette vaccination se mettront face au risque    Les 2 300 recalés obtiennent gain de cause    Alors que les affaires de contrebande connaissent une légère baisse, les crimes et délits en hausse    Les résidents dénoncent un promoteur immobilier    L'Algérie réclame deux sièges permanents pour l'Afrique    31 civils tués par la coalition saoudienne au Yémen    ACTUCULT    Vent divin de Merzak Allouache : un discours sur la vie, l'amour, la mort et le djihad armé    "Tighremt", premier quotidien national en langue amazighe    La crème des humoristes africains sur la scène de Cotonou    Maâzouz Bouadjadj et Abderrahmane El-Koubi honorés au TNA    Vive les vieux ! Tahya la gérontocratie !    Brèves    Tebboune ne veut plus de cortèges officiels de 30 voitures    La ville de Kherrata célèbre le 1er anniversaire    Le Président s'attaque aux lobbies de l'importation    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Un exemple de persévérance et de détermination
Publié dans La Nouvelle République le 14 - 05 - 2019

La commune estudiantine algérienne a investi encore une fois les rues de la capitale, Alger et des autres régions du pays, pour le deuxième mardi du mois de ramadhan. La politisation patente du milieu estudiantin se confirme et s'agrandit, depuis le 22 février dernier. La proportion de la mobilisation cette fois-ci s'est accrue jusqu'à devenir un symbole de la fronde populaire. Même revendications : le départ sans concession des figures du pouvoir pour l'édification d'un « Etat de droit, libre civile et non militaire ».
Le mouvement de protestation des étudiants ne faiblit pas et toujours fidèle à son rendez-vous du mardi. Au risque de faire une année blanche, les universitaires en grève depuis des semaines, semblent plus déterminés que jamais, et ce, jusqu'à ce que le mouvement paye. Considérés comme la clé du changement pour la réussite de la transition, en dépit de leur jeune âge, les étudiants algériens de toutes filières confondues aspirent à un avenir meilleur et une société plus « civilisée et instruite ». 11h05, malgré les empêchements par les boucliers de la police, placés à chaque axe menant vers la Grande-Poste, les étudiants sont parvenus à se réapproprier le parvis de la Grand Poste. Ils ont décidé de réorienter leur marche vers de nouveaux lieux. Ils étaient des centaines à manifester de le Tribunal Sidi M'Hamed, et devant le siège de l'Assemblée Populaire Nationale (APN). Les deux instances, des plus actives et donatrices d'ordres ces derniers jours. « Nous voulons une justice indépendante et intègre, mais pas avec les complices du pouvoir en place », commente, Rafik, étudiant en troisième année à l'université Alger2. Débordants d'énergie et d'enthousiasme, les camarades à Rafik, ne cessent de sautiller, aux mains des drapeaux algériens de toutes les dimensions, s'agitaient dans les airs. Nous pouvons observer dans ces manifestations comme un sursaut de fierté et de grâce que les universitaires veulent partager avec leurs parrains pour continuer sans relâche cette lutte, tant attendue. Ce large mouvement de contestation qui dure depuis près de trois mois soulève une irrésistible envie et volonté chez les algériens de poursuivre la révolte jusqu'à ce qu'à l'élection d'un président choisi par le peuple, dans la transparence totale, ainsi rejetant toute implication de l'institution militaire. C'est le message principal de cette nouvelle mobilisation estudiantine qui réclame « un Etat civile et non militaire ». « L'Algérie a besoin de son armée pour la défendre de ses ennemis extérieurs, et non de s'ingérer dans la révolte populaire revendiquant la liberté et la dignité pour sa nation », estime Manel, une licenciée sans emploi depuis 2017. Des milliers diplômés sont dans le même cas que Manel qui réclame « la restitution de sa place à l'intellectuel algérien et la préservation de la jeunesse du pourrissement de la situation », a-t-elle ajouté. « Barakat, Barak, ça suffit », crie de loin une autre manifestante, qui appelle à « la justice réelle et équitable pour régler la crise politique et non à la justesse dans le traitement des dossiers ». Dans sa banderole est écrit « Pour une assemblée constituante est souveraine ». Un message omniprésent lors de cette manifestation au côté de celui appelant le chef de corps des armées, Ahmed Gaid Salah à partir. « Nous avons ras-le-bol des propositions de la grande muette qui n'aboutissent pas et qui imposent les élections présidentielles contestées par le peuple », c'est ce qu'a déclaré Aris devant le tribunal Sidi M'Hamed. Une belle parade estudiantine a sillonné les boulevard d'Alger centre, brouillant d'étudiants, bravant chaleur et soif de ce jour. Sous le regard intrépide des policiers qui surveillaient chacun de leur mouvement. Ils les ont escortés dans chacun de leur déplacement, dans le calme. 13h30, les étudiants commençaient à se disperser, démontrant une fois de plus leur obstination a brisé le mur de la peur et a galvanisé le peuple pour qu'il poursuit sa lutte pour le respect.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.