Le ministre de la Justice à Oran: Loi contre l'enlèvement, casier judiciaire et prison    A la demande du ministère de la Justice: Procédure de levée d'immunité du président du RCD    Affaire SOVAC: 15 ans de prison requis contre Ouyahia, 10 contre Yousfi et 15 contre Oulmi    Le logement social réorienté ?    Marchandise à caractère commercial: Plus de 900 smartphones saisis à l'intérieur d'un car-ferry    Tiaret: 20 jeunes chômeurs en formation en entrepreneuriat    Importation: Pas de retour aux licences    Mascara: Le stade de l'Unité Africaine fait peau neuve    Un mort et six blessés dans deux accidents de la route    LES FAUSSES INTIMITES DANS UN MONDE NU    Oran: Deux ex-magistrats condamnés à deux ans de prison pour corruption    M6, La petite chaîne qui «mente» !    L'offre d'Arsenal pour Houssem Aouar    Le président et le vice-président de transition du Mali ont prêté serment    Zimbabwe appelle l'ONU à redoubler d'efforts pour mettre fin à l'occupation du Sahara occidental    Foot/ Algérie : le second représentant an Coupe de la Confédération connu le 4 octobre    Fédération algérienne de handball : adoption à l'unanimité des bilans moral et financier    La France a ordonné l'assassinat de Français "pro-FLN" durant la Guerre de libération    Affaire SOVAC : poursuite du procès en appel par les plaidoiries de la défense    Attar: l'augmentation de la production énergétique, une orientation stratégique pour le secteur    Massacres du 17 octobre 1961: Une association française demande la reconnaissance du crime    Le document d'amendement de la Constitution insiste sur la protection de la famille    DIRECTION DES SERVICES AGRICOLES DE TIARET : Installation de la cellule d'écoute et d'orientation    MASCARA : Les travailleurs de l'entreprise ‘'Dahra'' sans salaire depuis 8 mois    DISTRIBUTION DE 800 LOGEMENTS AADL A TISSEMSILT : Les souscripteurs de la cité Sanawbar enfin soulagés    ACCUSE DE DETERIORATION DE BIENS PUBLICS A MASCARA : Le professeur Yahiaoui Ahmed acquitté    SIDI BEL ABBES : Le corps sans vie d'un adolescent repêché d'une retenue d'eau    BECHAR : Arrestation d'un charlatan en possession d'une arme à feu    MANIPULATION DE L'IMAGE PAR M6 : L'ARAV exprime sa "totale réprobation"    OUARGLA : Un terroriste se rend aux autorités militaires    Real Madrid: Bale n'a aucun regret    Manchester United: une offre de 98 M€ pour Sancho?    MOSTAGANEM : Le conseiller du président Tebboune réunit les zaouias    Les problèmes de développement en suspens de nombreuses zones d'ombre réglés    Situation de l'environnement marin :Benharrats tire la sonnette d'alarme    Participation de l'ANP au maintien de la paix : une évolution dictée par le contexte géopolitique    La wilaya d'Alger réagit    Belhimer: le débat sur la Constitution dénote la conscience du peuple qui suit de près le sujet    Trafic de drogue: ce n'est pas en pointant une Kalashnikov devant ces jeunes……..    L'ennemi extérieur est uniquement dans la tête des dirigeants.    Le contrat de Tiboutine résilié    Belkaroui arrive, Masmoudi prolonge son contrat    Ce soir-là...    Actucult    Des progrès dans les discussions Grèce-Turquie au sein de l'Otan    Alger prend acte    Investiture en catimini du président Loukachenko    Deux productions algériennes à l'honneur    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Un exemple de persévérance et de détermination
Publié dans La Nouvelle République le 14 - 05 - 2019

La commune estudiantine algérienne a investi encore une fois les rues de la capitale, Alger et des autres régions du pays, pour le deuxième mardi du mois de ramadhan. La politisation patente du milieu estudiantin se confirme et s'agrandit, depuis le 22 février dernier. La proportion de la mobilisation cette fois-ci s'est accrue jusqu'à devenir un symbole de la fronde populaire. Même revendications : le départ sans concession des figures du pouvoir pour l'édification d'un « Etat de droit, libre civile et non militaire ».
Le mouvement de protestation des étudiants ne faiblit pas et toujours fidèle à son rendez-vous du mardi. Au risque de faire une année blanche, les universitaires en grève depuis des semaines, semblent plus déterminés que jamais, et ce, jusqu'à ce que le mouvement paye. Considérés comme la clé du changement pour la réussite de la transition, en dépit de leur jeune âge, les étudiants algériens de toutes filières confondues aspirent à un avenir meilleur et une société plus « civilisée et instruite ». 11h05, malgré les empêchements par les boucliers de la police, placés à chaque axe menant vers la Grande-Poste, les étudiants sont parvenus à se réapproprier le parvis de la Grand Poste. Ils ont décidé de réorienter leur marche vers de nouveaux lieux. Ils étaient des centaines à manifester de le Tribunal Sidi M'Hamed, et devant le siège de l'Assemblée Populaire Nationale (APN). Les deux instances, des plus actives et donatrices d'ordres ces derniers jours. « Nous voulons une justice indépendante et intègre, mais pas avec les complices du pouvoir en place », commente, Rafik, étudiant en troisième année à l'université Alger2. Débordants d'énergie et d'enthousiasme, les camarades à Rafik, ne cessent de sautiller, aux mains des drapeaux algériens de toutes les dimensions, s'agitaient dans les airs. Nous pouvons observer dans ces manifestations comme un sursaut de fierté et de grâce que les universitaires veulent partager avec leurs parrains pour continuer sans relâche cette lutte, tant attendue. Ce large mouvement de contestation qui dure depuis près de trois mois soulève une irrésistible envie et volonté chez les algériens de poursuivre la révolte jusqu'à ce qu'à l'élection d'un président choisi par le peuple, dans la transparence totale, ainsi rejetant toute implication de l'institution militaire. C'est le message principal de cette nouvelle mobilisation estudiantine qui réclame « un Etat civile et non militaire ». « L'Algérie a besoin de son armée pour la défendre de ses ennemis extérieurs, et non de s'ingérer dans la révolte populaire revendiquant la liberté et la dignité pour sa nation », estime Manel, une licenciée sans emploi depuis 2017. Des milliers diplômés sont dans le même cas que Manel qui réclame « la restitution de sa place à l'intellectuel algérien et la préservation de la jeunesse du pourrissement de la situation », a-t-elle ajouté. « Barakat, Barak, ça suffit », crie de loin une autre manifestante, qui appelle à « la justice réelle et équitable pour régler la crise politique et non à la justesse dans le traitement des dossiers ». Dans sa banderole est écrit « Pour une assemblée constituante est souveraine ». Un message omniprésent lors de cette manifestation au côté de celui appelant le chef de corps des armées, Ahmed Gaid Salah à partir. « Nous avons ras-le-bol des propositions de la grande muette qui n'aboutissent pas et qui imposent les élections présidentielles contestées par le peuple », c'est ce qu'a déclaré Aris devant le tribunal Sidi M'Hamed. Une belle parade estudiantine a sillonné les boulevard d'Alger centre, brouillant d'étudiants, bravant chaleur et soif de ce jour. Sous le regard intrépide des policiers qui surveillaient chacun de leur mouvement. Ils les ont escortés dans chacun de leur déplacement, dans le calme. 13h30, les étudiants commençaient à se disperser, démontrant une fois de plus leur obstination a brisé le mur de la peur et a galvanisé le peuple pour qu'il poursuit sa lutte pour le respect.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.