Le refus de remplacement des candidats rejetés suscite l'ire des partis    Ali Ghediri de nouveau devant le juge aujourd'hui    Le procès du groupe Benamor à nouveau reporté    Offensive diplomatique contre la Cédéao    Plus de 30 personnes renvoyées devant la justice panaméenne    Le gouvernement renonce à la suppression des subventions des carburants    Le match CSC-JSK décalé de 24 heures    Les secrets du président de la FIFA...    Formation accélérée pour l'obtention de la licence CAF C et B    «On reviendra plus forts... Soyez en sûrs»    Le Chabab à une longueur du titre de champion de l'aller    Dans l'attente de déterminer le mode d'enseignement    Participation algérienne à la 53e édition    La 1ère édition à Constantine en mai prochain    Zahia Ziouani au micro de Maya ? J'adore ! Vraiment !    La Chine émet une alerte jaune aux tempêtes de neige    Le déficit budgétaire dépasse 7,6 milliards de dollars en 2021    Le taux de chômage inférieur à celui de l'avant-pandémie    L'Alliance Renault-Nissan-Mitsubishi Motors va investir 23 mds EUR dans l'électrification sur 5 ans    Loi de finances 2022 revue et corrigée : après les avocats, à qui le tour ?    Jungle/Pub sur Internet ?    Dans la vie, rien n'est acquis une fois pour toutes    Promotion des enseignants aux grades supérieurs: Le Snapest boycotte le concours    Une catastrophe environnementale et sanitaire évitée à Oran Est: L'APC d'Oran a décidé de porter plainte contre X    L'Afrique ou les changements anticonstitutionnels    Tlemcen: Des habitants attendent toujours leur livret foncier    Chlef: Un complexe sportif pas comme les autres    Les Français accepteraient-ils d'être gouvernés par un président raciste ?    Albert Cossery : l'écrivain égyptien de l'indolente paresse et de la douce allégresse (1/3)    Brèves Omnisports    L'Algérie redessine les contours de la région    Le Tchad et la Libye veulent raffermir leurs relations bilatérales    Un challenge au sommet de l'UA    La Sadeg améliore sa desserte    «Le pays est toujours ciblé»    Pénurie de... soldats!    9 Tonnes de sucre stockées illicitement    Cinq éléments de soutien arrêtés    Les preuves du complot    Les APC sans majorité absolue débloquées    Lotfi Benbahmed rassure    Le temps de l'efficacité    Messi penserait à un retour au Barça    Fermeture des espaces culturels    L'illusion d'un eldorado européen    Rachid Taha au coeur de l'actualité    Les avocats mettent fin à leur grève    14 candidats en lice pour un siège de sénateur    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



60,1 milliards de dinars de chiffres d'affaires dissimulés
Spéculation et pratiques frauduleuses
Publié dans La Nouvelle République le 20 - 10 - 2021

La spéculation et autres pratiques commerciales frauduleuses sont parmi les combats les plus durs du Gouvernement actuel, en plus d'une crise économique mondiale sans précédent, l'Etat et le citoyen se retrouvent face à des phénomènes qui bloquent la crédibilité de l'un et le budget de l'autre. En effet, le chef de l'Etat l'avait dit, récemment : «La spéculation sur le marché local s'ajoute à des facteurs externes liés aux répercussions économiques de la pandémie de la Covid-19, la majorité des pays ont connu des hausses des prix». Ce dossier a été le sujet de l'émission d'hier de «L'invité de la rédaction» sur les ondes de la Chaîne lll de la Radio algérienne, où le Directeur Général de la régulation et l'organisation des marchés au ministère du Commerce, Sami Kolli, a dévoilé des chiffres faramineux sur la spéculation et différentes pratiques commerciales frauduleuses.
«Le nombre d'interventions a augmenté de 10% par rapport à l'année dernière, avec plus d'un million 300 milles opérations de contrôle menées, donnant lieu à près d'un million d'infractions, quelques 9.000 fermetures administratives et plus de 94.000 poursuites judiciaires engagées, soit 30% de plus que l'année dernière», affirme le responsable. Ce qui démontre, selon lui, «les nombreux efforts fournis par les agents de contrôle». Durant cette même période, «la valeur des marchandises saisies s'élève à plus de 995,9 millions de dinars», révèle Sami Kolli, qui dévoile également un autre chiffre qu'il qualifie «d'effarant». Celui du chiffre d'affaires dissimulé, à travers ces pratiques frauduleuses, estimé à «60,1 milliards de dinars», annonce le Directeur général de la régulation et l'organisation des marchés au ministère du Commerce. Sami Kolli cite, à titre d'exemple, la spéculation exercée récemment sur le marché de la pomme de terre. «Les dernières opérations de saisies ont permis de récupérer 120.000 tonnes de pomme de terre, réparties sur onze wilayas, détenues sans document attestant que ces stocks sont déclarés auprès des autorités concernées», rapporte-t-il.
«Stocker pour le bon fonctionnement de son activité commerciale est un droit, mais il faut justifier de ces stocks et les déclarer», rappelle le responsable.
«L'année dernière, à cause des perturbations causées sur le marché par la pandémie et l'arrêt des transports et de certaines activités commerciales, un appel a été lancé à travers les médias, le 17 mai 2020, pour la déclaration volontaire des stocks», relate Sami Kolli, qui explique que cette opération a permis au ministère du Commerce de dessiner une cartographie des capacités de stockages. «2.989 chambres froides et 1.860 entrepôts ont été déclarés, ce qui nous donne une capacité de plus de 10 millions de m3 de stockage des différents produits», dévoile-t-il. «Ceux qui se sont soumis à la déclaration volontaire des stocks sont des commerçants sérieux qui font leur travail dans le respect des règles, les autres sont en infraction», prévient le responsable. L'arsenal de textes juridiques sera renforcé pour s'adapter à la nouvelle loi criminalisant la spéculation.
«La loi 04-02, relative aux règles fixant les pratiques commerciales, est en cours de révision pour mieux définir les concepts de spéculation, de pénurie ou autres, pour travailler en toute transparence, car le projet de loi sur la lutte contre la spéculation illicite, définit également quels agents doivent intervenir, les agents du commerce, du fisc et des officiers de police judiciaire, seuls habilités à constater, selon le projet de loi», explique-t-il.
«Pour ce qui est des factures, nous avons également définit comment se présente une facture fictive, une facture falsifiée ou encore une facture de complaisance. Nous allons faire la chasse à ces pratiques frauduleuses», poursuit-il.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.