Société civile: conférence d'Alger en prévision des assises nationales d'octobre    Coupe Davis (Match de maintien): victoire de l'Algérie devant le Mozambique (2-0)    Jeux de la Solidarité Islamique: Reguigui remporte la médaille d'argent    Décès du journaliste italien Piero Angela, ami de la Révolution algérienne    La canicule continuera d'affecter l'Ouest et le Centre du pays    La PC prodigue des conseils préventifs sur les risques liés à la canicule    Agressions contre Ghaza: 12 violations contre les journalistes palestiniens    Mahboub Bati, l'artisan du succès de nombreuses stars de la chanson chaâbi    Festival de chanson chaâbi: une soirée célébrant l'œuvre des grands maîtres    Première AGE du Conseil supérieur de la jeunesse    Ancelotti dira stop après le Real Madrid    Le football oranais en deuil: Khedim «Abrouk» n'est plus    Ghannouchi sur le départ ?    Couverture de 80% des besoins agricoles en 2023: L'Algérie se dote d'une banque des semences    Tiaret: Cinq morts dans une collision    Bouira: 14 blessés dans un carambolage    Parkinson: Le cri de détresse d'une Association de malades    Sonatrach: 11 milliards de $ affectés aux Industries pétrochimiques    Au 1er trimestre 2022: Près de 48 millions d'abonnés à la téléphonie mobile    FAF-LFP-CNRL: Clubs endettés, décision le 16 août    New York : Salman Rushdie «poignardé au cou»    Réalisations structurantes ?    Zefizef «corrige» Lekjaâ    «Tebboune accorde un grand intérêt à la diaspora»    Le pays confronté à l'insécurité persistante    Antony Blinken au Rwanda    On s'organise comme on peut    Un fleuron pour l'excellence technologique    Un policier assassiné    En constante amélioration    À doses homéopathiques    Le Makhzen affame son peuple    L'Autorité nationale installée    Saïd Chanegriha supervise les derniers préparatifs    La Série A démarre aujourd'hui    Vahid Halilhodzic limogé    Fondateur du roman algérien moderne    Echanges multiples    Quand la BD rencontre le sport...    Téléphonie mobile: 47,67 millions d'abonnés au 1er trimestre 2022 en Algérie    Sonatrach: 11 milliards Usd affectés au développement des industries pétrochimiques pour 2022-2026    Sahara occidental : la résolution du conflit tributaire de l'application du plan de règlement Onu-africain    L'Algérie condamne "énergiquement" les attaques terroristes au Mali (MAE)    Autorité de protection des données à caractère personnel: "parachever la construction institutionnelle"    Chanegriha examine les derniers préparatifs du concours militaire international "Section aéroportée 2022"    Hiroshima et Nagasaki : 06 et 09 août 1945 : Géopolitique de la terreur nucléaire (2/2)    Journée nationale de l'ANP: Toufik, Nezzar et plusieurs généraux à l'honneur    Remaniement : le suspense est à son comble !    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



«J'ai reçu des fonds versés par Larbi Zitout et Amir Boukhers (dit Amir dz) via d'autres personnes»
«J'ai reçu des fonds versés par Larbi Zitout et Amir Boukhers (dit Amir dz) via d'autres personnes»
Publié dans La Nouvelle République le 29 - 03 - 2022

Le détenu Mohamed Azzouz Benhalima a révélé aux enquêteurs que le porte-parole du mouvement Rachad, classé par les autorités comme organisation terroriste, Larbi Zitout, établi au Royaume-Uni et Amir Boukhers (dit Amir-dz) lui avaient versé des fonds (argent, ndlr) via d'autres personnes afin de leur fournir des informations «confidentielles» sur les services de sécurité algériens, l'Armée nationale populaire et la Sûreté nationale. Confirmant l'implication de cette organisation terroriste dans des plans abjects ciblant la stabilité de l'Algérie et ses institutions souveraines, en exploitant des jeunes fourvoyés. Et dévoilant des détails concernant les personnes impliquées qui cherchaient à mettre à exécution leurs plans à travers la collecte de fonds de façon suspecte et le recours à des parties étrangères pour porter atteinte à la sécurité de l'Algérie et ternir son image.
Dans ses aveux diffusés, avant-hier dimanche dans une vidéo mise en ligne par la Direction générale de la Sûreté nationale, l'ex-militaire a indiqué que Larbi Zitout disait qu'il était licite de parler des responsables supérieurs de l'Etat. Et que « Amir dz » possédait plus de 200.000 euros auprès de Larbi Zitout et une autre somme du même montant détenue par l'individu dit Boukezouha. « Amir dz m'avait proposé de faire appel à son avocat pour résoudre l'affaire d'asile en France, soulignant que cet avocat était étranger et travaillait pour le compte des services de renseignements français ».
Cet avocat, a-t-il poursuivi, avait déposé une plainte à mon encontre, dans laquelle il dit que j'étais un militaire et que je possédais plusieurs informations sur lui, afin de se débarrasser de moi, ce qui a conduit à mon emprisonnement. « Tout cela est dû aux différends entre Larbi Zitout et Amir dz sur l'affaire de Mohamed Abdellah et l'exclusivité de l'information à diffuser sur Youtube, particulièrement Amir dz qui recevait 1.000 euros pour chaque live.
Amir dz, a-t-il ajouté, se servait des gens pour ses propres intérêts. Il était derrière la diffusion de la vidéo de l'enfant Said Chetouane qui a prétendu avoir été violenté dans un commissariat.
« Il avait décidé de quitter la France vers la Grande-Bretagne avec un faux passeport qu'il s'était procuré grâce à Larbi Zitout avant qu'il ne soit démasqué par la PAF et arrêté immédiatement », a-t-il dit, faisant observer qu'il n'avait tiré aucun profit de la part Larbi Zitout, ni du dénommé Amir dz. « Ces deux personnes mentent aux gens et font prévaloir l'intérêt personnel sur celui du pays. Ce sont des mercenaires en quête de célébrité et d'argent », a encore indiqué l'ex-militaire.
Outre Larbi Zitout et Amir dz, l'ex-militaire, extradé d'Espagne jeudi dernier, a cité d'autres noms impliqués dans ces plans, à l'instar des frères de Larbi Zitout, Smaïl et Miloud, Mourad Dehina, Mohamed Abdellah, Abdou Semmar et Assia Kechoud. « Zitout confiait, dans le cadre des plans ourdis contre l'Algérie, une mission spécifique à chaque membre. J'ai été chargé de l'Armée et de la Police, tandis que Mohamed Abdellah s'occupait de la Gendarmerie nationale et d'autres départements ministériels. Mohamed Zitout s'occupait, quant à lui, des affaires concernant les Présidents et d'autres questions diplomatiques », a-t-il encore poursuivi.
Les deux frères de Larbi Zitout, a-t-il dit, prenaient attache avec les jeunes en vue de les recruter à travers des faux comptes sur les réseaux sociaux, faisant remarquer que les réunions se tenaient dans la discrétion la plus totale pour saper la sécurité et la stabilité de l'Algérie. « Ces plans se tramaient en exploitant les jeunes influenceurs des réseaux sociaux, faisant savoir, à titre d'exemple, que Smail Zitout (frère de Larbi Zitout) possédait près de 24 pages Facebook, plusieurs logements et téléphones mobiles, alors qu'il est censé être au chômage », a encore révélé le détenu. Enfin, s'agissant de sa relation avec Abdou Semmar, Mohamed Benhalima a avoué avoir été contacté par ce dernier lorsqu'il était en France et l'a invité à passer sur sa Web TV. « Abdou Semmar prétend entretenir des contacts avec des députés et responsables français qui pourraient lui venir en aide ».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.