L'art de la confusion.    Après la découverte d'une bombe à M'chedallah, les villageois réclament la sécurité    Emeutes à Si Mustapha (Boumerdès) : la population se révolte en signe de soutien au président d'APC    Dans les coulisses de : Naïma Salhi «chassée» de Naciria et de Chabet ElAmeur    Mouvement au sein des chefs de sûreté de wilaya    Ouverture demain du Salon international des dattes    Exploitation des mines d'or dans le Sud : les discussions avec les partenaires étrangers avancent    Turquie 9 morts et 86 blessés dans un accident de train à Ankara    Défi de survie pour le mouvement des «gilets jaunes»    Natation : Sahnoune éliminé sur 50 mètres en Chine    CNAS : tenter de réduire les accidents du travail    Ouadhias (Tizi Ouzou) : Deux voleurs de batteries de relais téléphoniques identifiés par la police    Soins des Algériens en France : Y a-t-il un changement ?    Yacine Mahideb. Poète : Des mots pour panser des blessures    Issiakhem : Il aurait sans doute ri !    Issiakhem de A à Z    La menace terroriste plane à nouveau sur la France    Bouira : Le DJS sur la sellette !    Tournoi de beach-volley demain et dimanche à Oran    Sidi-Saïd prend de vitesse ses détracteurs    L'auto-satisfecit algérien    Le FLN part en favori    Une bonbonne de gaz explose dans un restaurant mobile    Gâteau aux raisins secs    «Tôt ou tard, le tarif de l'électricité doit être revu»    Trio malien pour JS Saoura-IR Tanger    Votre week-end sportif    La revanche des riches    Déclaration de politique générale du gouvernement: Ouyahia dément tout empêchement de la présidence    Démission du SG et menaces du RCK: La FAF et la LFP retombent dans leurs travers    Un individu sous les verrous: Chantage sur le Net    Aïn El Turck: Cinq femmes tuées par le monoxyde de carbone    10 familles d'El Djebass relogées    Division nationale amateur - Ouest: Le dauphin à l'assaut du leader    Défaitisme    Bouchareb ne va pas durer longtemps    L'histoire à méditer    Coup d'envoi de la première rencontre culturelle «Voix de femmes»    Une ville au passé révolutionnaire    Réminiscences de mots à l'Espaco    Répression meurtrière à la suite de manifestations de l'opposition    Brexit : Theresa May à la peine dans son tour d'Europe pour obtenir des concessions    Commerce : Engagement de l'Algérie dans tout projet pour le développement de l'Afrique    Chine et Etats-Unis … les "nouveaux rivaux"    Inter Partner Assistance Algérie fête ses dix ans en triplant son capital social : Le meilleur est à venir    Mondial des clubs: Vers une finale River Plate-Real Madrid    Hydrocarbures : Sonatrach et la compagnie russe Transneft signent deux contrats    Un monument à Soljenitsyne inauguré à Moscou le jourde son centenaire    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Tlemcen: La wilaya se souvient
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 01 - 11 - 2009


La wilaya de Tlemcen peut s'enorgueillir d'avoir payé un très lourd tribut pour le recouvrement de notre souveraineté nationale. Elle a été parmi les plus importants creusets révolutionnaires de l'Algérie avec des activités politiques et armées importantes et incessantes jusqu'à l'indépendance. Pour appuyer cette assertion, il suffit de se référer au nombre impressionnant de martyrs qui sont tombés entre 1954 et 1962, au champ d'honneur. Selon des chiffres avancés par la direction des Moudjahidine, près de 13.000 chahids ont arrosé de leur sang la terre de la wilaya. Nedroma vient en tête avec 780 martyrs, suivie de Souahlia (730 martyrs), El-Gor (612 martyrs), Jebala (572 martyrs), Sabra (565 martyrs), Tlemcen (561 martyrs), Béni-Ouarsous (530 martyrs), Bab El-Assa (478 martyrs), Fellaoucene (467 martyrs)... En outre, la wilaya compte près de 102 chahidas, 31 enfants-chahids, 12 époux chahids. Des milliers de personnes fidèles à leur idéal révolutionnaire ont consenti de lourds sacrifices qui étaient des tortures, emprisonnements, intermements dans les camps militaires... etc, avant de tomber au champ d'honneur. Beaucoup d'entre elles se sont organisées en groupes d'action dès 1954, à l'instar du commando Si Brahim mené par le médersien Dghine Benali, futur colonel Lotfi, chef de la wilaya V, Si Ferradj commandant de la wilaya V, Si Jaber capitaine de la zone I wilaya V, Si Mokhtar Chef du secteur III de Sabra de l'ancienne zone de l'Oranie devenue wilaya V, Djelad Ahmed officier de l'ALN zone I wilaya V, Tabet Bensalem un des collaborateurs de Si Brahim pour la résistance urbaine. Beaucoup d'entre eux se sont également illustrés par leur compétence politique, intellectuelle et par leur grandes aptitudes humaines, comme le chahid Benaouda Benzerdjeb (premier médecin tombé au champ d'honneur), la chahida Maliha Hamidou (cette jeune collégienne de 17 ans a fait preuve d'un engagement sans réserve et d'un courage exemplaire qui font honneur à la femme algérienne), le professeur Inal Sid Ahmed (qui fut atrocement torturé par le système répressif colonial), les cinq frères chahids Gueriche de Aïn Ghoraba, les cinq frères chahids Jefafni de Sidi Medjahed, les quatre frères Chahids Boukhari de Sabra, les quatre frères Chahids Benosmane de Tlemcen, les quatre frères Chahids Chafaa et Bouabderrahmane de Terny, les quatre frères Chahids Sebih de Sabra, les quatre frères Chahids Moukas de Béni-Meshel, les quatre frères Chahids Guenoun de Sidi Djillali, les quatre frères Chahids Mouffok de Ghazaouet, les quatre frères Chahids Chikh de Béni-Ouarsous, ainsi que les quatre frères Chahids Drif de Nedroma, Mezerai, les frères Khellad, Mebarki de Béni-Abed, Hamdaoui de Souahlia et Tahraoui de Aïn Ghoraba. Pour la plupart de ces héros qui avaient moins de 20 ans, le serment qu'ils ont prêté : ils ont juré de mourir pour que vive l'Algérie.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.