«Des forces non constitutionnelles gèrent le pays»    «La grève ne doit pas toucher le système pétrolier et gazier»    L'ADE prépare la saison estivale    L'après-Bouteflika a déjà commencé    Bronn forfait face au Swaziland et l'Algérie    Les Verts pour terminer sur une bonne note    Le GS Pétroliers passe en quarts    Saisie de 100 g de cocaïne et 12,5 kg de kif    Saisie de 9 322 comprimés psychotropes    ON A TOUJOURS REFUSE DE NOUS ECOUTER. AUJOURD'HUI, ON VA SE FAIT ENTENDRE    USM Annaba: L'attaque, ce maillon faible    RCK - Démission du président Farès: Un directoire mis en place    Le coup de pied de l'âne    Retards dans le lancement des VRD et malfaçons: Les souscripteurs AADL dénoncent    Tébessa: La pénurie d'eau s'installe    Seddik Chihab: Le pays est gouverné par «des forces anticonstitutionnelles»    Algérie - USA: Des experts du FBI pour la formation aux enquêtes sur les vols de patrimoine culture    Programme spécial vacances à la salle Ahmed Bey    2.150 logements AADL-2 livrés le 5 juillet    Refus des visas pour les Algériens    Réunion de travail entre les présidents de clubs et la FABB    Les joueurs poursuivent leur grève    Le corps du pilote italien Giovani Stafanit en voie d'évacuation vers son pays    Aide du PAM pour plus d'un demi-million de personnes    L'ONU présente un nouveau plan pour le retrait des combattants    200 millions d'euros de dégâts depuis le début du mouvement    Première section de formation pour les enfants autistes    Les postiers rejoignent el hirak    «Le mois de mars marqué par "les hauts-faits aux objectifs nobles" du peuple»    Cinq partis politiques lancent un «Rassemblement pour une nouvelle République»    Manifestations populaires et perspectives    Un artiste promis à un million de dollars au Japon    Cheïkh Aïchouba Mostefa dit Si Safa    Célébration du 57e anniversaire de la fête de la victoire    Lamamra maintient le cap    Cascade de démentis    VEHICULES CKD-SKD: Légère baisse de la facture d'importation    De pluies assez soutenues    Constantine : Fin des travaux de consolidation des stations du téléphérique    MARCHES POUR LE CHANGEMENT : Les personnels de la santé appellent au "respect de la Constitution", à "l'indépendance de la justice"    Tamanrasset : Adapter les textes régissant le commerce extérieur avec les spécificités des régions frontalières    Les derniers terroristes del'EI acculés au bord de l'Euphrate    El-Qods occupée: Escalade israélienne, condamnations et mises en garde palestiniennes    Crise au Venezuela : Washington parle de "négociations positives" avec Moscou    Après près de 30 ans à la tête du pays : Le président kazakh Noursoultan Nazarbaïev démissionne    France : La croissance 2019 revue en baisse à 1,4%, dit Le Maire    Ghardaïa, la 51e édition de la fête du tapis reportée sine die    Tlemcen : Les accords d'Evian au centre d'une rencontre    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Hausse du taux d'échec: Un plan Marshall pour l'école algérienne
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 09 - 10 - 2017

Le professeur Farid Benramdane, conseiller auprès du ministère de l'Education nationale, est catégorique : il est temps de passer du système quantitatif à celui de la qualité dans l'enseignement scolaire en Algérie. Il a expliqué, hier dimanche, lors d'une intervention à la radio nationale qu'il faut aller dorénavant vers une école de la qualité. «Le système éducatif algérien est passé par deux phases, celle de la logique quantitative, et on va maintenant vers le qualitatif pour faire avancer le système scolaire vers le rendement». Pour atteindre cet objectif, il faut, a-t-il souligné, «un plan Marshall» pour révolutionner l'école algérienne.
D'abord en prenant en charge la formation des enseignants, ensuite en mettant fin aux taux préoccupants des redoublements, même si dans l'intervalle «le taux de scolarisation a atteint ses objectifs, soit 98%, proche des standards de l'OCDE». Mais, si les résultats sur le plan quantitatif sont bons, cela n'est pas accompagné, estime le Pr. Benramdane, par un passage vers la qualité de l'enseignement.
En cela il met dos à dos ceux qui disent que «la démocratisation de l'école encourage la baisse du niveau des élèves, alors que le deuxième point de vue estime que la scolarisation peut s'accompagner de l'élévation du niveau de l'enseignement». Face donc au phénomène de la déperdition scolaire, le manque de formation des enseignants et fatalement la hausse des taux d'échec des élèves, le Pr. Benramdane préconise donc la mise en place d'un plan Marshall, car «il faut tout revoir». Selon lui, le taux de réussite à l'examen de la 5ème année primaire est de 96%, «ce qui est excellent», mais en 1ère année moyenne, le taux d'échec est de 24%, le taux de réussite du BEM est de 62%, alors que taux de redoublement en 1ère année secondaire est de 30%, soit un tiers des élèves chute en 1ère année moyenne», relève-t-il. Le Pr. Benramdane, également chargé de la pédagogie au ministère de l'Education nationale, avait récemment alerté dans une intervention à la radio nationale sur une inquiétante distorsion entre les taux de réussite et d'échec à tous les paliers du cursus scolaire. Sur 100 élèves qui entrent en 1ère année primaire, quatre seulement arrivent à décrocher leur baccalauréat et 32 d'entre eux abandonnent l'école avant l'âge de 16 ans. «C'est un constat sans appel, les chiffres sont alarmants et structurels», estime-t-il, «le rendement de l'école pose problème».
Il s'agit des résultats d'une enquête menée par le ministère de l'Education nationale sur un corpus de 464.000 erreurs dans 9 wilayas pilotes. «Si on veut travailler sur le qualitatif, nous ne sommes pas outillés, et pour cela il faut la formation à travers un plan Marshall». Le Pr. Benramdane, qui a annoncé que ce plan a été lancé samedi, a reçu le soutien du gouvernement. L'objectif est d'améliorer la formation des enseignants et réduire les taux de redoublement. Car le coût de la déperdition scolaire serait de 16% du budget du ministère de l'Education nationale, le second après celui de la Défense, soit 5 à 6 milliards de dollars, selon le Pr. Benramdane. «Le défi est celui de la qualité, qui se mesure avec des standards internationaux. Si on veut améliorer le système éducatif, il faut l'inscrire dans le système international», affirme-t-il.
Face à l'échec scolaire, «la réponse doit être pédagogique, scientifique, un degré de technicité sur lequel on doit encadrer l'école algérienne», avait récemment souligné M. Benramdane, selon lequel la preuve concrète de cette déperdition scolaire est dans un effarant taux d'échec de 70% à la 1ère année universitaire.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.