La lutte contre la corruption : Zeghmati déclare la guerre à la mafia    26e vendredi du Hirak: Les manifestants à Alger réitèrent leur attachement à leurs revendications    Affaire Hamel: Abdelmalek Boudiaf sous contrôle judiciaire, mise en liberté pour Bensebane Zoubir    USA : Le patron de la FTC pas opposé à un démantèlement des géants du numérique    Bourses : Les places européennes terminent en baisse    Russie : Comment expliquer l'absence inattendue de chaleur cet été ?    Répression de manifestants sahraouis à Laâyoune: L'usage excessif de la force par les forces marocaines dénoncé    Côte d'Ivoire : Vers la fin du procès Gbagbo à la CPI ?    Al-Aqsa: L'OLP avertit contre les conséquences des tentatives d'Israël de changer le statu quo    Ligue 1 (1ère journée) : Le MC Alger tenu en échec par l'AS Aïn M'lila    Guinée : L'entraîneur et le 1er vice-président de la fédération sanctionnés pour corruption    Khenchela: Le "Khliî" (viande séchée), une tradition qui résiste au temps à Tazghart    Education: La rentrée scolaire aura lieu aux dates fixées    Crise politique : La solution passe par une présidentielle à travers un dialogue "inclusif et constructif"    "Je reste attaché à la plateforme de Aïn-Bénian"    Mandat de saisie du pétrolier iranien relâché par Gibraltar    Air Algérie parmi les compagnies affichant le plus grand taux de retards    Un navigateur palestinien pour éviter les checkpoints israéliens    Infinix, les nouveaux Smartphones mis en lumière à Constantine    Le comité des sages installé    29 harraga interceptés en mer    Décès de 18 hadjis algériens    La conférence reportée au 24 août    Signature d'un mémorandum d'entente entre l'Algérie et les états-Unis    NAHD : Un nul au goût de victoire    Les raisons du limogeage de la Juge d'El Harrach    SIDI BEL ABBES : Un octogénaire et sa fille meurent écrasés par un train    Le MCA rate son premier match    La peau de mouton, un patrimoine en perdition    Rabat prête à relever le défi    Des facilitations au profit des agriculteurs pour l'octroi des autorisations    Signature d'un mémorandum d'entente entre l'Algérie et les USA    Belaili de retour à Angers? Le président du SCO dit non    Les Algériennes en stage à Blida    L'Unicef tire la sonnette d'alarme    Le pétrolier iranien "Grace 1" relâché    Des administrateurs pour assurer la gestion    Raids des forces de Haftar contre des aéroports civils    Appel à participation pour le 5e Grand prix El-Hachemi-Guerouabi    Ouverture du Festival du raï    Projection du documentaire "Tadeles''    Djam sélectionné dans la compétition officielle    Des soirées dédiées au monologue et à l'humour    MCO - USMBA: Commencer la saison par un succès    Sûreté de wilaya: Deux campagnes de sensibilisation sur le respect du code de la route    Pour le 26ème vendredi de suite: La mobilisation continue malgré la canicule    Le secteur de l'éducation renforcé par des infrastructures scolaires: 5 lycées, 30 groupes scolaires et 8 CEM pour la prochaine rentrée    L'armée se rapproche de la ville clé de Khan Cheikhoun    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Hausse du taux d'échec: Un plan Marshall pour l'école algérienne
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 09 - 10 - 2017

Le professeur Farid Benramdane, conseiller auprès du ministère de l'Education nationale, est catégorique : il est temps de passer du système quantitatif à celui de la qualité dans l'enseignement scolaire en Algérie. Il a expliqué, hier dimanche, lors d'une intervention à la radio nationale qu'il faut aller dorénavant vers une école de la qualité. «Le système éducatif algérien est passé par deux phases, celle de la logique quantitative, et on va maintenant vers le qualitatif pour faire avancer le système scolaire vers le rendement». Pour atteindre cet objectif, il faut, a-t-il souligné, «un plan Marshall» pour révolutionner l'école algérienne.
D'abord en prenant en charge la formation des enseignants, ensuite en mettant fin aux taux préoccupants des redoublements, même si dans l'intervalle «le taux de scolarisation a atteint ses objectifs, soit 98%, proche des standards de l'OCDE». Mais, si les résultats sur le plan quantitatif sont bons, cela n'est pas accompagné, estime le Pr. Benramdane, par un passage vers la qualité de l'enseignement.
En cela il met dos à dos ceux qui disent que «la démocratisation de l'école encourage la baisse du niveau des élèves, alors que le deuxième point de vue estime que la scolarisation peut s'accompagner de l'élévation du niveau de l'enseignement». Face donc au phénomène de la déperdition scolaire, le manque de formation des enseignants et fatalement la hausse des taux d'échec des élèves, le Pr. Benramdane préconise donc la mise en place d'un plan Marshall, car «il faut tout revoir». Selon lui, le taux de réussite à l'examen de la 5ème année primaire est de 96%, «ce qui est excellent», mais en 1ère année moyenne, le taux d'échec est de 24%, le taux de réussite du BEM est de 62%, alors que taux de redoublement en 1ère année secondaire est de 30%, soit un tiers des élèves chute en 1ère année moyenne», relève-t-il. Le Pr. Benramdane, également chargé de la pédagogie au ministère de l'Education nationale, avait récemment alerté dans une intervention à la radio nationale sur une inquiétante distorsion entre les taux de réussite et d'échec à tous les paliers du cursus scolaire. Sur 100 élèves qui entrent en 1ère année primaire, quatre seulement arrivent à décrocher leur baccalauréat et 32 d'entre eux abandonnent l'école avant l'âge de 16 ans. «C'est un constat sans appel, les chiffres sont alarmants et structurels», estime-t-il, «le rendement de l'école pose problème».
Il s'agit des résultats d'une enquête menée par le ministère de l'Education nationale sur un corpus de 464.000 erreurs dans 9 wilayas pilotes. «Si on veut travailler sur le qualitatif, nous ne sommes pas outillés, et pour cela il faut la formation à travers un plan Marshall». Le Pr. Benramdane, qui a annoncé que ce plan a été lancé samedi, a reçu le soutien du gouvernement. L'objectif est d'améliorer la formation des enseignants et réduire les taux de redoublement. Car le coût de la déperdition scolaire serait de 16% du budget du ministère de l'Education nationale, le second après celui de la Défense, soit 5 à 6 milliards de dollars, selon le Pr. Benramdane. «Le défi est celui de la qualité, qui se mesure avec des standards internationaux. Si on veut améliorer le système éducatif, il faut l'inscrire dans le système international», affirme-t-il.
Face à l'échec scolaire, «la réponse doit être pédagogique, scientifique, un degré de technicité sur lequel on doit encadrer l'école algérienne», avait récemment souligné M. Benramdane, selon lequel la preuve concrète de cette déperdition scolaire est dans un effarant taux d'échec de 70% à la 1ère année universitaire.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.