Début de l'opération de la révision exceptionnelle des listes électorales    Le procès historique attendu par les Algériens    Report du procès en appel de Kamel Chikhi    «Le marché pétrolier est resté équilibré»    Frais d'engagement des clubs    Le GSP au championnat arabe    Aarab Elyes nouvel entraîneur-adjoint    Real Madrid: Le clan Zidane fait une grande annonce pour son avenir !    Quelles leçons tirer du fort taux d'abstention aux dernières législatives ?    C'est fait à Annaba    Lancement à partir de Batna de la campagne nationale de prévention des risques des inondations    Espace pour préserver son histoire    Un roman inédit de Françoise Sagan en librairie    Djaballah sera-t-il candidat à la présidentielle ?    PROTECTION CIVILE : 12 accidents font 10 blessés à Mostaganem    Plus de 250 nouveaux professeurs en renfort    Un trafiquant de psychotropes condamné à 18 mois de prison    La FAF reçoit l'ambassadeur d'Argentine    Réforme ou manœuvre électoraliste ?    Vers la fermeture de l'usine Renault    Vers l'interpellation des chefs de parti sur le "hirak"    Le pirate qui avait sillonné le ciel algérien arrêté    Plus de 2,6 millions de personnes ont besoin d'une aide alimentaire d'urgence    Et maintenant ?    Un vendredi sur son 31    3 remèdes au miel pour traiter naturellement la grippe    Un incendie détruit une école primaire    L'indépendance de la justice, parent pauvre du système    Imminent changement à la tête des médias publics    La prophétie de Benflis    Pour la mise en place de stratégies d'enseignement de l'art dramatique et de traduction des textes théâtraux    Les Misérables de Ladj Ly, candidat de la France pour les Oscars    Le gouvernement français veut jouer la transparence    Karoui autorisé lors du deuxième tour    Indices    Béjaïa : Les manifs continuent    Téhéran met une nouvelle fois en garde contre une attaque    JS Kabylie : Le CRB et Horaya en ligne de mire    Berraf réagit aux accusations    Sonatrach: Des contrats gaziers à long terme renouvelés dans les prochains mois    Présidentielle en Tunisie … La logique arithmétique plaide pour Kaïs Saïed    Brexit : Le Royaume-Uni quittera l'Union européenne le 31 octobre    Au 1er semestre 2019 : Hausse de près de 5% de la production industrielle publique    Y a-t-il une vie en dehors des GAFAM? Episode I : les réseaux sociaux    Lutte contre le changement climatique: L'ONU salue les efforts de l'Algérie    Côte d'Ivoire : La profanation de la tombe de DJ Arafat ne restera pas impunie    Un rapport de l'IGF pointe un risque de faillite    Le chef de la Minurso visite les camps de réfugiés sahraouis    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'ambassadrice algérienne en Espagne affirme - Immigration : «L'Algérie est un pays de destination»
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 19 - 02 - 2019

L'ambassadrice algérienne en Espagne, Taous Feroukhi, a rappelé, hier, aux partis extrémistes européens que plus de 80% de l'immigration subsaharienne restent en Afrique. Lors d'un événement informatif organisé par l' «Executive Forum» à Madrid, la diplomate algérienne a souligné que l'Algérie est un pays de destination pour l'immigration clandestine puisqu'elle enregistre 400 arrivées quotidiennes d'immigrés clandestins à travers sa frontière avec le Mali. En novembre dernier, le directeur responsable du dossier de la migration, au ministère de l'Intérieur, des Collectivités locales et de l'Aménagement du territoire, Hacen Kacimi, avait indiqué que 3.500 migrants, issus de 24 pays africains, sont enregistrés, par semaine, aux frontières algériennes.
Taous Feroukhi a, également, déclaré qu'il fallait s'attaquer aux causes de l'immigration clandestine, une approche partagée par l'Algérie et l'Espagne, a-t-elle affirmé. A ce propos, elle a averti que l'immigration irrégulière encourageait d'autres phénomènes négatifs tels que le terrorisme et la criminalité transnationale organisée qui affectent la stabilité interne de l'Algérie et sa cohésion sociale. En avril dernier, Kacimi avait affirmé que «les migrants africains constituent une menace pour la sécurité et la stabilité du pays». Lors d'une conférence de presse tenue au centre d'aide sociale, à Dely Ibrahim, il avait annoncé le rapatriement de 37.000 migrants nigériens, entre décembre 2014 et novembre 2018, dont 1.095 femmes et enfants. Ces derniers versés dans la mendicité, à partir de 2013 et 2014, étaient exploités par des réseaux criminels nigériens et l'argent récolté servait, notamment à l'acquisition d'armes, avait-il expliqué. Et justement, face à ces réseaux, Hacen Kacimi a rappelé le rôle de la justice et des services de sécurité qui s'emploient à leur éradication, précisant que nombre de ces réseaux criminels du Niger, spécialisés dans la traite humaine, ontt été démantelés à Alger, Tizi-Ouzou, Béjaia et Oran. Mais l'épicentre de ces réseaux est localisé dans les wilayas du Sud, donnant l'exemple de la commune d'In Guezzam, dans la wilaya de Tamanrasset où l'Armée nationale populaire (ANP) a arrêté plusieurs de leurs membres, ainsi que la commune de Bordj Badji Mokhtar, dans la wilaya d'Adrar où, rappelle-t-il, des quantités d'armes de guerre ont été saisies.
Cette localisation géographique met en lumière les connexions qui existent entre le grand banditisme et les groupes terroristes dénoncées, depuis toujours, par les autorités algériennes. L'ambassadrice algérienne a, aussi, plaidé pour la promotion du Plan d'investissement étranger approuvé par l'Union européenne, en 2017. «L'exécution du plan devrait être accélérée pour aider à l'enracinement des populations en Afrique subsaharienne», a-t-elle déclaré. Elle a expliqué que les principales préoccupations de l'Algérie concernent les frontières avec la Libye et le Mali, qui s'étendent sur plus de 3.000 km. Enfin, elle a mis en exergue l'excellente coopération avec l'Espagne sur les questions de migration et a nié que l'Algérie soit un pays de transit. «Nous sommes un pays de destination», a déclaré Feroukhi, qui a déploré que le phénomène de l'immigration clandestine soit un «pain béni pour les extrémistes en Europe».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.